Tendances générales du marché de l'emploi en France en 2018

Article écrit par (277 articles)
Modifié le
2 784 lectures

Le cabinet de recrutement Hays vient de publier sa 9ème étude des rémunérations 2019 par secteur. Les secteurs de l'audit et de l'expertise comptable ainsi que de la finance et comptabilité se portent bien.

Qu'en est-il au niveau national concernant les recrutements et la fidélisation des collaborateurs ?

Tendances du recrutement en France en 2018

Selon cette étude, 79% des candidats sondés souhaitent changer de poste dans l'année à venir. En 2018, 33% d'entre eux ont passé le cap de changer d'emploi. 2019 risque d'être intéressante si les sondés passent à l'acte !

Les principales raisons de ce souhait de changement sont l'intérêt du poste pour 53%, une rémunération plus attractive pour 44% et des perspectives d'évolution pour 41%. Si dans certains secteurs, l'ambiance et l'équilibre vie professionnelle et vie personnelle sont les plus importants, nous pouvons voir qu'au niveau national, tous secteurs et régions confondus, la rémunération conserve une bonne place sur le podium pour les collaborateurs, même si elle a quitté la première place.

Du côté des entreprises, 90% d'entre elles déclarent avoir donné des augmentations à leurs salariés en 2018 et pour 49% d'entre elles, l'ensemble des collaborateurs a été augmenté.

En ce qui concerne le recrutement, elles sont 95% à avoir recruté en 2018 et sont 80% à souhaiter recruter en 2019. Si cela se révèle juste, le dynamisme du marché de l'emploi devrait continuer cette année et ceci est une très bonne nouvelle. Si les entreprises souhaitent recruter c'est soit pour remplacer une démission ou un licenciement (74%), lié à un accroissement de leur activité (64%) ou une création de poste (53%). Le remplacement suite à une mobilité interne vient en quatrième position avec 40% des entreprises qui ont vécu cette situation.

La fidélisation des collaborateurs par la mobilité interne

Une deuxième partie de cette étude Hays se penche sur cette mobilité interne dans les entreprises qui permet de fidéliser les collaborateurs. En favorisant la mobilité interne, les salariés sont moins contraints de démissionner pour trouver l'emploi qui les intéresse.

Du côté des candidats, ils sont près de 60% à préférer rester dans la même entreprise avec un nouveau poste plutôt que démissionner et continuer sa carrière ailleurs. Les avantages cités de la mobilité interne sont le fait de bien connaître l'entreprise pour 75%, de pouvoir compléter les compétences pour 60% et conserver les avantages de l'ancienneté pour 47%.

Parmi ces 60% qui souhaitent rester en entreprise 67% d'entre eux pensent que la mobilité externe est une prise de risque importante.

Malgré ces chiffres prometteurs pour la fidélisation des talents, les entreprises sont encore trop peu nombreuses à utiliser la mobilité interne pour conserver les compétences. En effet, 69% des entreprises sondées n'utilisent que 5% de leurs recrutements en mobilité interne. Une mise en adéquation est sûrement nécessaire car toutes les études indiquent que les entreprises peinent à conserver les talents en interne.

Le travail à la tâche ou conserver le statut de salarié

De nouveaux modes de travail arrivent sur le marché du travail, notamment le travail à la tâche comme la flash organization. Malgré cette évolution des entreprises qui obtiennent la main d'œuvre nécessaire sur demande et selon les besoins, le statut de salarié persiste et reste le statut le plus sollicité.

En effet, toujours selon cette étude Hays, 26% des salariés envisagent de devenir un jour freelance, ce qui est très peu. Parmi eux, 54% changeraient de mode de travail pour découvrir un nouvel environnement de travail, 49% pour développer de nouvelles compétences et 43% pour découvrir de nouvelles méthodes de travail. Les inconvénients de ce statut de freelance selon les salariés sont le confort de vie qui serait impacté par des horaires de travail à rallonge (48%) et des revenus cycliques (37%).

Face à ce peu d'enthousiasme, les entreprises ne se placent pas non plus forcément sur ce créneau car 6% d'entre elles font appel régulièrement à des freelances. Ce qui laisse envisager encore un bel avenir au statut de salarié en entreprise.

_____________________________


Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.