Sesha : cette nouvelle solution qui crée le buzz

Article écrit par (116 articles)
Modifié le
1 405 lectures

Toute jeune lauréate du grand prix du concours Eurek@ 2022, reçu des mains du président du Conseil national de l'Ordre des experts-comptables, Sesha commence à se faire connaître au sein de la communauté des experts-comptables. Mais qui est-elle et que propose-t-elle à la profession ?

Nous avons rencontré les cofondateurs, Serge Baudin et Laure de Coatgoureden afin d'en savoir plus.

Qui est Sesha ?

Sesha est la rencontre entre la fintech que nous avons créé en 2014 et notre expert-comptable, José Rodrigues, qui s'intéressait particulièrement à ce que nous faisions. Il a pensé que cela pourrait aussi intéresser toute la profession de l'expertise comptable. Pendant le confinement, nous avons monté un groupe de travail avec deux de ses confrères, Nicolas Triadou et Jimmy le Brigand. Le projet est né ainsi.

Nous avons testé le concept de la solution auprès d'une vingtaine de cabinets. Nous avons eu un accueil très favorable. Addventa, qui a créé Sesha avec les trois experts-comptables, a décidé d'investir dans le développement de l'application. Cela a retenu l'attention d'Innest, l'accélérateur de l'Ordre des experts-comptables de Paris, ce qui nous a permis de finaliser le produit, de le beta tester auprès de quarante cabinets et de commencer la commercialisation au dernier congrès de Bordeaux, en octobre 2021.

Aujourd'hui, Sesha est un outil en mode SaaS connecté à tous les outils de production comptable.

Comment Sesha peut-elle faciliter l'activité quotidienne des experts-comptables ?

Sesha peut faciliter leur vie quotidienne sur trois aspects.

Tout d'abord sur la productivité immédiate du cabinet avec la collecte des pièces manquantes, indispensable pour la tenue des comptes et sur la collecte d'informations concernant les encours clients et fournisseurs.

On leur apporte aussi une efficacité opérationnelle en identifiant, tout au long de l'année, les points d'attention sur les dossiers. Cette fonction de pré-révision en continue leur permet de régler leurs problèmes au fil de l'eau et pas qu'à la fin de la période fiscale.

Enfin, Sesha rédige de manière automatique, comme le ferait un expert, des analyses claires et compréhensibles, dans un langage naturel, de l'évolution des principaux indicateurs de gestion d'un dossier, à partir des données comptables auxquelles Sesha a accès. Cette fonctionnalité va particulièrement intéresser les clients car ils souhaitent qu'on leur parle de gestion, dans un langage clair.

Sesha donne au cabinet une vue d'ensemble en temps réel de ses dossiers clients. Quels sont les clients qui décrochent en chiffres d'affaires, ceux qui ont beaucoup de trésorerie ? Ceux qui ont pour la première fois un salarié ? Ces informations vont leur permettre d'identifier des possibilités de business, de missions complémentaires à la comptabilité. 

Comment Sesha interagit avec les autres outils déjà présents sur le marché ?

La force de Sesha c'est aussi son interopérabilité avec les autres solutions qui font partie de l'écosystème du cabinet, outils de workflow, de stockage de données, de traitement automatique des factures,...

Sesha va intervenir dans le domaine de la relation client. On ne fabrique pas la donnée mais on l'analyse pour en tirer des éléments intéressants pour le cabinet et le client. Sesha facilite les échanges avec le client en permettant des restitutions plus faciles. C'est un moyen pour le cabinet de repenser sa relation client pour la rendre plus conviviale, plus moderne.

Les analyses de données sont aussi à la disposition des collaborateurs. Cela leur permet de s'ouvrir à la gestion d'entreprise.

Et après ?

Addventa, société à l'origine de Sesha, a fait l'année dernière 40% de son chiffre d'affaires en Europe, en dehors de la France. La tenue de compte dans les différents pays européens est assez similaire et nous avons donc comme axe de réflexion actuellement de nous développer dans d'autres pays en partenariat avec des acteurs de la comptabilité locaux, comme nous l'avons fait en France avec les experts-comptables français.

Côté produit, on souhaiterait aller plus loin dans le domaine de la pré-révision et de l'analyse. Actuellement on se sert de quatre indicateurs : le chiffre d'affaires, la marge, la trésorerie et la masse salariale. On a donc un potentiel de développement très important, notamment en matière de données extra-comptables.

Aujourd'hui, on analyse les écritures comptables des dossiers clients. Mais on pourrait aussi imaginer comparer la synthèse du dossier client avec la situation d'autres entreprises concurrentes du secteur.



Maxime Navarrete
Responsable de l'actualité professionnelle de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Après 8 ans en tant qu'éditeur juridique puis rédacteur en chef de Lexis 360 experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en octobre 2021.
Suivez moi sur Twitter et sur Linkedin.