Devenir expert-comptable indépendant, sans réseau et sans appui, ce serait devenu une folie ?

Article écrit par (14 articles)
Modifié le
1 074 lectures

Interview réalisée par Amarris Contact

Le titre de l'interview peut faire sourire, ou pas. Pour en discuter aujourd'hui Claude Robin, fondateur de la société d'expertise comptable Amarris et Julien Poupelard, 1er franchisé du réseau Amarris et fondateur de son cabinet voilà près d'un an.

Deux regards croisés pour aborder le lancement de son cabinet quand on veut rester indépendant. Un sujet qui sera justement développé aux Estivales par Claude lors d'un atelier dédié à l'entrepreneuriat.

Claude, tu l'expliques souvent, tu as démarré « sans réseau ». Ce qui ne t'as pas empêché de réussir...

Claude : Oui, en 1999, à l'époque, je venais de refuser la proposition d'association complètement inéquitable du cabinet où j'étais alors salarié pour lancer mon propre cabinet. Je voulais être libre.

Mais évidemment, quand on a aucun appui, cela demande d'être imaginatif, je me suis focalisé sur mon offre de service, j'ai cherché à me différencier. Il y a eu des bons et des mauvais moments, comme dans toute création d'entreprise. Mais finalement, ne pas pouvoir m'appuyer sur un réseau, cela m'a permis de faire autrement, de chercher des solutions, bref, d'être entrepreneur.

 

Fraîchement diplômé en expertise comptable ?
Pas envie d'attendre 15 ans avant de monter ton cabinet ?

Découvrez le modèle Amarris Franchise !

Mais tout a changé bien sûr, tu parlais récemment dans une tribune des bouleversements que traverse la profession. Est-ce que cela ne rend pas l'installation plus compliquée encore ?  

Claude : Entreprendre c'est toujours beaucoup d'énergie et d'implication. Ça, cela ne change pas. Aujourd'hui, les créateurs peuvent bénéficier du chômage pour soutenir leurs premiers mois, c'est tout de même plus facile. Mais c'est vrai que notre profession est traversée par des enjeux majeurs, notamment la question de l'attractivité du métier.

La plupart des cabinets peinent à recruter. Ce n'est pas encore une préoccupation pour celui ou celle qui se lance tout juste. On s'imagine toujours qu'on trouvera des solutions en temps utiles. Mais quand on commence à rentrer des clients, quand ça commence à marcher, on a beaucoup moins de temps disponible et c'est là que ça devient compliqué.

Julien, tu es le 1er franchisé Amarris, tu es bien placé pour parler de cette phase d'installation qui interroge beaucoup de créateurs. Quel était un des freins pour toi ?  

Julien : Au tout début la question sensible est surtout financière. Partir de zéro, cela veut dire qu'on a zéro honoraires pour couvrir ses charges tout simplement. C'est une des craintes les plus partagées. Comment faire pour trouver ce fameux réseau qui va permettre d'identifier les 1ers clients ?

Ce qu'on oublie c'est qu'au tout début, on est aussi très disponible. Cela m'a permis de consacrer du temps au groupe BNI auquel j'appartiens depuis 3 ans. J'ai également été voir les agences bancaires à proximité de mon cabinet et je leur ai proposé mes services tout simplement. J'ai passé quelques demi-journées aux côtés de certains de leurs clients. Depuis, ce sont des apporteurs d'affaires réguliers.

Claude : Oui, Julien le souligne justement. Quand on se lance en indépendant, il faut sortir du cadre. C'est souvent là qu'on trouve de nouvelles solutions, des manières de se différencier. Lorsque j'ai démarré, j'allais voir mes clients souvent, je leur proposais des RDV très réguliers et un accompagnement qui a permis de fidéliser pas mal de clients.

Finalement, le choix des solutions technos, des outils métiers, ce n'est pas le plus complexe ?

Julien : Pour ma part et je crois que c'est le cas de pas mal de confrères, non en effet. Ce sont simplement des choix à faire, les éditeurs sont nombreux et justement aident beaucoup ceux qui sont prêts à s'installer. En matière de solutions, je peux dire que le choix de la franchise Amarris m'a fait gagner beaucoup de temps.

J'ai profité d'un pack complet pour le lancement de mon activité : lettre de mission, signalétique sites Internet, réseaux sociaux, services en sous-traitance (juridique, paie...). Cela permet encore une fois de se distinguer, d'être visible. Cela a contribué certainement à m'aider à convaincre auprès de ma clientèle. Typiquement, dès le lancement j'ai pu sous-traiter toute la partie constitution ce qui m'a permis d'accepter des clients que je n'aurais pas pu traiter et que j'ai maintenant en compta.

Claude : Je rebondis car c'était l'un de tes retours récents Julien, au-delà des solutions technologiques et de production que tu évoques, la franchise, c'est aussi faire le choix de rejoindre un réseau incarné, avec un état d'esprit, des valeurs, j'ose dire une famille. Cela permet d'échanger avec des confrères, de s'épauler quand il y a besoin, de comparer les expériences avec bienveillance.

Et pour revenir au sujet du jour, cela répond à une autre difficulté que rencontrent tous les créateurs, la solitude du dirigeant. Se retrouver du jour au lendemain, seul face à toutes les décisions à prendre, c'est bien le projet quand on entreprend, mais c'est loin d'être facile.

Justement Claude, pour conclure, tu animes prochainement un atelier lors des Estivales, le congrès des jeunes experts du chiffre. Devenir entrepreneur, ce sera le thème de ton intervention ?

Claude : Oui, il sera beaucoup question de cette étape de lancement. Le RDV se veut un moment inspirant. Car bien sûr les experts-comptables maîtrisent parfaitement le « prévisionnel ». Mais ce n'est pas ça qui fait venir les clients au cabinet.

Savoir se vendre, identifier les bonnes idées, les besoins, les niches intéressantes, innover... ça ne s'apprend pas en formation et le cursus en « gros cabinets » où l'on passe son temps à gérer son portefeuille n'arme pas pour le moment où l'on se retrouve « seul ». Cela fait partie des clés de succès d'Amarris qui compte plus de 300 collaborateurs aujourd'hui.

Je n'en dis pas plus, ce sera l'objet de l'atelier. Je souhaite que notre exemple vous permette de découvrir vos propres clés de réussite. Ce partage c'est ce dont bénéficient les franchisés Amarris au quotidien dans leur développement en rejoignant un réseau fort de 20 ans d'expérience au sein du marché de l'expertise comptable.

Alors à très vite à tous ceux qui pourront se déplacer !


www.amarris.fr/franchise