Professionnels du recrutement : difficultés du métier et avenir

Article écrit par (277 articles)
Publié le
Modifié le 25/10/2017
3 591 lectures

Une étude a été réalisée par FoxRH, cabinet de recrutement spécialisé dans les métiers RH, paie et droit social, auprès de 623 professionnels du recrutement afin de mettre en lumière le quotidien des recruteurs.

L'étude met en avant le métier du recruteur, les difficultés du métier et son avenir.

Etude des professionnels du recrutement : détails de l'étude

Le questionnaire a été diffusé en avril 2017 via Viadeo, Linkedin et Facebook qui représentent 80% des répondants et via mails pour 20%.

La majorité des répondants sont des femmes (65%) d'Ile de France (51%) entre 26 et 35 ans (40%) et travaillant en entreprise (65%) de plus de 500 salariés (34%) avec une ancienneté de 2 à 5 ans (39%).

Etude des professionnels du recrutement : le métier



Pourquoi avoir choisi le métier de recruteur ?

Pour 76% des répondants, le métier de recruteur a été choisi pour le côté humain puis pour le perpétuel challenge pour 52% d'entre eux. Viennent ensuite la dimension stratégique pour 44%, la communication pour 28% et le choix par défaut pour 9% des recruteurs.

Recruteur grâce à une formation ou sur le terrain ?

Les résultats montrent que 69% des recruteurs qui ont répondu à cette étude ont appris leur métier directement en poste et non en formation professionnelle spécifique au recrutement. L'étude précise que de nos jours, les cabinets de recrutement sont prêts à recruter des profils non expérimentés qui sont formés directement dans l'entreprise.

Quelle est la tâche la plus importante du recruteur ?

37% considèrent le brief avec le client/manager comme étant le plus important. Ceci est suivi par l'entretien pour 28% puis le sourcing pour 23%. Cela correspond à 88% des répondants. Les autres recruteurs ont répondu la préqualification téléphonique pour 8% et le débrief pour 4%.

Le recruteur prend-il le temps de faire un retour aux candidats ?

33% des professionnels déclarent faire un retour systématique aux candidats, 48% indiquent effectuer un retour quasi systématique à 75%. Ils indiquent un manque de temps justifiant leurs difficultés à atteindre la totalité des candidats rencontrés ou contactés.

Comment les candidats sont perçus par les recruteurs ?

51% des recruteurs indiquent que les candidats sont moyennement préparés, 3% précisent même qu'ils sont mal préparés. Parmi eux, 42% travaillent dans des petites structures. 44% des sondés estiment que les candidats sont bien préparés.

Que pensent les recruteurs de leur rémunération ?

41% des répondants touchent entre 26 et 35k¤. 71% des professionnels ayant ce niveau de rémunération possède une expérience de 1 à 5 ans. 8% des répondants touchent plus de 60k¤ dont la moitié possédant une expérience dans le métier de plus de 15 années. Pour 40% des recruteurs, ils sont satisfaits de leur rémunération.

Les recruteurs sont-ils satisfaits de leur métier ?

74% des professionnels sondés sont satisfaits ou très satisfaits du choix du métier qu'ils exercent. L'étude révèle que les 5% d'insatisfaits concernent les personnes démarrant dans le métier et ne possédant pas encore toutes les connaissances nécessaires à l'exercice de leur fonction.

Etude des professionnels du recrutement : les difficultés du métier



Sont-ils reconnus par la direction ?

51% des professionnels du recrutement estiment ne pas être reconnus à leur juste valeur par leur direction. Cela met en avant la difficulté de la direction à tenir compte des recruteurs dans la stratégie de l'entreprise.

Sont-ils reconnus par leurs clients ?

64% des personnels interrogés estiment être reconnus à leur juste valeur par leurs clients externes dans le cas des recruteurs en cabinet, des clients internes dans le cas des recruteurs en entreprise. L'étude met en avant la différence des résultats en comparaison à la question précédente et relève que les clients, même exigeants, sont plus en adéquation avec les recruteurs que leur direction.

La charge de travail est-elle trop importante ?

52% des répondants n'estiment pas leur charge de travail trop importante. 53% des professionnels indiquent trouver leurs missions redondantes. 57% des recruteurs évoluant en cabinet relèvent des tâches trop chronophages et sans valeur ajoutée. A côté de cela, 65% des professionnels se sentent stressés de part leurs missions ou les objectifs qui leur sont fixés.

Etude des professionnels du recrutement : l'avenir du métier



Quels sont les outils qui transforment le métier ?

51% des recruteurs pensent que les réseaux sociaux modifient leur métier et font évoluer les méthodes de recrutement. Ils sont nombreux à s'en servir au quotidien pour recruter directement ou pour y afficher des offres d'emploi par exemple. Ensuite, 24% citent le big data, même si nombreux d'entre eux ne savent pas encore ce que cela peut apporter au recrutement. Le mobile arrive en 5ème position avec seulement 4% des sondés qui ne considèrent pas cet outil comme étant révolutionnaire pour leur travail.

Se voient-ils dans le métier du recrutement dans 5 ans ?

51% des professionnels interrogés se visualisent dans le métier du recrutement dans les 5 prochaines années, ce qui reste encourageant pour le métier. 9% ne savent pas encore ce qu'ils feront dans 5 ans et s'ils vont persévérer dans le métier. Les 18-36 ans sont concernés car ce chiffre s'élèvent à 75% pour cette tranche d'âge.

Plus d'infos

Retrouvez l'étude « le recrutement dans tous ses états ! »

_____________________________


Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.