La comptabilité des sociétés en participation

Article écrit par (1726 articles)
Modifié le
3 250 lectures

La société en participation présente de nombreuses particularités, aussi bien sur le plan juridique que dans l'organisation de la comptabilité de ses membres.

Un certain nombre de comptes spécifiques doivent être utilisés dont les comptes 655 et 755 « quote-part de résultat sur opérations faites en commun ».

La SEP n'a pas de capital (ni siège social, ni raison sociale, ni patrimoine) et les différents apports des associés (nature, numéraire ou industrie) restent leur propriété.

Elle bénéficie toutefois d'une sorte de « personnalité fiscale » puisqu'elle doit tenir une comptabilité, produire un bilan et un compte de résultat (et donc une liasse fiscale).

La société en participation est une société sans personnalité morale qui n'est pas immatriculée et dont la création n'est pas soumise à publicité. Elle peut être occulte (pas connue des tiers) ou à l'inverse, ostensible. Son existence peut être prouvée par tout moyen.

En raison de l'absence de formalisme et du fait de la très grande liberté attachée à ce type de société, son utilisation dans la vie des affaires touche de nombreux secteurs. Les contrats de coproduction dans le spectacle, les marchés de travaux dans le BTP ou plus largement la coopération interentreprises n'en sont que des exemples.

Le régime fiscal est l'impôt sur le revenu (société transparente) lorsque les associés indéfiniment responsables sont connus de l'administration fiscale, l'impôt sur les sociétés dans le cas contraire.

Les obligations comptables de la SEP

La comptabilité de la société en participation peut être :

  • centralisée dans les comptes d'un seul associé ;
  • dissociée dans les comptes de plusieurs associés qui contractent auprès des tiers, en apparence pour leur propre compte.

Le gérant ou les associés gérants concernés utilisent le compte 188 « compte de liaison SEP » pour affecter ces opérations à la société en participation.

Le suivi de cette comptabilité peut se faire par des comptes de classes 6 et 7 dédiés ou par les méthodes de la comptabilité analytique.

Comptabilisation : société en participation et apports

Les apports en numéraire ne sont pas comptabilisés de la même manière selon que la société en participation dispose ou non de sa propre trésorerie. Le compte 458 est utilisé pour constater la dette envers les autres associés et le compte 188 est utilisé par le seul gérant pour transférer des éléments vers la comptabilité autonome de la SEP.

C'est valable pour les apports en numéraire mais aussi pour les apports en jouissance qui peuvent prendre la forme soit d'une location à la SEP, soit d'une inscription à l'actif, soit d'un transfert de l'amortissement soumis à TVA au taux normal. Cette TVA collectée chez l'apporteur sera déductible dans les comptes de la SEP ou du gérant, en l'absence de comptabilité séparée. Si le bien est inscrit à l'actif de la société en participation, il n'y a pas de TVA sur l'amortissement.

Exemple

Deux associés à 50/50 apportent chacun 100¤ à la SEP qui bénéficie d'une trésorerie, ils mettent un matériel industriel à la disposition de la SEP (amortissement 350), et lui louent un autre matériel pour 80¤ par an.

Numéro de compte

Apports à la société en participation
dans la comptabilité des associés/gérants

Montant

Débit

Crédit

Débit

Crédit

188 ou 458

 

Compte de liaison ou opérations faites en commun

616¤



 

6812

Dotation aux amortissements

 


350¤

 

4457

TVA collectée (350+80) * 20%

 

86¤

 

708

Produits des activités annexes

 

80¤

 

512

Banque

 

100¤

Lorsque la SEP pratique elle-même l'amortissement des biens affectés par les associés, la base amortissable est la valeur réelle (valeur vénale si les biens étaient inscrits au bilan d'un associé) des biens à la date d'affectation à la société en participation. Les biens affectés doivent être inscrits à l'actif de son bilan d'ouverture pour lui permettre de pratiquer l'amortissement.

Dans la comptabilité séparée de la société en participation, l'écriture inverse est passée et la TVA collectée devient déductible. En l'absence de comptabilité autonome, les apports de l'associé non-gérant sont passés dans la comptabilité du gérant par le crédit du compte 458 « opérations faites en commun » au nom de l'associé.

Comptabilisation : société en participation et partage du résultat

C'est ici qu'interviennent les comptes 655 et 755 opérations faites en commun pour la fraction du résultat revenant à chaque associé. Ce résultat est souvent partagé par le gérant (ou chacun des participants en fonction des opérations qu'il aura réalisées).

La fraction du bénéfice ou de la perte à transférer aux autres associés est comptabilisée au débit du compte 655 (bénéfice à transférer) ou au crédit du compte 755 (perte à transférer). La contrepartie est le compte 458 - Associés - opérations faites en commun. L'écriture inverse est comptabilisée chez l'associé qui reçoit le bénéfice ou subit la perte.



Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.