Mieux comprendre les bases de la comptabilité analytique

Article écrit par (1281 articles)
Modifié le
17 476 lectures

La comptabilité analytique est un outils de gestion permettant de retranscrire les flux d'une entreprise pour en analyser la performance économique.

Qu'est-ce que la comptabilité analytique ?

La comptabilité analytique est une méthode se basant sur la comptabilité générale qui a pour objectif de détailler la rentabilité de chaque activité au sein d'une même entreprise. C'est donc un retraitement des données de base d'une comptabilité afin d'en obtenir une analyse plus poussée et détaillée par type d'activité.

Exemple

  • une comptabilité analytique par service → approvisionnement, fabrication, commercial,...
  • une comptabilité analytique par type de produit → produit A, produit B, produit C, ...


Lorsque la comptabilité analytique cherche à calculer le coût des produits, elle décompose l'entreprise en centres d'analyses. L'entreprise est alors décrite comme formée de différents centres qui consomment des ressources diverses pour effectuer des activités dans le cadre d'un processus. À la fin, les produits et services seront achetés par les clients.

Le coût ainsi obtenu peut devenir de plus en plus complexe : par entité, par activité de l'entreprise, par processus, par produit ou service et même par client ou commande.

L'objectif est d'expliquer les résultats de l'entreprise lorsqu'un produit coûte trop cher à fabriquer ou d'obtenir un prix de vente qui soit au moins égal aux dépenses engagées.

Quels éléments retenir pour la comptabilité analytique ?

La mise en place d'une comptabilité analytique nécessite de se baser sur la comptabilité générale et, plus précisément, du compte de résultat avec les comptes de charges (classe 6) et les comptes de produits (classe 7). Dès lors, il suffit d'isoler les postes selon les centres d'intérêts retenus afin de mettre en place une comptabilité analytique.

Conseil

Afin de pouvoir établir une comptabilité analytique, il est primordial de ventiler les comptes de charges et produits issus de la comptabilité générale par centre d'intérêt.

Exemple

Éclatement du compte 607 par type de produits (A, B, C,...)

Quelles méthodes pour la mise en place d'une comptabilité analytique ?

Dans la mise en place d'une comptabilité analytique, plusieurs méthodes peuvent être utilisées. Nous vous les expliquons plus en détail.

Les coûts complets

La méthode des coûts complets a pour objectif de déterminer le coût de revient d'un produit fabriqué. Pour ce faire, il convient de réaliser les calculs de manière progressive.

Les étapes des coûts complets

  • distinguer les charges directes et les charges indirectes ;
  • les charges indirectes doivent être ventilées par centre d'analyse (approvisionnement, production, distribution,...) ;
  • des unités d'œuvre sont fixées pour chaque centre d'analyse afin d'en déterminer le volume à imputer à chaque produit (heures travaillées, tonnes transformées, nombre de pièces fabriquées etc.) ;
  • le coût de revient est calculé par le cumul des charges directes et indirectes propres à chaque produit.



Les coûts partiels et le direct costing

La méthode des coûts partiels permet de calculer un seuil de rentabilité. Préalablement, il faut distinguer les charges variables des charges fixes.

+ Chiffre d'affaires

- Charges variables (charges directes et indirectes fluctuant selon l'activité)

____________________________________

+ Marge sur coût variable

- Charges fixes (charges identiques même si variation de l'activité)

____________________________________

+ Résultat

A partir de ces éléments, il est possible de calculer différents indicateurs :

Taux de marge sur coût variable =

Marge sur coût variable x 100
_______________

Chiffre d'affaires

Seuil de rentabilité =

Charges fixes
_______________

Taux de marge sur coût variable

Point mort =

Seuil de rentabilité x 365
_______________

Chiffre d'affaires

Le direct costing est une méthode utilisée dans les entreprises ayant plusieurs activités. Le direct costing est une combinaison des notions de charges directes et indirectes (les coûts complets) ainsi que des charges variables et fixes (les coûts partiels).

Le direct costing simple et le direct costing évolué font partie des méthodes des coûts variables (par opposition aux coûts fixes). Ce sont ces méthodes qui permettent d'obtenir la marge sur coût variable, le seuil de rentabilité et le point mort.

La méthode ABC

La méthode ABC ou Activity Based on Costing a également vocation à mieux comprendre le coût de revient d'un produit fabriqué. La spécificité de cette méthode est de déterminer les activités liées à chaque centre d'analyse.

La méthode des coûts standards

Ici, il s'agit de rationaliser un coût par l'établissement de normes ou standards. Ce sont des coûts prédéterminés qui permettent d'évaluer les performances de l'entreprise.

La méthode aide la direction à apprécier la performance des équipes, à estimer le résultat de l'année par rapport à ces standards et de prendre des mesures correctives en cas de dépassement. L'inconvénient majeur est la rigidité de ces standards qui évoluent plus lentement que l'environnement économique.

L'imputation rationnelle

Le principe de cette autre méthode est de prendre en compte le niveau d'activité d'une entreprise à appliquer aux charges fixes. Pour ce faire, un coefficient d'imputation rationnelle est déterminé selon si l'activité est basse, normale ou en suractivité. Ce coefficient se détermine de la façon suivante :

Coefficient d'IR =

Activité réelle
_______________

Activité normale

Interpréter le coefficient d'imputation rationnelle :

  • plus votre activité sera forte, plus le coefficient d'imputation rationnelle dépassera le coefficient 1 ;
  • plus votre activité sera faible, plus le coefficient d'imputation rationnelle sera inférieur à 1.

Ce coefficient appliqué aux charges fixes permet d'ajuster ces charges selon le volume de l'activité.

Quel est l'intérêt d'une comptabilité analytique ?

Au delà des différentes méthodes pouvant être appliquées, la comptabilité analytique est avant tout un indicateur de performance pour l'entreprise. Son intérêt principal est de pouvoir déterminer la rentabilité d'un produit. En calculant le coût de revient des produits fabriqués, le dirigeant aura ainsi tous les éléments en sa possession pour piloter son activité et ainsi optimiser la rentabilité de son entreprise.

La comptabilité analytique est avant tout une comptabilité de gestion.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.