Le CNOEC et Le Wagon lancent la communauté des « Ambassadeurs de la Data »

Article écrit par (6 articles)
Modifié le
2 396 lectures

Le Conseil national de l'ordre des experts-comptables (CNOEC) et Le Wagon ont décidé de créer une communauté d'Ambassadeurs de la Data. Elle a été lancée en distanciel le 11 février 2022. Cette communauté a pour objectif de permettre à toute la profession d'échanger sur la data et la comptabilité prédictive dans le cadre de rencontres trimestrielles. Son lancement fait suite à la mise en place en 2021 d'une formation data d'une durée de 5 jours, conçue pour aider les experts-comptables et les collaborateurs à développer les modes de réflexion et les compétences liés au champ de la data.

Pourquoi fédérer une communauté professionnelle autour de la data ? La data concerne-t-elle également les petites structures ? Comment insuffler ce changement au sein des cabinets ? Les intervenants ont notamment répondu à ces questions.

Cette présentation était animée par Mathieu Bonfils, en charge du partenariat entre le CNOEC et Le Wagon. Hervé Gbego, président de la commission Data et innovation au sein du CNOEC a rappelé les enjeux de la formation à la data et les objectifs du programme Ambassadeurs. Jules Poujol, expert-comptable associé au sein du cabinet Balta Expertise, a partagé son retour d'expérience sur l'utilisation de la donnée. Didier Louro, senior manager data et innovation chez BearingPoint, a apporté son analyse sur comment créer et porter le changement au sein du cabinet.

Le replay de cette présentation est disponible en intégralité sur Youtube.

Pourquoi construire une communauté apprenante sur la data ?

Ce besoin d'échanger sur le sujet de la data a été identifié en constatant le nombre important d'échanges, entre les experts-comptables, sur le chat de la formation.

« Il est parfois compliqué de rester seul sur un sujet qui peut être complexe », indique Hervé Gbego.

Ces réunions trimestrielles ont trois objectifs principaux :

  • apporter des conseils pratiques aux experts-comptables qui souhaitent mettre en place des missions à valeur ajoutée, en lien avec la data, au sein de leurs cabinets ;
  • récupérer des cas d'usages qui pourraient aboutir à la création d'outils spécifiques ;
  • trouver des idées de nouvelles missions.

« Cette communauté offre la possibilité aux experts-comptables de partager leurs retours d'expériences avec leurs confrères, sur des missions en lien avec la data. L'objectif est de voir comment on avance simplement, concrètement dans un environnement TPE/PME », précise Hervé Gbego.

Les gros cabinets ne doivent pas avoir le monopole de la data

Certains membres de la profession considèrent encore que la data concerne exclusivement les grandes entreprises et donc les gros cabinets d'expertise comptable. Selon Jules Poujol, cela était vrai il y a 10 ans, mais plus aujourd'hui. 

En travaillant plusieurs années au sein du cabinet Mazars, il a constaté que l'exploitation de la data, avec des outils adaptés et paramétrés à leur activité, leur offrait la capacité de prendre les bonnes décisions très rapidement.

Aujourd'hui, de nouveaux outils dits « no code ou low-code », peuvent être mis en place dans des structures beaucoup plus petites. Elles peuvent maintenant aussi prendre les bonnes décisions dans un délai très court. De plus, ces outils peuvent être utilisés par des collaborateurs qui n'ont pas de compétences particulières en code.

Jules Poujol donne un exemple concret d'utilisation, par une petite structure, de données non financières utiles aux clients, en partageant son expérience actuelle d'expert-comptable associé au sein du cabinet Balta Expertise. Sa clientèle est constituée de nombreux cabinets d'architecture. Pour connaître le positionnement de leurs clients par rapport à la concurrence, le cabinet compare, pour chaque chantier, le prix au m2.

« La data ouvre de nouvelles perspectives pour notre profession. On ne parle plus seulement finance au client mais aussi business. On joue maintenant plus le rôle d'un business partner que celui d'un expert-comptable », précise Jules Poujol.

L'utilisation de la data par les experts-comptables amène un changement mais cela ne doit pas être une révolution. Pour Jules Poujol, l'expert-comptable doit commencer par se servir des outils en fonction de ses besoins, par petites touches. Cela agrandira déjà le champ d'action de l'expert-comptable auprès de ses clients.

Comment insuffler ce changement au sein des cabinets ?

De manière générale, selon l'analyse partagée par Didier Louro, pour créer le changement il faut d'abord créer le sentiment d'urgence. Mais dans le cas particulier des experts-comptables le point le plus important n'est pas le sentiment d'urgence mais le manque de leadership pour insuffler ce changement.

Beaucoup d'experts-comptables ont conscience de la nécessité de ce changement, certains le souhaitent, mais peu sont prêts à changer.

L'expert-comptable, dirigeant du cabinet, doit être convaincu qu'un changement est nécessaire pour mieux accompagner ses clients actuels et éventuellement gagner de nouveaux clients. 

D'ailleurs, certains clients, dont des TPE-PME, s'intéressent de plus en plus à la data. Didier Louro fait notamment référence aux restaurateurs qui se sont tournés vers l'e-commerce lors des confinements successifs suite à la crise sanitaire.

« Ce changement va permettre à la profession d'expertise comptable et à ses clients d'évoluer », indique Didier Louro.

Quelques conseils pratiques aux experts-comptables qui souhaitent franchir le pas

En fin de présentation, Didier Louro fournit quelques conseils pratiques aux experts-comptables qui souhaitent mettre en place, au sein de leur cabinet, ce changement lié à l'utilisation de la data.

1/ L'expert-comptable convaincu du changement va devoir à son tour convaincre les plus récalcitrants de la nécessité de ce changement. Pour cela, il doit se mettre à leur place et essayer de comprendre leurs craintes.

2/ Il ne doit pas montrer ses propres doutes à son équipe.

3/ On ne transforme pas à côté mais à l'intérieur. Il est recommandé de ne pas créer d'équipes extérieures.

4/ Les données doivent être unifiées (« Plateforme unifiée »). L'expert-comptable doit être en mesure de les utiliser où elles se trouvent et de la manière qu'il le souhaite.

5/ Il ne faut pas chercher à convaincre tout le monde en même temps. Il est recommandé de cibler quelques collaborateurs. Ces collaborateurs devront ensuite partager leur expérience au sein de l'équipe. Il est donc recommandé de choisir de bons communicants.

Pour plus d'information sur la formation data (site de la formation et information par mail : oec@lewagon.org).

Pour rejoindre la communauté Ambassadeurs de la Data (information par email : numerique@cs.experts-comptables.org).

Pour s'inscrire à la newsletter.


www.lewagon.com