INES

Réaction au corrigé de l'épreuve écrite

4 réponses
3 651 lectures
Ecrit le : 25/05/2006 20:05 par Dedel
Bonjour,

Je viens de prendre connaissance du corrigé de l'épreuve écrite de mai et une nouvelle fois suis assez déconcertée...

Je souhaiterai également réagir aux remarques de Patrick.

En effet, ayant échouée à cette épreuve en novembre, j'ai pris l'initiative d'investir dans des journées de préparation au cours desquelles on nous avait fermement recommmandé de ne pas recopier la documentation, ce que j'ai donc appliqué malgré la tentation. Or lorsque l'on regarde les éléments de réponse apportés, notamment pour les premières questions, on s'aperçoit qu'il s'agit principalement d'une liste de paragraphes de norme...

En fait, il y avait très peu d'informations à exploiter du cas qui nous était proposé et les réponses devaient être d'ordre général mais il était parfois très difficile de le deviner.

Ainsi, je sais parfaitement définir le risque d'audit mais je ne m'imaginais pas que la question trois qui semblait être ciblée sur les cas (elle commençait par " dans le cas des opérations projetées...") attendait en fait une réponse si générale et qui en l'occurence est une question de "cours" du DESCF.

De plus, ayant été formé dans un cabinet régional de moyenne importance, je n'avais jamais eu l'occasion d'entendre parler de la loi de Benford et m'interroge sur le fait d'utiliser cet outil, peu connu et reconnu par les experts-comptables, comme critère de sélection dans le cadre de l'examen.

Bien sûr, ce n'est un corrigé indicatif mais je pense que bon nombre d'experts-comptables correcteurs, n'ont pas eu beaucoup l'occasion de traiter une émission d'obligations convertibles alors...

En fait, je suis un peu découragée face à une épreuve dont la difficulté réside surtout à se mettre dans la tête de son concepteur.

Bon courage à tous,

dedel

Re: Réaction au corrigé de l'épreuve écrite

Ecrit le : 25/05/2006 22:46 par Patrick
Je suis assez d'accord avec vos remarques, et il y aurait beaucoup à redire sur cette épreuve. Cela dit, au final, je considère tout de même que les candidats sont gagnants dans l'affaire. Attendons les résultats officiels, mais je serai très étonné que les résultats soient plus mauvais que d'habitude, bien au contraire.

Quand à la loi de Benford, je n'ai vu qu'une seule fois une application concrète en France, alors que l'outil est paraît-il très utilisé aux Etats-Unis et particulièremnet dans les sociétés côtées. Je ne serait pas étonné qu'un pur universitaire ait composé cette question...

Patrick

--------------------
Professeur agrégé d'économie-gestion, titulaire en Université.
Examinateur au DEC et au DESCF.
Expert-Comptable indépendant en province.

Re: Réaction au corrigé de l'épreuve écrite

Ecrit le : 26/05/2006 12:44 par Nicor
Bonjour,

Je rejoins Dedel sur le caractère déconcertant du sujet. Dans les annales, il me semble en avoir vu des plus clairs.

La finalité de la question sur les risques d'audit m'a également échappé alors que c'est un sujet que je sais traiter. C'est dommage de perdre des points sur ce genre de problèmes même si cela semble faire partie de la difficulté de l'examen.

En ce qui concerne la loi de Benford, je n'en ai jamais entendu parlé. Patrick résume bien le problème. Mais à ce niveau d'étude on peut se poser des questions...

On peut également s'interroger sur la probabilité que les candidats aient ce genre de question à traiter en pratique.

Enfin, l'expression de l'opinion quant à l'acceptation des missions a, je pense, donnéelieu à de nombreuses réponses différentes tant la question me semble ambigue. A ce sujet, je trouve le corrigé (Mais ce n'est qu'une proposition) un peu affirmatif dans une seule conclusion. Mais, si j'ai bien compris, l'important est l'expression d'une opinion accompagnée de l'argumentation adéquate.

Quoi qu'il en soit on ne peut rien faire d'autre que d'attendre les résultats et j'avoue ne pas arriver à savoir quels seront les miens malgré le corrigé.

Bonne chance à tous !!!

Re: Réaction au corrigé de l'épreuve écrite

Ecrit le : 26/05/2006 22:57 par Bebe-cool
Bonsoir,

L'écrit pose un réel problème, je me suis demandé quel est l'interet pédagogique d'avoir un cas réel et de le compliquer pour le besoin d'un examen ? si les examinateurs veulent tester les connaissances des candidats aux DEC, soit ils donnent un cas réel et purement réel, soit ils donnent un cas fictif ?

Déjà les réponses aux questions 1 n'étaient pas évidentes puisqu'on avait des références dans les documents qui n'étaient pas à jour ( Le président du jury avait dit qu'il devrait donner des consignes afin que les correcteurs tiennent compte de ce décalage ).

Les questions 3 n'étaient pas évidentes car dans la réalité et même des gens qui ont eu ce genre de mission, ils disent qu'il fallait appliquer les normes de notre profession et rien que les normes ( le corrigé officiel nous donne un melange de theorie avec des reflexions dont il était difficile de déviner à moins d'être dans le secret des dieux avec celui qui a fait le sujet).

Quid à la question 5.2 relative à la loi de bensford, je n'ai jamais entendu parler de cette loi.

J'ai un ami qui avait raté le DEC en novembre parcequ'il lui manquait 0, 50 et avec ce qui se dessine, je pense que l'attente sera longue.

le 26 juin est encore loin.

Cordialement

--------------------
Expert-comptable associé

Re: Réaction au corrigé de l'épreuve écrite

Ecrit le : 01/06/2006 22:03 par Tibo42
Bonjour,

dans le corrigé de la première partie, au sujet du commissariat à la fusion, il n est pas fait allusion à l article 10 du code de déontologie 7° qui dit que le commissaire aux comptes ne peut pas faire de mission de commissariat à la fusion.
Est ce uniquement dans un sens précis d'abord CAC puis CAF, qu'est ce que je n'ai pas compris?
merci si quelqu'un peut me renseigner.
Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
KPMG