Externalisation des formalités juridiques : le témoignage d'un jeune cabinet

Article écrit par (14 articles)
Modifié le
1 164 lectures

Sacha Krief et Morgan Bitton, fondateurs du cabinet Virtuoz, nous font part de leur expérience après avoir décidé, il y bientôt 2 ans, d'externaliser toutes les formalités juridiques de leur cabinet.

Cela correspond-il aux besoins de leur clients ? Cette externalisation facilite-t-elle leur travail et celui de leurs collaborateurs ? Si oui, de quelle manière ?

Présentation du cabinet Virtuoz Expertise

Ce cabinet a été créé en avril 2020 par Morgan Bitton, expert-comptable et commissaire aux comptes, rapidement rejoint par Sacha Krief. Peu de temps après, ils emménagent dans le 9e arrondissement parisien et embauchent leurs trois premiers collaborateurs. Le cabinet accompagne au quotidien ses clients chefs d'entreprise dans des missions de conseils en gestion de patrimoine notamment (refinancement de biens immobiliers, gestion de trésorerie, démembrements de parts sociales de SCI,...).

Ce cabinet a fait le choix de s'entourer d'un réseau de partenaires spécialisés ce qui leur permet de proposer à leurs clients une large palette de services.

 

Avez-vous noté une évolution sensible des attentes de vos clients ?

Nos clients montrent dernièrement plus d'intérêt pour du conseil en gestion de patrimoine, notamment en matière de restructuration, de placement de trésorerie, d'épargne salariale. 

Ils souhaitent donner plus de pouvoir d'achat à leurs salariés sans que cela ne leur co»te trop cher. Nous avons donc de belles missions juridiques à réaliser.

 

Pourquoi avoir décidé d'externaliser une partie de vos missions juridiques et comment avez-vous procédé ?

Grâce à nos différentes expériences professionnelles, nous avions déjà de nombreux modèles d'actes juridiques. On réalisait donc l'ensemble des formalités juridiques en interne, de la rédaction de l'acte jusqu'au dépôt au greffe. Cela nous prenait énormément de temps, en particulier le dépôt et le suivi des formalités, et notre valeur ajoutée dans la réalisation de ces démarches était minime pour le client. Nous avons donc décidé rapidement d'externaliser cette tâche auprès de LegalVision, spécialiste dans ce domaine d'activité.

 

Après 2 ans d'externalisation, quel bilan faîtes-vous ?

Au-delà du gain de temps, la haute valeur ajoutée de l'externalisation réside dans la relecture, l'analyse et les conseils fournis par les formalistes de LegalVision. Nos actes ne comportent plus d'erreur.

LegalVision apporte un véritable regard technique sur les actes juridiques que nous leur soumettons. Nous échangeons fréquemment par e-mail avec des formalistes de LegalVision à ce sujet. Il nous donne des conseils, nous alerte sur des points importants. Nous apprécions aussi ce facteur humain.

Nous avons gagné en productivité et en réactivité. C'est bien s»r bénéfique pour nos clients et pour notre cabinet. 

Autre avantage, nous savons quel tarif annoncer à nos clients dès le premier rendez-vous car nous connaissons par avance le co»t de la formalité pour le cabinet.

Depuis que nous avons externalisé la réalisation des formalités juridiques, nous avons nettement développé notre pôle juridique. On se sent plus à l'aise pour vendre ce type de missions.

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune cabinet qui hésiterait à externaliser ses formalités juridiques ?

En fait, nous déconseillons à un jeune cabinet comme le nôtre de réaliser les formalités juridiques de A à Z. C'est une perte de temps car cela n'est pas facturable au temps passé et notre valeur ajoutée n'est pas là. Nous conseillons plutôt de passer par un prestataire extérieur. La relecture et le suivi est un vrai plus pour le cabinet.

Nous leur conseillons surtout de faire tout simplement le test sur un dossier. De comparer le temps qu'ils auraient passé en interne pour constater le temps économisé et le mettre en perspective par rapport à ce qui est facturé.

Par exemple, quand nous facturons du juridique, nous facturons des honoraires mais aussi des frais de formalités. Lorsque la mission est externalisée ces frais sont plus élevés mais cela est accepté par les clients, car ils nous attendent sur du conseil, sur la sécurisation de leurs actes, mais pas sur la réalisation des formalités.

Si on devait effectuer ces formalités en interne, nous ne pourrions pas les vendre beaucoup plus cher. Par conséquent, cela ne serait pas rentable par rapport au temps que cela prendrait à nos collaborateurs.

Enfin, un conseil d'ordre plus général, il faut s'entourer de partenaires de confiance et de qualité. On n'est jamais parfait dans tous les domaines.

Nous les invitons à nouer des contacts avec des partenaires efficaces et à les conserver. Aujourd'hui, les clients attendent aussi cela de leur expert-comptable, qu'il soit capable de les orienter vers le spécialiste dont ils ont besoin. L'expert-comptable doit être un homme de réseau.


www.legalvision.fr