Entrepreneurs : nos 10 conseils pour réussir son pitch

Article écrit par (200 articles)
Publié le
Modifié le 23/07/2018
2 230 lectures

Pour réussir sa levée de fonds ou convaincre un business angel, certains détails font particulièrement toute la différence ! C'est le cas pour le pitch auquel les entrepreneurs n'échappent pas. Découvrez nos 10 conseils pour réussir son pitch devant un business angel ou des investisseurs.

Faire appel à un business angel ou plus généralement lever des fonds, selon la nature de la jeune entreprise, est une problématique qui finit toujours par se poser à un moment donné ou à un autre. Pour y parvenir, le pitch est un moment décisif qui confirme (ou non) la réussite de l'un ou l'autre de ces objectifs.

Long et difficile à préparer et à mettre en oeuvre, mais prolifique lorsqu'un expert accepte d'accompagner et de financer le projet concerné, grâce à un bon pitch.

Chez Compta Online, nous sommes précisément en pleine levée de fonds, et nous pouvons donc prodiguer quelques conseils aux entrepreneurs qui s'apprêtent à pitcher.

1- Rassurer

C'est un peu comme lorsque vous soumettez votre candidature lors d'un recrutement : le but est de rassurer votre interlocuteur en le mettant en confiance avec vous, ainsi qu'avec votre projet. Il s'agit également de le rassurer quant à votre lucidité vis-à-vis du développement de votre entreprise et de votre professionnalisme en tant que dirigeant.

2- Séduire

Au sens professionnel du terme, cela va de soi. Le choix du « pitcheur » est donc crucial, puisque l'expert doit être autant séduit par le projet que par celui qui le porte.

Logiquement, on s'attend à ce que ce soit le dirigeant qui s'y colle. Toutefois, le charisme de ce dernier doit être véritablement mis en avant : il faut qu'il rende son projet vivant et prometteur aux yeux des investisseurs ou du BA ! La grande timidité n'est donc pas la bienvenue dans ce cas précis...

3- Parler de son équipe

Dans une entreprise, à plus forte raison lorsque c'est une start-up, chaque membre de l'équipe compte, puisque chacun apporte sa valeur ajoutée au bon déroulement du projet.

Lors du pitch, en évoquant l'équipe, il s'agit de montrer que les premières compétences nécessaires sont déjà réunies et efficaces, en attendant les nouvelles qui pourront notamment être recrutées grâce à la levée de fonds.

4- Être spontané

Bien-sûr, vous aurez travaillé à l'avance les sujets à aborder lors de votre pitch ; peut-être aurez-vous même répété votre discours devant un tiers. S'il serait dangereux d'improviser entièrement son discours, il n'est pas recommandé de l'apprendre par c½ur pour autant !

Rappelez-vous de vos études, lorsque vous deviez présenter un exposé à l'oral : c'est (presque) le même schéma ici. N'hésitez surtout pas à laisser de la place à votre spontanéité, entre deux thématiques bien rodées, plutôt que de réciter un discours que vous aurez entièrement mémorisé, au mot près.

5- Utiliser un vocabulaire clair

Attention au piège du jargon ! Malgré les apparences, employer des termes trop techniques et complexes ne vous fera pas passer pour un expert. Il se peut que ce soit le contraire : aux yeux des professionnels qui ne comprendront pas forcément eux-mêmes le terme utilisé, cela correspondrait plutôt à un débutant qui ne maîtrise pas complètement l'ensemble de son projet. Un peu gênant au vu des enjeux du pitch !

Préférez donc le vocabulaire compréhensible et clair au jargon complexe, et souvent indéfinissable.

6- Rendre son projet unique

Il l'est forcément à vos yeux, sinon vous ne vous apprêteriez pas à le défendre devant de tels experts ! Prouvez-le vraiment et pour cela, ne vous présentez surtout pas comme « le nouveau Google » ou « le futur descendant d'Uber ».

Beaucoup trop de jeunes entrepreneurs commettent cette erreur, devenue presque banale tant elle est commise, parfois jusque dans les médias.

En y réfléchissant, c'est logique : comment prouver que votre projet est unique si vous le comparez d'emblée à un autre ? Il y aurait d'ailleurs matière à s'inquiéter si deux projets étaient bel et bien comparables de la sorte...

7- Ne rien cacher 

Il s'agit plus précisément ici d'expliquer concrètement, et de manière réaliste, à quoi serviront l'accompagnement et les fonds investis. Oui, cet argent servira au développement de l'entreprise, mais dans quel domaine exactement ? Avec quels objectifs et quelles attentes ?

Vos interlocuteurs s'attendent à ce que vous leur parliez de tout cela en n'épargnant pas les détails.

8- Mettre en avant le retour sur investissement

Les BA et les investisseurs ne financeront pas votre projet uniquement parce qu'ils vous trouveront sympathiques. Ils souhaitent y trouver de l'intérêt et leur intérêt, ce qui est naturel au vu des sommes potentiellement investies.

Votre mission (entre autres) lors de ce pitch, sera donc de leur prouver de manière réaliste et concrète, qu'il y aura retour sur investissement avec votre projet.

9- Balayer les incertitudes

On ne vous le répétera jamais assez : dans votre pitch, il ne doit y avoir que des faits avérés, des prévisions concrètes, et aucune place pour l'incertitude et les réponses vagues !

Maintenant que vous savez à quel point il est crucial de gagner la confiance des experts que vous aurez en face de vous, cela vous semblera évident dans ce contexte, en particulier.

10- Prévoir « l'après accompagnement/investissement »

Avant de pitcher, il vous faut penser à tout, même à vous projeter après l'accompagnement/l'investissement. Cela ne pourra que renforcer la confiance de vos interlocuteurs, surtout qu'un accompagnement par un business angel se déroule sur plusieurs années. Grâce à vos perspectives d'avenir lucides, ils ne pourront que constater votre sérieux et le fait que vous aurez toujours de quoi rebondir.

Il s'agit plus particulièrement ici d'élaborer une « stratégie d'exit ».

Nous espérons que ces 10 conseils contribueront à vous faire briller lors de votre pitch ! Vous serez alors prêt à partir en roads shows...