*Quelques conseils avant de s'engager dans une start-up
CEGID

Quelques conseils avant de s'engager dans une start-up

Article écrit par L'équipe de la rédaction
Modifié le 28/06/2016
546 lectures

Travailler dans une start-up ou en créer une, est une tendance qui ne connaît pas de barrière générationnelle ou sociale. Attention toutefois à ne pas se laisser influencer par l'effet galvanisant de cette tendance et d'« entreprendre pour entreprendre », ou de croire que la start-up ne présente que des bons côtés !

Choisir de travailler dans une start-up - ou dans sa start-up - sous-entend d'être au fait de la réalité, tout en conservant la passion d'entreprendre qui peut déplacer des montagnes !

Avant de prendre sa décision, les questions à se poser et sur lesquelles réfléchir sont heureusement les mêmes pour tous les startuppers potentiels.

  • envisager la question sous différents angles : travailler dans une start-up, très bien, mais à quel moment ? Dès le départ, avec tout le stress et l'incertitude que cela peut engendrer ? Ou lorsque la jeune entreprise connaît déjà un certain succès qui lui permet d'obtenir un chiffre d'affaires prometteur, et de financer tous ses salariés ? Une décision qui n'est pas à prendre à la légère.

  • déterminer quelles sont ses motivations : cette réflexion est purement personnelle puisqu'il s'agit de savoir clairement pourquoi l'on souhaite s'orienter vers la vie de startupper : pour être reconnu et prouver de quoi l'on est capable ? Pour exploiter la richesse des nouvelles technologies et innover encore dans ce domaine ? Les questions et les réponses sont logiquement aussi variées que la personnalité des entrepreneurs.

  • apprendre à connaître son équipe : étant donné le temps que l'on s'apprête à passer avec une équipe qui débute en étant réduite, mieux vaut connaître ses membres... et se réjouir de travailler avec chacun d'entre eux ! Il est recommandé d'organiser régulièrement des réunions pour « mesurer la température du groupe » et rapidement palier à d'éventuels problèmes, inévitables dans la vie en communauté, aussi petite soit-elle.

  • prêter attention aux questions financières : quel que soit son rôle et son poste dans la start-up, la taille de la structure implique que l'on s'intéresse à tous les pans accessibles des questions financières qui la concernent. Pour cela, certaines données, qui ne dépendent pas forcément des seuls fondateurs, sont consultables. L'objectif est de pouvoir déterminer si les dépenses de la jeune entreprise sont cohérentes, et surtout si le succès attendu va de pair avec sa situation financière réelle.

  • prendre conscience de tous les enjeux : c'est particulièrement valable pour ce qui concerne la vie personnelle du startupper. « Rejoindre une start-up n'est pas seulement un travail, c'est un mode de vie » ( « joining a startup is not just a job. It's a lifestyle » d'après le texte original NDLR) déclare Daniel Gulati, co-auteur de Passion and Purpose. Ses proches (parents, conjoint, enfants, amis...) seront donc inévitablement concernés par ce mode de vie que l'on choisit d'adopter. Raison de plus pour prendre le temps d'y réfléchir sérieusement au préalable.

  • ne pas se décourager : il se peut que rejoindre ou créer une start-up ne soit que partie remise ! Même si l'on choisit de passer quelques années dans une entreprise « classique » pendant quelques années, le temps d'éprouver ses armes professionnelles, les portes des startups ne seront jamais closes ; il sera toujours temps de s'y consacrer, lorsque le bon moment sera venu. Garder cette idée de côté devrait permettre d'étudier à tête reposée, tout ce que « le mode de vie start-up » implique.

Si vous ressentez quelque hésitation avant de pleinement vous orienter vers la start-up, ces quelques conseils devraient vous permettre d'y voir plus clair, et de savoir dans quelle direction orienter vos réflexions.

_____________________________


L'équipe de la rédaction sur Compta Online

Twitter   Facebook   Linkedin