Le mémoire du DEC : comment organiser son équipe de relecture ?

Article écrit par (101 articles)
Modifié le
7 720 lectures
Dossier lu 337 758 fois

Constituer une équipe de relecture ? C'est une des compétences que le candidat au DEC devra mettre en œuvre durant la phase de rédaction de son mémoire. Il s'agit de choisir les bonnes personnes puis de coordonner les phases de relecture avec chacun.

Même si le fond a son importance, il ne faut pas sous-estimer la forme. La présentation, les fautes d'orthographe, la syntaxe sont des points essentiels à vérifier avant d'envoyer son mémoire. A force de lire et relire les mêmes passages, le mémorialiste qui travaille seul n'a plus l'objectivité suffisante pour voir les erreurs. Faites appel à votre équipe de relecture !

Cette phase, qui aura été préalablement anticipée dans le rétro-planning, reste très chronophage. Ne sous-évaluez pas le temps à y consacrer car cette étape a son importance.

Une relecture par vous-même

Vous serez le premier relecteur de votre ouvrage. Seulement, vous avez en tête tout ce qui est dans le mémoire. Vous ne pourrez pas émettre un avis objectif sur la forme et sur le fond.

Au lieu de perdre un temps précieux à lire et relire votre ouvrage, dans lequel vous ne verrez plus rien à la fin, agissez en tant que chef d'orchestre. Vous déciderez de l'équipe à constituer en vous basant sur les compétences et du temps que chacun pourra vous consacrer.

Une relecture par la famille

Rare sont les candidats qui auront des personnes de leur famille avec des compétences comptables et/ou fiscales pour le travail de relecture. A la place, misez sur eux pour relire sur la forme davantage que sur le fond. Ils auront d'autres compétences à apporter. Leurs remarques vous feront avancer.

La culture des relecteurs issus du cercle familial sera différente de la vôtre. Rien que sur cet aspect, ils pourront vous poser des questions pertinentes mais aussi vous apporter une ouverture d'esprit sur votre travail rédactionnel.

Une relecture par les collègues

En tant que chef d'orchestre, vous pouvez solliciter des collègues de bureau pour le travail de relecture. Leur vision sur le sujet du mémoire du DEC que vous développez vous permettra d'apporter un point de vue différent. Leur expérience professionnelle sera un plus pour mieux en dénoter d'éventuelles incohérences dans le fond.

Toutefois, les collègues ont généralement les mêmes contraintes de temps que les vôtres. Le risque est d'obtenir un refus.

L'autre risque est qu'il tente de vous convaincre de modifier le style de rédaction. Chacun a un style propre à sa personnalité. Ne vous laissez pas influencer !

Une relecture par un professionnel

Par professionnel, il ne faut pas comprendre uniquement un organisme de relecture voire un écrivain. Il peut s'agir de votre maître de stage ou encore votre contrôleur de stage.

Le maître de stage

Le maître de stage aura l'avantage d'orienter votre réflexion. Il connaîtra votre sujet et pourra vous aiguiller sur la manière d'aborder la problématique.

Le contrôleur de stage

Le contrôleur de stage connaît le formalisme à respecter pour déposer le mémoire. Il doit avoir pour rôle de transmettre son savoir-faire et sa culture professionnelle. Même s'il n'est pas spécialiste du sujet que vous abordez, il pourra apporter son point de vue par rapport à son expérience.

Un professionnel de la relecture

Dans l'hypothèse où vous n'avez pas pu constituer votre équipe de relecture ou que vous êtes trop juste au niveau du timing, vous pouvez avoir recours à un lecteur professionnel.

Il s'agit de prendre contact avec un prestataire extérieur moyennant une rémunération de 3 à 5 euros la page.

Même si cela peut représenter un coût non négligeable, ce choix peut s'avérer payant pour le cas où vous auriez à faire face à un jury pointilleux.

Un risque de plagiat ?

A chaque session, le président du jury du DEC fait un point sur les situations de plagiat rencontrées à l'épreuve du mémoire. L'accès à internet et les sources documentaires infinies que les candidats peuvent consulter augmentent le risque de plagiat.

Qu'est-ce que le plagiat ?

Le Larousse définit le plagiat comme étant l'acte d'une personne « qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu'il a pris à l'œuvre d'un autre ». Comme vous l'aurez compris, il s'agit d'un document rédigé par une personne pour lequel une autre personne s'approprie les droits à tort.

Même si internet nous permet de consulter un nombre incalculable de documents, les textes ne sont pas libres d'accès et ne peuvent être présumés libres d'utilisation.

Les conséquences du plagiat

Les conséquences au plagiat sont diverses. Au niveau des sanctions civiles, vous encourez le versement de dommages et intérêts. Les sanctions pénales peuvent aller d'une amende de 150 000€ à un emprisonnement jusqu'à deux années. Cela est sans compter les sanctions disciplinaires.

Il vaut donc mieux y réfléchir à deux fois avant de plagier un document protégé par la propriété intellectuelle !

Les solutions au risque de plagiat

Vous avez quelques doutes pour un risque de plagiat ? Vous êtes stressé avant de faire partir votre mémoire ? Pas de panique ! Il existe des sites où vous pouvez vérifier que votre texte ne risque pas de faire l'objet de plagiat.

Pour quelques euros, il existe des moteurs de recherche qui pourront faire la comparaison entre vos écrits existants et votre mémoire. Il en ressortira un degré de similarité avec des textes déjà parus.

Beaucoup de sites proposent ces services en ligne en tant que détecteur de plagiat ou de logiciel anti-plagiat. En faisant une recherche, vous en trouverez assez facilement.

Toutefois, ne stressez pas pour rien ! Si vous citez un auteur, n'oubliez pas de mettre la référence de votre source en bas de page. Cela peut vous éviter bien des déconvenues !

_____________________________


Vénaïg Le Bris est diplômée d'expertise comptable et inscrite à l'Ordre des experts-comptables de Bretagne.