#LesMoulinsEC 2020 : impacts de la transformation numérique sur les missions de demain

Article écrit par (38 articles)
Modifié le
1 106 lectures
Dossier lu 29 746 fois

Suite du troisième épisode de notre série d'articles sur la dernière étude des Moulins. Après avoir défini l'impact de la transformation numérique sur l'économie globale et dressé un état des lieux de la profession, le think tank s'intéresse aux impacts de la transformation numérique sur les missions traditionnelles de demain et les nouvelles missions.

Quelles seront les missions traditionnelles de demain ?

En fonction des réponses des experts-comptables à l'enquête, il est possible d'estimer la répartition du chiffre d'affaires lié aux missions traditionnelles dans 5 ans.

Concernant la tenue de compte, les experts-comptables estiment que la part de cette mission dans le chiffre d'affaires du cabinet tombera à 30% (contre 44% actuellement).

La révision conserverait à peu près le même poids, soit 20%.

Le social et le juridique continueraient de progresser légèrement avec respectivement 14% pour le premier (+ 1 point) et 9% pour le second (+ 2 points).

Les deux activités qui connaîtraient les plus fortes progressions seraient les missions d'accompagnement de gestion/pilotage avec 12% du chiffre d'affaires (contre 6% actuellement) et l'accompagnement administratif avec 7% (contre 5% aujourd'hui).

Dans 5 ans, près de 20% du chiffre d'affaires seraient liés à des missions d'accompagnement. En revanche, le poids des fameuses missions non-récurrentes de conseil (gestion de patrimoine, cybersécurité, RSE, ...) ne devrait guère évoluer dans les 5 prochaines années (3%, + 1 point).

Évolution de la répartition du chiffre d'affaires des cabinets à horizon de 5 ans

Évolution de la répartition du chiffre d'affaires des cabinets par taille de cabinet à horizon de 5 ans comparé

Quels seront les impacts de l'automatisation sur les nouvelles missions ?

Si les cabinets veulent maintenir leur niveau d'activité et leur rentabilité, ils devront inéluctablement développer de nouvelles missions. Paradoxalement, d'après les résultats de l'enquête, la majorité des experts-comptables considèrent que leur offre actuelle est adaptée pour assurer la pérennité de leur cabinet.

Adaptation de l'offre actuelle des cabinets aux enjeux de l'automatisation

Cependant, l'offre des cabinets va devoir évoluer en profondeur dans les années à venir.

Les missions de conseil et les missions hors-pistes peuvent être intéressantes pour quelques cabinets mais elles devraient rester l'exception.

« À l'échelle de la profession, les missions de conseil représenteront la cerise mais les missions d'accompagnement représenteront le gâteau », #LesMoulinsEC 2020, Philippe Barré.

Comment développer ces nouvelles missions ?

Développer de nouvelles missions nécessite deux prérequis (outre le fait bien sûr d'avoir des collaborateurs en mesure de réaliser ces missions).

Se dégager du temps

Il est primordial et urgent d'automatiser la production sur les missions traditionnelles pour se libérer du temps et être en mesure de développer des missions d'accompagnement.

Disposer de données en temps réel

Il n'est pas possible d'accompagner les chefs d'entreprise au quotidien si la comptabilité est mise à jour seulement quelques fois dans l'année. Pour se faire, les cabinets vont devoir adopter de nouveaux outils et former les collaborateurs et les clients à ces outils.

Concrètement, demain, trois grands types de missions représenteront l'essentiel de l'activité de la plupart des cabinets :

  • la mission de tenue/production des états financiers ;
  • la mission de présentation (opinion) ;
  • la mission d'accompagnement.

Ces trois missions seront véritablement imbriquées les unes dans les autres. Ainsi, la tenue de comptabilité, en grande partie automatisée, servira à alimenter la mission d'établissement des états financiers, comme aujourd'hui, mais aussi la mission d'accompagnement. Tous les mois, grâce à la comptabilité en temps réel, un collaborateur aura rendez-vous avec son client pour lui présenter les chiffres du mois. Libéré des déclarations de TVA, le cabinet pourra se consacrer à analyser les chiffres plutôt qu'à les produire.

Un des grands défis des cabinets sera de rendre poreuses les frontières entre ces trois missions. C'est en effet la seule condition pour que la nouvelle mission d'accompagnement s'impose comme un nouveau standard.

Ces nouvelles missions seront de moins en moins standardisées. Les offres varieront d'un cabinet à l'autre car elles seront adaptées aux besoins spécifiques des clients.

Enfin, des nouvelles missions vont également naître de l'automatisation. C'est notamment le cas, par exemple, de toutes les missions reposant sur l'exploitation des données (les data).

En conclusion, si le chiffre d'affaires de la profession reste stable à horizon de 5 ans, ce sont donc plus de 20 000 collaborateurs aujourd'hui affectés à la tenue qui devront avoir changé de métier. Un chiffre qui invite à une action urgente de la part des cabinets, des collaborateurs, mais aussi des instances, des syndicats et de tous les partenaires de la profession.

Téléchargez gratuitement la 3ème étude #LesMoulinsEC « Quels métiers demain ? »



Maxime Navarrete
Responsable de l'actualité professionnelle de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Après 8 ans en tant qu'éditeur juridique puis rédacteur en chef de Lexis 360 experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en octobre 2021.
Suivez moi sur Twitter et sur Linkedin.