Comment les Millennials perçoivent le monde du travail ?

Article écrit par (308 articles)
Publié le
Modifié le 17/07/2017
9 710 lectures

Actuellement, les Millenials, ou génération Y, sont 29% de la population active. En 2020 ils seront 50% des travailleurs. Dès lors, les employeurs doivent s'adapter à cette génération qui possède de nombreuses attentes vis-à-vis des entreprises, des nouvelles technologies et de la génération Z qui va les succéder.

La sixième édition de l'étude de Deloitte qui s'intitule The Deloitte Millenial Survey 2017 vient d'être publiée et a été réalisée auprès de 8 000 Millenials à travers le monde.

La vision de l'avenir des Millennials

Contrairement à 2016, la génération Y française a semble-t-il modifié sa planification de sortie à court terme de leur entreprise. L'étude précise que ceci serait généré par les bouleversements politiques et sociaux des 12 derniers mois qui rendraient ces jeunes plus pessimistes sur leur avenir. 36% des sondés pensent que la situation économique va s'améliorer prochainement.

Au vu de ce qui précède, aujourd'hui, les Millennials recherchent la stabilité, la sécurité de l'emploi et seraient plus fidèles que par le passé envers leurs employeurs. En effet, en 2016 il étaient 44% à vouloir changer d'employeur dans les 2 ans alors qu'ils ne sont plus que 38% en 2017. Ceux qui veulent changer d'emploi dans les 5 ans sont, à l'inverse, plus nombreux en 2017 avec 31%, contre 27% en 2016.

Sans surprise, les français de la génération Y ont des préoccupations bien réelles comme le terrorisme pour 44%, le chômage pour 29%, la criminalité pour 23% et les inégalités de richesse pour 18% d'entre eux.

Les jeunes professionnels indiquent dans cette étude qu'ils vont probablement mieux se préoccuper de la sécurité de leur emploi. Ceci est en relation avec l'incertitude résultant des conflits mondiaux qui ne les rendent pas optimistes sur leurs perspectives futures.

Les nouvelles technologies et leur vie en entreprise

Les Millennials pensent que les nouvelles technologies vont changer la manière de travailler. 34% des sondés pensent que l'automatisation, l'intelligence artificielle et la robotique auront un impact négatif sur le nombre d'emplois disponibles. 53% voient, par l'arrivée de ces nouvelles technologies, un lieu de travail plus impersonnel et moins humain.

Toutefois, 62% d'entre eux pensent que les technologies favoriseront la productivité globale et 53% estiment qu'elles encourageront la croissance économique.

Au niveau individuel, ces innovations ne sont pas des menaces pour 60% des sondés et 50% d'entre eux les voient même comme une opportunité. en effet, ainsi ils ont plus de temps pour se consacrer à des activités de création, à plus forte valeur ajoutée ou l'apprentissage de nouvelles compétences. A bien des égards, l'automatisation pourrait être considérée comme un atout que les Millennials peuvent saisir afin d'augmenter leur influence au sein des entreprises.

En ce qui concerne la vie en entreprise, ils indiquent bénéficier de plus de flexibilité dans leurs conditions de travail, en comparaison à l'étude de 2016. En effet, 69% des Millennials interrogés choisissent leurs heures de travail, à savoir quand ils commencent et qu'ils finissent de travailler. 64% peuvent sélectionner leur lieu de travail entre leur bureau ou de leur domicile.

Le bien-être au travail est très important pour la génération Y. 69% d'entre eux estiment qu'ils ne pourraient pas travailler dans une entreprise rigide car cela pourrait altérer leur bien-être, leur motivation et leur engagement. Ils sont même 84% à voir la flexibilité de travail comme une source de motivation et 82% à rechercher un équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle.

Et la génération Z qui arrive dans le monde du travail

La génération Y a tendance à avoir un avis général sur la génération Z qui les précède, c'est-à-dire ceux qui sont nés après 1995. Au début de l'étude de Deloitte en 2011, la génération Y était la nouvelle génération à étudier et les interrogations se portaient sur ces jeunes. A ce jour, il s'agit de la génération Z qui attire l'attention et Deloitte a trouvé judicieux de savoir ce que la génération Y pense de leurs successeurs.

Ils sont 61% à penser que la nouvelle génération, aussi appelée génération silencieuse, va apporter un impact positif dans le monde du travail. Dans les postes à responsabilités, les sondés sont même 67% à avoir cet opinion.

En contrepartie, ils pensent que les jeunes auront besoin de beaucoup de support quand ils rentreront dans le monde du travail et qu'ils seront les bonnes personnes pour leur donner l'assistance qu'ils auront besoin. Les conseils qu'ils pourront donner à la génération Z et qui sont basés sur leur propres expériences sont : apprendre autant que possible, travailler dur, être patient, être flexible et être persévérant.

Enfin, ils pensent que la génération Z devra développer des soft skills (compétences personnelles) plutôt que de la connaissance technique ou spécifique afin de répondre aux attentes des entreprises. En effet, ils considèrent que des qualités comme la patience, la maturité et l'intégrité sont importantes et s'acquièrent avec l'expérience ou grâce à du mentorat par exemple.

_____________________________


Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.