Entretien d'embauche : parler salaire et de vos prétentions salariales

Article écrit par (273 articles)
Publié le
Modifié le 06/12/2018
3 855 lectures

Un entretien d'embauche se déroule principalement toujours de la même manière et suit un processus bien précis dans la découverte entre le recruteur et le candidat. La question sur les prétentions salariales n'est pas un sujet évident à aborder, et pourtant il fait partie d'un entretien.
Comment aborder le sujet et comment se comporter face à cette question ?

Quelques conseils pour vous préparer à la question des prétentions salariales

Tout d'abord, vous devez vous renseigner sur l'entreprise et les salaires usuels selon le secteur d'activité pour lequel vous postulez. Si possible, vous pouvez vous renseigner auprès de connaissances ou d'amis qui maîtrisent le secteur. Le meilleur avantage est de connaître une personne qui travaille dans l'entreprise et qui peut vous donner une idée des prétentions salariales à évoquer lors de l'entretien d'embauche.

Ensuite, vous devez vous pencher sur votre valeur ajoutée au sein de l'entreprise. Il est important de bien estimer ce que vous valez selon vos compétences et vos expériences passées. Le recruteur peut vous demander sur quoi vous vous basez lors de votre réponse, soyez prêt à vous vendre et expliquer votre valeur.

Puis, il vaut mieux éviter d'attaquer l'entretien par la question du salaire. Le recruteur risque de se braquer si vous commencez votre rencontre par parler d'argent ! Vous devez lui laisser le temps de vous connaître, de mieux cerner qui vous êtes et ce que vous valez pour le poste proposé.

Enfin, en fonction du déroulement de l'entretien, vous pouvez déterminer qui aborde le sujet du salaire. En tant que candidat, il n'est pas conseillé de prendre les devants et d'entamer ce sujet, il est d'usage que ce soit le recruteur qui en parle. En effet, vous risquez de donner une mauvaise image de vous et de vos attentes. Toutefois, si à la fin de l'entretien le recruteur n'a pas abordé le sujet, vous pouvez prendre l'initiative en lui demandant quelles sont les habitudes en termes de salaire au sein de l'entreprise. Indirectement, cela permet de parler de rémunération, sans poser la question qui pourrait être mal perçue ou fâcher le recruteur s'il ne voulait pas en parler lors du premier entretien.

L'attitude à avoir face à la question des prétentions salariales

La base de départ des négociations peut être le salaire perçu chez votre dernier employeur, ce que peut vous demander le recruteur. Il est primordial de communiquer celui-ci de manière véridique car cette information peut être vérifiable. Vous pouvez très bien communiquer des prétentions salariales plus élevées que votre ancienne rémunération. Le nouveau poste en question peut vous demander plus de responsabilités ou nécessiter plus de connaissances que le précédent.

Lors de cette question redoutée, il est préférable de donner une fourchette de salaire. Néanmoins, vous devez rester attentif sur le fait que le salaire bas doit correspondre au salaire minimum que vous souhaitez sinon vous risquez d'être déçu. De plus, le salaire haut doit pouvoir être justifiable pour ne pas perdre en crédibilité. Vous devez être en capacité de pouvoir négocier de manière professionnelle.

Vous ne devez pas être réticent à l'idée de parler de salaire. C'est un tabou dans notre pays alors qu'il s'agit d'un sujet de négociation totalement normal. Vos réponses doivent être directes et précises. Lorsque le recruteur vous demande quelles sont vos prétentions salariales, vous devez répondre clairement ce que vous souhaitez. Il est préférable de parler en revenu annuel brut afin d'éviter les incompréhensions du style : salaire brut ou net ? salaire payé en 12 ou 13 mois ?

Vous devez également tenir compte des avantages que l'entreprise peut vous proposer et qui s'ajoutent à la rémunération. En principe, le recruteur énumère les avantages qui sont proposés en présentant l'entreprise, vous pouvez en tenir compte dans vos prétentions salariales.

Enfin, lorsque vous avez abordé le sujet du salaire et que vous ne voyez aucune réaction du recruteur, ou bien pas celle escomptée, vous pouvez ouvrir la discussion et demander ce qu'il en pense. La question de la rémunération doit conserver le même ton que le reste de l'entretien : un dialogue et une discussion ouverte afin d'arriver à une entente.

L'attitude à éviter face à la question des prétentions salariales

Lorsque l'entretien arrive enfin à la question de rémunération, il est préférable d'éviter un faux-pas et commettre une erreur qui vous empêche d'obtenir le poste convoité.

La première erreur serait de n'avoir aucune idée sur la question. Cela voudrait dire que vous ne savez pas ce que vous valez. L'image qui est rendue est négative car vous montrez que vous n'êtes pas sûr de vous et que vous pouvez vous sous-estimer.

Ensuite, vous ne devez pas donner un chiffre au hasard. Ne voyez pas dans cette question l'occasion de demander n'importe quel salaire. Comme évoqué précédemment, vous devez vous situer sur le marché. Par conséquent, il n'est pas envisageable que vous donniez un revenu sans pouvoir le justifier.

Puis, il n'est pas conseillé d'être trop précis dans la rémunération que vous demandez. En effet, une fourchette de salaire proposée est à privilégier afin d'offrir une marge de man½uvre au recruteur. Un salaire fixe équivaut à fermer la discussion sur ce point et risque de ne pas être bien perçu par le recruteur qui aura une personne butée face à lui.

A l'instar de ce qui a été évoqué plus haut dans l'article, vous ne devez pas gonfler votre salaire actuel car l'information peut être vérifiée si le recruteur vous demande une fiche de salaire par exemple. Vous seriez alors dans une situation bien embarrassante, qui aurait pour conséquence une perte de confiance de la part de l'entreprise qui souhaitait vous engager.

Enfin, même si vous n'êtes pas à l'aise avec la question de vos prétentions salariales, il est inutile de vous bloquer et de vous montrer intransigeant si ce qui vous est proposé ne vous convient pas. Essayez de négocier le salaire en justifiant votre demande par rapport à vos compétences et ce que vous pouvez apporter au sein de l'entreprise. Si cela n'amène à rien, vous pouvez tenter d'obtenir des avantages ou entamer une discussion sur une augmentation au bout de 6 mois par exemple.

_____________________________


Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.