Le compte d'exploitation : qu'est-ce que c'est ?

Article écrit par (1558 articles)
Modifié le
1 671 lectures

Le compte d'exploitation est l'ancienne appellation du compte de résultat des entreprises qui fait partie des comptes annuels. Il donne le résultat d'exploitation, le résultat financier, le résultat exceptionnel et le résultat net de l'entreprise.

C'est aussi un terme qui reste utilisé dans certaines situations. Les franchisés doivent fournir un compte d'exploitation prévisionnel et les entreprises en redressement judiciaire peuvent être amenées à établir un compte d'exploitation, mois par mois.

Dans tous ces cas, le compte d'exploitation reste une confrontation des charges et produits destinée à dégager un résultat pour une période écoulée ou à venir (compte d'exploitation prévisionnel).

Le terme compte d'exploitation est employé dans des situations très diverses. Tantôt synonyme de compte de résultat dont il est l'ancêtre, tantôt utilisé pour désigner le calcul du seul résultat d'exploitation, il désigne toujours la différence entre des produits et des charges.

C'est quoi le compte d'exploitation ?

Le compte d'exploitation est parfois appelé compte de résultat ou compte de résultat d'exploitation. Il fait la somme des charges et des produits de la période et permet de calculer un résultat. Ce résultat peut être le seul résultat d'exploitation.

Compte d'exploitation et compte de résultat

Le compte d'exploitation peut désigner le compte de résultat d'une exploitation commerciale ou agricole. Il se confond alors soit avec le résultat d'exploitation soit avec l'intégralité du compte de résultat.

Utilisé comme un synonyme du compte de résultat, il permet de mieux comprendre la formation du résultat grâce aux soldes intermédiaires de gestion qui le composent.

Le chiffre d'affaires et plus généralement tous les produits d'exploitation, diminués des charges d'exploitation permettent d'obtenir ce solde des SIG. C'est le résultat d'exploitation .

Comptablement, ce sont tous les comptes 70 à 75 et les comptes 60 à 65 qui entrent dans ce résultat. Il faut ensuite y ajouter les reprises sur amortissements et provisions et les transferts de charges d'exploitation avant d'en soustraire les dotations aux amortissements d'exploitation. Ce sont les comptes 791, 781 et 681.

À ce résultat d'exploitation s'ajoutent deux autres soldes qui permettent d'obtenir le résultat net après déduction du compte 695 « impôt sur les sociétés » et de la participation des salariés.

Le premier solde est le résultat financier. Il est composé des produits financiers et des charges financières et inclut :

  • les dotations et reprises sur amortissements et provisions financières ;
  • et les transferts de charges financiers.

Ce sont les comptes 76, 786, 796, 66 et 675.

Le second solde est le résultat exceptionnel. Par définition, il contient les éléments qui n'ont pas vocation à se répéter d'un exercice à l'autre.

Le compte d'exploitation et son utilisation dans le cadre d'une procédure de redressement judiciaire

L'entreprise qui fait l'objet d'une procédure de redressement judiciaire doit rendre des comptes à un administrateur.

Elle établit alors périodiquement un compte d'exploitation, à priori tous les trimestres pour déterminer son résultat d'exploitation.

C'est ce résultat d'exploitation, dégagé de tous les éléments exceptionnels qui lui permettra d'apurer son passif et de respecter le plan de remboursement qui aura été mis en place.

Le compte d'exploitation prévisionnel des franchiseurs

Ici, le terme désigne un document qui est établi par le franchiseur. C'est une projection des résultats de chaque unité franchisée, un tableau qui est à intégrer au business plan.

C'est un compte de résultat prévisionnel qui intègre le chiffre d'affaires prévisionnel et toutes les dépenses prévues afin de s'assurer de la rentabilité du franchisé.

Il comprend le chiffre d'affaires, les produits financiers, les subventions d'exploitation, les achats de matières premières et marchandises, les charges de personnel, les impôts et taxes etc.

Le compte d'exploitation générale des sociétés d'assurance

Le terme compte d'exploitation générale était utilisé jusqu'en 1994 par l'article R.342-17 du code des assurances.

Ce compte d'exploitation générale tout comme le compte de pertes et profits était envoyé par les sociétés d'assurance au ministère de l'Économie et des Finances.

Le compte d'exploitation, ancêtre du compte de résultat

Dans le plan comptable général de 1957, le compte d'exploitation générale devait faire apparaître le résultat d'exploitation de l'activité commerciale d'une entreprise au titre d'un exercice comptable. Il permettait de regrouper et de confronter les produits et les charges pour dégager un résultat de l'activité.

Limité au seul résultat d'exploitation, il était complété par le compte de pertes et profits. Ce second compte permettait d'enregistrer les pertes et profits des exercices antérieurs ou les événements exceptionnels.

Son solde servait à équilibrer les deux colonnes du bilan comptable.

Comment créer un compte d'exploitation prévisionnel ?

Le compte d'exploitation prévisionnel peut se créer à partir d'une estimation des produits et des charges futures de l'entreprise. Il faut estimer le chiffre d'affaires des prochains mois ou années à partir d'hypothèses cohérentes avec une étude de marché.

Il faut ensuite estimer les charges d'exploitation et plus généralement toutes les dépenses qui permettront de réaliser ce chiffre d'affaires.

Le compte de résultat prévisionnel sert surtout en cas de création d'entreprise.

Comment calculer le résultat d'exploitation ?

Le résultat d'exploitation s'obtient par différence entre les produits d'exploitation et les charges d'exploitation. Ce sont les éléments liés à l'activité principale et la différence entre :

  • les comptes 70 à 75 + 781 +791 ;
  • et les comptes 60 à 65 + 681.

Les éléments financiers et exceptionnels ou encore l'impôt sur les sociétés ne sont pas pris en compte.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.