Réussir son DSCG avant ou pendant le stage d'expertise comptable

Article écrit par (1519 articles)
Modifié le
53 641 lectures

Les inscriptions aux examens du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) 2022 sont prévues en juillet et août. Les étudiants et candidats libres ont jusqu'au 31 août 2022 pour renvoyer leur confirmation d'inscription et leur mémoire.

Les étudiants issus d'écoles de commerce et de master CCA peuvent gagner à ne pas utiliser toutes leurs dispenses d'épreuves.

À l'issue des examens, parfois même dès l'obtention de leur master, certains feront le choix de commencer le DEC sans le DSCG.

Commencer le stage d'expertise comptable sans le DSCG est possible. Il suffit d'être titulaire d'au moins 4 unités d'enseignement obligatoires sur 7, obtenues par examen, dispense ou report de notes. L'épreuve facultative n'est pas prise en compte.

La demande d'entrée en stage d'expertise comptable se fait auprès du conseil régional de l'Ordre des experts-comptables de votre région.

Seule contrainte, sans le DSCG en poche, un expert-comptable stagiaire ne pourra pas obtenir l'attestation de fin de stage et passer les épreuves du DEC. Le stage est suspendu au bout de deux ans.

L'intérêt d'une bonne préparation au DSCG : éviter l'invalidation du stage

Commencer son stage d'expertise comptable après un master CCA, un DSCG incomplet (sans être titulaire du DSCG) ou une école de commerce est une possibilité offerte par les textes officiels.

L'objectif de la mesure est clairement d'attirer des jeunes dans la profession, jeunes diplômés titulaires de master CCA, d'écoles de commerce ou d'une partie du DSCG.

L'inconvénient de la méthode est qu'une partie non négligeable de ces jeunes diplômés se retrouve au bout des deux premières années de stage avec un DSCG incomplet. Le stage d'expertise comptable est alors suspendu pendant trois ans puis invalidé. L'invalidation du stage d'expertise comptable au bout de trois ans oblige à recommencer le stage.

Quelle stratégie pour obtenir le DSCG ?

Une fois le stage d'expertise comptable commencé, il devient beaucoup plus difficile de se consacrer aux UE manquantes du DSCG. Près de la moitié des jeunes stagiaires y parvient sans trop de mal. Pour les autres, la stratégie dépendra du diplôme obtenu avant la préparation du DSCG.

Dans tous les cas, pour les stagiaires, il est souvent conseillé d'accorder la priorité au DSCG en première année de stage.

Les obligations liées au stage sont moins importantes en première année et les rapports semestriels ne sont à rendre qu'à partir de la deuxième année.

En cabinet, le stagiaire qui débute a généralement moins de responsabilités en première année.

Pour les autres, il faudra préparer le DSCG en essayant à la fois de mémoriser et de comprendre. En DSCG, le bachotage ne suffit plus. Il s'agit moins de connaître son cours que de faire preuve d'analyse.

Pour obtenir les UE1 et UE4 du DSCG, il vaut souvent mieux les passer au cours de la même session d'examen

Cette affirmation part d'un constat : « lorsque l'UE1 est difficile, l'UE4 est plus facile et inversement » estime Michel Leroy, Docteur en sciences de gestion et enseignant dans la filière de l'expertise comptable.

De plus, pour obtenir le DSCG, il faut bien avoir conscience de la charge de travail que représentent les UE. Une UE qui affiche « 150 heures de cours nécessite au moins le double de travail à la maison » et « 180 heures de programme représentent 6 heures par semaine pendant 30 semaines ». C'est donc un investissement conséquent.

Pour l'UE1 du DSCG, il s'agira « d'acquérir une méthode d'analyse » précise encore Michel Leroy. Dans cette matière, « un sujet se lit et se décortique ». Les UE se préparent obligatoirement avec les annales du DSCG.

Enfin, pour ceux qui ont des dispenses, il reste possible d'obtenir des points supplémentaires. Mais selon que l'étudiant en DSCG est titulaire d'un master CCA ou d'un diplôme d'école de commerce, il n'abandonnera pas les mêmes dispenses avec profit.

Dans tous les cas, il est conseillé aux étudiants titulaires d'une dispense à l'UE2 de finance, de conserver leur dispense. Beaucoup considèrent cette UE comme la plus difficile.

Quelles UE pour gagner des points après un master CCA ?

Pour les titulaires de master CCA, il peut être intéressant de repasser l'épreuve du mémoire et le management des systèmes d'information. Ces étudiants peuvent alors utiliser le mémoire qu'ils ont présenté en master CCA et simplement l'adapter aux exigences du DSCG.

Cette stratégie est d'autant plus intéressante que « de plus en plus d'anciens étudiants de DSCG reprennent leurs sujets de mémoire pour le diplôme d'expertise comptable en l'adaptant ».

Pour Michel Leroy, « un bon mémoire de DSCG passe sans problème en DEC ».

L'UE5 « management des systèmes d'information » est probablement l'épreuve la plus facile. Elle s'obtient « avec un minimum de travail » mais ne présente pas de difficultés particulières.

Quelles UE pour gagner des points après une école de commerce ?

Les étudiants des écoles de commerce peuvent abandonner deux de leurs dispenses. Les UE3 et UE6 leur permettent, lorsqu'ils viennent tout juste d'obtenir leur diplôme, de gagner quelques points supplémentaires. A l'inverse, « celui qui n'a pas fait d'économie depuis de nombreuses années et est mauvais en anglais devrait conserver sa dispense ».

Ainsi, ces étudiants sont généralement très à l'aise avec l'épreuve de management et de contrôle de gestion. Dans la plupart des cas, ils ont « vu la quasi totalité du programme de l'épreuve et sont très à l'aise avec les études de cas ». La moitié des points porte sur la stratégie.

Il en va de même pour l'épreuve d'économie et d'anglais. En revanche, « le mémoire présenté dans une école de commerce n'a pas le même niveau d'exigence que celui de DSCG ». L'UE7 est plus difficile pour ces étudiants.



Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...