TVA, DIRECCTE, loyers,... les experts-comptables se battent pour la survie des TPE !

Article écrit par (1611 articles)
Modifié le
9 598 lectures

Les experts-comptables accompagnent leurs clients TPE en répondant à leurs questions et en passant du temps à les assister dans cette crise.

Loin de se préoccuper des bilans et des déclarations du mois de mai, tous se mobilisent pour les demandes de délais ou les déclarations d'activité.

Ce surcroît d'activité en période de confinement n'est pas sans conséquences. Au télétravail organisé pour la sécurité des collaborateurs s'ajoute un triplement de la charge de travail du cabinet.

Témoignage d'Olivier Arnoult, expert-comptable, élu au Conseil régional d'Orléans et membre de la commission professions libérales du CSOEC.

Comment ton cabinet traite l'absence de report de la TVA pour ses clients ?

À ce stade, la plupart de mes clients possède la trésorerie nécessaire. Il y a donc eu très peu de demandes. Il n'empêche qu'il n'est pas possible de ne pas réaliser les déclarations de TVA de ses clients et de ne pas payer.

En cas de difficultés sévères, remplir la déclaration de TVA et ne pas payer est la seule possibilité. Des mesures d'assouplissement peuvent alors être envisagées au cas par cas.

Mon conseil est de faire la TVA pour ne pas se mettre hors la loi, de respecter la déontologie de la profession et permettre à nos assurances de nous couvrir sans se rendre coupable d'une fausse déclaration.

Le non-paiement de la TVA doit être justifié et faire l'objet d'une demande de délais.

C'est un sujet majeur pour la plupart des clients qui touche au besoin en fonds de roulement qui sera probablement à recréer comme en début d'activité.

Quelles sont les problématiques rencontrées en cas de demande d'activité partielle ?

C'est un vrai bordel. Dès le premier jour, il a été impossible de se connecter alors que le délai de déclaration était fixé à 48 heures.

Au moment de l'annonce d'un délai de 30 jours, j'ai fait une mini vidéo pour aider mes clients à créer leurs comptes respectifs. J'ai aussi créé un groupe via un outil de messagerie instantanée pour pouvoir échanger en flux constant avec mes clients.

Aujourd'hui, nous avons pu faire des demandes de codes d'accès au site chez tout le monde sans passer par l'espace dédié aux experts-comptables.

Passer par cet espace oblige à recueillir des signatures et complexifie les échanges alors que les équipes commencent à être en télétravail et vont avoir autre chose à faire.

Depuis une semaine, nous sommes en attente des codes d'accès. Aucun rejet n'a été réceptionné à ce jour chez nous.

L'établissement des fiches de paie sera-t-il problématique ?

Il est urgent d'avoir des retours au titre du chômage partiel parce que la période d'établissement des fiches de paie approche à grand pas.

Le risque est d'établir des fiches de paie avec le chômage partiel, sans charges alors que le dispositif est rejeté.

Une autre question qui va se poser est la date de sortie des nouvelles conditions de prise en charge du chômage partiel et la mise à jour des logiciels de paie.

Il faut y ajouter le fait que de nombreux collaborateurs et gestionnaires de paie vont devoir établir des fiches de paie qu'ils ne maîtrisent pas forcément à ce jour.

Certains clients nous demandent déjà s'ils peuvent compenser le chômage partiel et les primes Macron pour rétablir le net à payer du salarié.

Remplacer l'activité partielle par des congés payés : est-ce une solution ?

La publication de la possibilité de mettre les salariés en congés arrive avec un peu de décalage. Il y a quelques jours, ce n'était pas possible sauf négociation entre l'employeur et le salarié.

Ceux qui n'auront pas accès au chômage partiel pourraient utiliser les congés payés et rattraper le retard en juillet et août. C'est valable par exemple dans le BTP avec la caisse de congés payés.

Des propositions sont déjà faites pour demander un assouplissement des conditions de recours aux heures supplémentaires pour rattraper le retard après la crise sanitaire.

Qu'en est-il du paiement des loyers dans les TPE ?

Mes clients sont souvent propriétaires de leurs propres locaux. Le report se demande alors auprès de la banque pour éviter le prélèvement. C'est assez facile.

Pour les autres, il reste la possibilité de suspendre le paiement en discutant avec son propriétaire ou d'utiliser le mandat ad hoc. La problématique est que le propriétaire a ses propres contraintes économiques. Si le propriétaire ne peut décaler ses échéances, il se retrouvera en cessation de paiement.

Les banques semblent autoriser les décalages de prêts personnels ou pour les SCI.

Peut-on parler du côté humain en cabinet ?

Le plus compliqué reste la communication au sein du cabinet et avec les clients. Le télétravail c'est bien, il est possible de créer un groupe dans un logiciel de messagerie instantanée et de faire une web conférence pour débriefer ses équipes et faire le point sur les notions et le discours à tenir.

Cela ne remplace pas le contact humain.

Derrière les experts-comptables, les collaborateurs sont la cheville ouvrière qui permet d'avancer. Je croise les doigts pour qu'ils tiennent le rythme avec les journées actuelles de 10 heures.

Le plus difficile est de résister à l'impossibilité de répondre aux demandes des clients dans le besoin parce qu'on ne sait pas comment la situation va évoluer et que les textes ne sont pas sortis, c'est loin d'être simple.

Les clients réagissent à chaque annonce gouvernementale pour demander des explications, qui sont parfois les mêmes que les précédentes par manque d'informations nouvelles concrètes.

Ils demandent aussi des prévisionnels pour estimer leurs cotisations 2020 et revoir leur bénéfice à la baisse et moduler le prélèvement à la source.

En pleine période fiscale, le cabinet se retrouve avec le triple de sa charge de travail habituelle pour les mêmes équipes voire moins.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.