Datas des experts-comptables, réflexions ? Il y a urgence, action !

Article écrit par (10 articles)
Modifié le
1 524 lectures

« Il ne faut pas mettre la charrue avant les b½ufs »

Qui peut contester cette expression du XVI ème siècle ?

Elle est pleine de bon sens mais cependant, le moment venu de réaliser l'attelage, ne faut-il pas avoir au même instant la charrue et les b½ufs ?

La phase de réflexion, de recherche, d'essais menée par notre profession, toujours très raisonnable, n'est-elle pas l'équivalent de la recherche des « b½ufs » ?

Bien évidemment, quand on envisage de traiter les datas détenues par notre profession, les questions sont multiples :

  • Datas : de quoi parlons nous précisément ?
  • Qui les détient ?
  • Comment les collecter, auprès de qui ?
  • Comment les stocker, avec quels moyens ?
  • Comme le dit Stéphane de Paris Chief Data Officer de SNCF Réseau, comment les « raffiner », avec quels outils (algorithmes) ?
  • Quels produits « raffinés » ? Pour quoi faire ? Pour qui ? Comment les valoriser ?
  • Liste non limitative...

Une fois les réponses apportées à toutes ces questions (et dans quels délais ?) il faudra passer à la phase « ACTION » mais il manquera alors... la charrue.

En effet, d'autres questions alors surgiront, et pas des moindres :

  • Quelle structure juridique pour réaliser un tel projet ?
  • Comment trouver plusieurs dizaines de millions pour financer cette structure ?
  • Comment « sélectionner » les actionnaires ?
  • Comment trouver les dirigeants ?
  • Comment trouver tous les spécialistes indispensables au développement du projet alors que l'on sait d'ores et déjà que le marché est particulièrement difficile ?
  • Faudra-t-il passer par l'acquisition de start-ups déjà existantes ?
  • Et plus encore.

Poser la question est facile.

Alors osons quelques suggestions :

  • Les start-ups qui se créent aujourd'hui répondent « en même temps » à ce double défi (réflexions et action) notre profession est capable d'agir de même.
  • Des exemples réussis par le passé : CCMC, France Défi, JeDéclare,...
  • Celui aussi, dans un autre domaine, de Factorielles : la création d'une entreprise et une participation active d'un comité scientifique composé à l'origine d'une large majorité d'experts-comptables sollicités par le fondateur.
  • De nombreuses start-ups sont actuellement créées par des experts-comptables. Elles ont d'ailleurs réussi le « en même temps ». Certaines, très orientées datas, pourraient constituer d'excellentes bases de départ.
  • Des entreprises anciennes et plus importantes, orientées également datas, pourraient être aussi un autre point de départ pour l'exploitation des données des experts-comptables.
  • Les acteurs : en principe tous les experts-comptables sont concernés quelque soit leur taille, aucun, même mondial, ne peut prétendre avoir suffisamment de données dans tous les secteurs d'activité. D'autres acteurs de la profession comptable peuvent également être intéressés. Il faudra juste opérer une sélection des véritables partenaires de la profession.
  • Le nombre de ces acteurs est garant du soutien financier nécessaire.

RÉFLEXION ET ACTION, il y a urgence !

Avec les travaux déjà menés par le groupe Data et Le Lab50, le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-comptables n'a plus qu'à donner l'impulsion, si la profession veut garder la main...


 

Serge Heripel est expert-comptable retraité et vice-président de l'organisme mixte de gestion agréé France Gestion.