Ratio de rotation des stocks : comment le calculer ?

Article écrit par (1702 articles)
Modifié le
2 520 lectures

Calculer un ratio de rotation des stocks, c'est comparer le stock final par rapport aux coûts d'achat ou de production concerné, parfois par rapport au chiffre d'affaires en le multipliant par le nombre de jours de l'année.

Certains utilisent ici l'année commerciale, d'autres l'année civile.

Un ratio est un rapport entre deux grandeurs qui représentent des stocks ou des flux. Le plus souvent, l'augmentation de la valeur du ratio traduit une augmentation. Ici, il s'agit d'étudier une relation de temps ou d'écoulement dans la durée.

Les ratios de rotation font souvent partie de l'analyse du besoin en fonds de roulement qui peut se faire à partir d'un tableau de financement ou à partir du bilan fonctionnelle.

Les ratios de rotation sont en principe exprimés en jours.

Comment calculer le ratio de rotation des stocks ?

Le ratio de rotation des stocks se calcule à partir du stock final divisé par le coût d'achat ou de production selon le cas. Il tient compte de la variation de stock. Il est ensuite multiplié par le nombre de jours.

Calcul du ratio de rotation des stocks

Calculer la rotation des stocks, c'est calculer des durées d'écoulement ou des durées de stockage (ou de règlement pour les créances et dettes). On parle aussi de délais de rotation. Ces ratios expriment le nombre de jours de stockage des matières premières, marchandises et produits finis par exemple.

Ces ratios ne doivent pas être confondus avec le taux de rotation des stocks qui exprime combien de fois une entreprise a écoulé l'intégralité de son stock au cours d'un exercice. Il s'obtient en divisant le chiffre d'affaires par le stock moyen. Le stock moyen s'obtient par la formule  suivante : (stock initial + stock final) /2.

Le ratio de rotation des stocks se calcule de la manière suivante en fonction de la nature des stocks concernés : 

Rotation globale des stocks :

Stocks et travaux en cours / Chiffre d'affaires annuel hors taxes * 360

Rotation des stocks de matières premières :

Stocks de matières premières / Coût d'achat des matières premières consommées (HT) * 360

Rotation des stocks de marchandises :

Stocks de marchandises / Coût d'achat des marchandises vendues (HT) * 360

Rotation des stocks de produits finis :

Stocks de produits finis / Coût de production des produits finis vendus * 360

Nous avons retenu l'année commerciale pour le calcul de ces ratios mais un calcul à partir de l'année civile, en multipliant par 365 est tout à fait possible.

Exemple de calcul du ratio de rotation des stocks de marchandises

Une entreprise achète des marchandises pour 500. Son stock initial est de 20 et son stock final fixé à 15. On obtient : 15 / [500 + (20-15)] * 360 = 10,69 jours

Intérêt et limites du ratio de rotation des stocks

Le ratio de rotation des stocks permet de mesurer le rythme auquel les stocks sont vendus. Plus le rythme de renouvellement des stocks est élevé (et le nombre de jours de stockage est faible), plus le ratio est considéré comme favorable sauf si le rythme devient trop élevé. Le risque est alors de ne pas pouvoir tenir les délais de livraison.

Un nombre de jours élevé signifie que le stock se renouvelle lentement alors qu'un nombre de jours plus faible (mais pas trop non plus) démontre la bonne gestion des stocks sur une période donnée.

Si le nombre de jours de renouvellement est trop élevé (et donc le rythme de renouvellement des stocks trop faible), l'entreprise subit des coûts de stockage plus importants. Le risque d'obsolescence des stocks (qui dépend aussi de la nature des produits) augmente.

L'inconvénient des ratios de rotation réside dans le fait qu'ils ne sont pas adaptés à une activité saisonnière. Dès lors que l'activité est saisonnière, par exemple, uniquement en été ou uniquement en hiver, les résultats de ces ratios peuvent être totalement incohérents par rapport à la réalité.



Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.