Maximiser ses chances de réussite : conseils pour le DSCG

Article écrit par (1708 articles)
Modifié le
76 014 lectures
Dossier lu 78 530 fois

Le jury du DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) attend globalement des candidats qu'ils maîtrisent les notions abordées en cours et fassent preuve d'esprit de synthèse et d'analyse, surtout dans les sujets qui comportent de nombreuses annexes.

Un suivi régulier de l'actualité (actualité économique, lois de finances et Autorité des normes comptables par exemple) reste indispensable.

Donner des conseils en DSCG pour maximiser les chances de réussite des candidats n'est pas toujours simple. Les spécificités du DSCG sont telles que chaque épreuve fait l'objet de commentaires séparés. Ces commentaires se trouvent dans les rapports annuels du jury du DSCG.

Les conseils peuvent aussi changer sensiblement d'une session à l'autre.

Du côté des candidats libres et des salariés qui sont déjà en poste, Evelyne Lande, professeur des universités en sciences de gestion spécialisée en comptabilité publique et présidente du jury du DSCG, conseille aux candidats de « prendre des congés avant les épreuves et de se remettre en condition d'examen ».

Pour rappel, le DSCG est un diplôme de niveau master qui comporte 5 épreuves écrites et 2 épreuves orales obligatoires. Ces UE du DSCG sont complétées par une épreuve facultative. Les règles relatives aux épreuves sont publiées au Bulletin officiel de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Méthodologie et sujets jugés longs par les candidats : conseils pour le DSCG

Les sujets de DSCG sont parfois jugés longs par les candidats, surtout lorsqu'ils comprennent de nombreuses annexes. Ce sentiment de longueur peut avoir de nombreuses explications, en plus du stress.

L'une d'entre elles est donnée par la Présidente du jury du DSCG qui estime que « certains sujets peuvent être jugés comme longs par les candidats qui maîtrisent approximativement une matière et passent donc beaucoup de temps pour traiter des points simples ». À ses yeux, cette « connaissance approximative associée à une lecture erronée des sujets amène aussi certains candidats à traiter des points non demandés ».

De la même manière, les « sujets comportant beaucoup de documents annexes (par exemple pour l'UE3) mettent souvent en difficulté les candidats qui ne savent pas avoir une vue synthétique des documents et les mobiliser à bon escient au cours de leur démonstration. Dans ce cas, c'est plus une problématique de méthodologie ».

Les premiers conseils que l'on peut donc donner consistent, toujours selon la présidente du jury du DSCG à :

  • apprendre le cours ;
  • faire des exercices d'application ;

Elle rappelle aussi que « le barème des sujets est fonction du temps nécessaire pour réaliser la question. Ainsi, lorsque le candidat découvre le sujet, il doit immédiatement calibrer le temps maximal qu'il doit consacrer à chaque partie, il doit ensuite commencer par les parties qu'il maîtrise le mieux afin éventuellement de gagner du temps qu'il pourra utiliser pour les autres parties ».

Avec un bon entraînement, le candidat prend l'habitude de lire des sujets plus ou moins longs, se familiarise avec les cas pratiques ou études de cas et avec les questions posées.

Les spécificités des différentes UE ou épreuves : les retours du jury et conseils pour la session 2021 du DSCG

Dans le cadre de l'UE1 de gestion juridique, fiscale et sociale, le candidat est invité à revenir aux principes et aux règles avant de les appliquer au cas d'espèce en privilégiant le raisonnement et l'adéquation de la règle à la situation exposée.

Dans le cadre de l'UE2 de finance et de l'UE3 de management et contrôle de gestion, le jury recommande aux candidats de maîtriser les nouveaux thèmes du programme tels que les innovations financières et technologiques par exemple.

L'UE4 de comptabilité et audit oblige les candidats à aborder les calculs avec méthode pour gagner du temps et à comprendre la logique des retraitements demandés.

Pour l'UE5 de management des systèmes d'information, les candidats doivent être capables de traiter tous les points abordés au programme.

Pour les épreuves orales, les candidats doivent travailler leur expression orale. En anglais des affaires, ils doivent maîtriser le vocabulaire spécifique de l'épreuve en lisant la presse anglo-saxonne.

Pour la soutenance de mémoire, il s'agit d'avoir « préparé son oral : aussi bien la partie présentation que la partie question ». Il faut donc relire son mémoire avant la soutenance, s'informer de l'actualité du sujet et anticiper le maximum de questions qui pourraient être posées par le jury.



Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.