Choisir entre assurance-vie, épargne retraite ou holding patrimoniale

Article écrit par (8 articles)
Modifié le
2 596 lectures

Le dirigeant propriétaire dispose de trois principales filières pour constituer son épargne longue : l'épargne privée, l'épargne retraite et l'épargne à l'impôt sur les sociétés. Comment arbitrer... et faut-il le faire ?

Trois façons d'épargner, avec leurs avantages et leurs inconvénients

L'épargne privée est financée par le revenu professionnel net de tous prélèvements sociaux et fiscaux. C'est dès lors la solution dont le coût de fabrication est le plus élevé. Mais également celle qui offre le plus de liberté et expose le moins aux prélèvements différés.

L'épargne retraite permet de bénéficier de la déduction fiscale des cotisations, tout en préservant, depuis l'instauration du plan d'épargne retraite (PER), la sortie en capital. Elle bénéficie ainsi d'un levier d'investissement qui peut être très significatif. Mais il s'agit d'une épargne bloquée, avec une fiscalité latente très lourde.

L'épargne à l'impôt sur les sociétés consiste à épargner au sein d'une société soumise à l'impôt sur les sociétés. Aucun prélèvement social ou fiscal au niveau de la personne privée, mais un impôt société à acquitter au niveau de la personne morale. Et bien sûr le coût de sortie : impôt de distribution ou impôt de plus-value, selon la solution retenue.

Comment arbitrer ? Selon quels critères ?

Afin de vous aider à mieux appréhender chaque scénario, Pierre-Yves Lagarde, membre de la Chambre nationale des conseils et experts financiers et associé Imani & You, propose une étude de cas chiffrée qui tient compte des principales contraintes en la matière :

  • préserver une disponibilité suffisante de l'épargne ;
  • bénéficier à plein de l'effet de levier du PER ; 
  • intégrer un paradoxe relatif à l'alimentation du PER ;
  • exploiter les stratégies permises par l'existence de la société holding.

Retrouvez l'intégralité de cette étude de cas de Pierre-Yves Lagarde en accès libre sur le site de la Revue française de comptabilité.

 

La RFC est la revue de référence de la profession comptable, éditée par l'Ordre des experts-comptables.

Destinée à tous les praticiens, aux enseignants et aux étudiants en comptabilité, audit et gestion, elle offre une grande diversité des thématiques traitées (gestion, fiscalité, droit des affaires, droit social...). Dans chaque numéro mensuel, un dossier spécial fait le point d'une manière transversale sur un thème particulier.