Taux de profitabilité : notion et calcul

Article écrit par (1587 articles)
Modifié le
19 069 lectures

Le taux de profitabilité est un ratio relativement simple à comprendre puisqu'il permet de comparer un résultat au chiffre d'affaires cumulé de la période. Les périodes correspondent aux différents exercices comptables.

Le résultat, à comparer au prix de vente ou au chiffre d'affaires, est souvent le résultat net mais d'autres résultats peuvent être utilisés pour apprécier la rentabilité de l'entreprise.

Dans le langage économique, la profitabilité est la capacité d'une entreprise à générer un résultat, un profit, un bénéfice. Pour l'INSEE, c'est le rapport entre le profit et la production.

Dans les cas les plus courants, il s'agira donc de rapporter le résultat net comptable au chiffre d'affaires hors taxes.

L'indicateur de profitabilité permet ainsi de comparer un profit au niveau d'activité qui aura été nécessaire pour l'obtenir.

Dans une entreprise de négoce (achat-revente de marchandises), l'indicateur mesure une capacité à générer une plus-value sur la revente des marchandises.

Le mode de calcul du taux de profitabilité : résultat sur chiffre d'affaires

Le taux de profitabilité est simple à calculer. Il suffit de prendre le résultat net comptable, ou bénéfice net, et de le diviser par le chiffre d'affaires hors taxes.

Taux de profitabilité = résultat net / chiffre d'affaires HT

Le taux de profitabilité est aussi appelé parfois « taux de marge nette », « ratio de marge nette », « taux de marge bénéficiaire » ou encore « ratio de rentabilité commerciale ».

Les autres agrégats qui peuvent être utilisés sont les suivants :

  • excédent brut d'exploitation ;
  • résultat d'exploitation ;
  • résultat courant avant impôt.


Exemple

Une entreprise réalise un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'¤ mais un résultat net de 25 000¤.

Son taux de profitabilité est le suivant :

25 000 / 2 500 000 = 1%

Dans notre exemple, ce ratio montre que l'entreprise réalise un bénéfice qui correspond à un faible pourcentage de son chiffre d'affaires. Il ne permet pas de juger de la rentabilité du seul cycle d'exploitation de l'entreprise.

L'intérêt du taux de profitabilité

Parce que le taux de profitabilité est un ratio, il ne s'analyse jamais seul. Au minimum, la comparaison doit s'effectuer sur plusieurs années ou exercices. Dans l'idéal, la comparaison se fera aussi avec le taux moyen du secteur d'activité de l'entreprise.

Les ratios permettent ainsi de comprendre l'évolution de l'entreprise et d'apprécier l'efficacité de son activité commerciale.

Ce ratio ne sera toutefois pas suffisant puisque les bénéfices peuvent provenir d'autres éléments que l'activité normale d'une entreprise.

Dans le cadre d'un compte de résultat prévisionnel, la profitabilité peut aussi être utilisée pour analyser la performance d'un projet à venir. C'est alors le seul résultat d'exploitation qui est utilisé. Ni le résultat financier (produits financiers - charges financières) ni le résultat exceptionnel ne sont pris en compte.

Pour rappel, le résultat d'exploitation correspond à l'excédent brut d'exploitation et aux dotations aux amortissements dites d'exploitation.

Comment est calculé le taux de profitabilité ?

Le taux de profitabilité est calculé à partir d'un résultat, divisé ensuite par le chiffre d'affaires. Il peut être calculé par type de produits ou services en prenant le résultat réalisé par le produit X divisé par le chiffre d'affaires correspondant à ce produit.

Les autres indicateurs de profitabilité

Les autres ratios ou indicateurs qui permettent de mesurer la profitabilité se concentrent souvent sur l'activité normale de l'entreprise. Parmi eux, se trouve la rentabilité économique. Ici, il ne s'agit plus d'effectuer des comparaisons par rapport au chiffre d'affaires mais par rapport aux moyens mis à disposition d'une entreprise.

La profitabilité économique peut aussi être mesurée par le taux de marge économique. Ici, le diagnostic de la profitabilité se fait à la fois par comparaison avec des entreprises du même secteur d'activité et par analyse de l'évolution de la marge à partir du tableau des soldes intermédiaires de gestion.

Ce taux de marge peut s'appeler marge commerciale dans les entreprises de négoce, marge de production dans les entreprises qui fabriquent des produits finis. On parle aussi de marge brute lorsqu'il s'agit de cumuler la marge commerciale et la marge de production. La marge nette est celle qui utilise le bénéfice net après impôt.

Ces éléments se retrouvent dans l'analyse du tableau des soldes intermédiaires de gestion.

Quel est un bon taux de profitabilité ?

On estime qu'un taux de profitabilité est bon lorsqu'il est égal ou supérieur à la moyenne du secteur d'activité de l'entreprise. Il doit aussi être positif, idéalement, le plus élevé possible et en progression d'un exercice à l'autre.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.