CEGID

Profession comptable : vers des congrès virtuels

2 et 3 juillet 2020 : un congrès virtuel interactif avec ateliers et partenaires
Article écrit par Schmidt Sandra sur Twitter Schmidt Sandra sur LinkedIn (1544 articles)
Publié le
Modifié le 25/05/2020
1 467 lectures

Dès le 5 mai l'IFEC a annoncé organiser son congrès des 2 & 3 juillet de manière virtuelle, puis le 13 mai c'est au tour du CSOEC d'annoncer l'annulation du congrès annuel des experts-comptables au profit d'un événement virtuel.

Le congrès de l'IFEC a lieu tous les deux ans et rassemble les experts-comptables autour d'une thématique.

« C'est une rencontre entre confrères dans un endroit un peu plus détendu, une bouffée d'oxygène et d'innovation » rappelle Christophe Priem, président national de l'IFEC.

Après « Mon cabinet : une entreprise performante », « Réinventons le cabinet : nouvelles pratiques, nouveaux clients, quel modèle économique », le congrès des 2 et 3 juillet 2020 s'intitule « Mission impossible ».

« Ce titre un peu provocateur rappelle que la situation actuelle oblige les experts-comptables à faire preuve d'agilité et d'audace ».

Témoignages de Christophe Priem et Denis Barbarossa, expert-comptable et organisateur du congrès virtuel.

 

Vous êtes en train d'organiser un salon virtuel dans la profession comptable. Pourquoi ce choix ?

Denis Barbarossa : nous avons réfléchi à un congrès virtuel pour la profession en maintenant les ateliers et conférences et des solutions pratico-pratiques.

L'objectif était aussi de maintenir le rôle des partenaires lorsqu'ils sont au congrès pour faciliter les rencontres et la découverte des solutions nouvelles. Il s'inscrit dans une volonté d'échanges avec des apports nouveaux, plus propices au changement.

Le but est d'allier ces deux objectifs.

Pour nous, les webinaires ne suffisent pas. Au-delà des visioconférences de type Zoom, Teams et GoToMeeting, il fallait une véritable expérience congressiste.

Les webinaires sont plutôt descendants, sans participation de celui qui écoute et se fait entre des sachants.

L'IFEC cherche ainsi à dépasser les 350 à 600 participants par congrès, pour atteindre le millier de participants en abordant aussi enjeux de télétravail, activité chargée.

Ce sera notre premier congrès post Covid-19.

 

Concrètement, comment va se matérialiser ce congrès virtuel de la profession comptable ?

Denis Barbarossa : le congrès virtuel prendra la forme d'une plateforme de congrès qui doit permettre à chaque congressiste de participer et d'être acteur sur le congrès.

Il y aura une version mobile un peu plus légère qui permettra une interaction, tout en profitant de l'expérience congressiste souhaitée.

Le site web sortira quelques semaines avant le début du congrès des 2 et 3 juillet.

L'espace congressiste permettra l'organisation d'événements en live. Sur l'espace congrès « physique » à Paris lui-même, seuls les animateurs et caméramans seront présents.

 

Quelles thématiques pour le congressiste ?

Christophe Priem : le contenu initialement prévu en présentiel a évolué avec le projet de congrès virtuel. Des thèmes assez traditionnels étaient prévus. L'objectif était de faire animer les ateliers à l'image de ce qui avait été fait au congrès précédent.

Les ateliers devraient être animés par un partenaire et un expert-comptable sur les thématiques patrimoine, fiscal, full service avec la mise en ½uvre de la loi PACTE, le social, le numérique, le conseil en gestion et le commissariat aux comptes.

Ces thèmes évoluent en fonction de l'actualité récente.

Avec le congrès virtuel, des stratégies et réflexions sont prévues pour l'après Covid-19.

 

Quel impact du Covid-19 sur la programmation des ateliers ?

Denis Barbarossa : en complément des thématiques attendues, trois ateliers sont prévus pour tenir compte de l'impact du Covid-19 sur les cabinets.

L'endettement des clients et l'accompagnement par les experts-comptables doit être repensé. De la même manière, il n'est pas possible de laisser des clients en très grande difficulté sans s'interroger sur sa stratégie de cabinet.

Une vraie réflexion sur le marché de la profession et celui que visent les experts-comptables est nécessaire : comment se positionner et quelles sont les ambitions pour son cabinet.

Le second atelier spécifique parlera des process et de la production des cabinets. Il s'agit d'aider les confrères à passer d'un télétravail et une dématérialisation parfois subie à un véritable choix d'organisation.

Le troisième atelier parlera des nouveaux marchés et nouvelles attentes des clients pour mieux accompagner cette réflexion.

 

Quelle interaction avec la plateforme et avec les partenaires ?

Denis Barbarossa : le congressiste pourra interagir avec cette plateforme via des outils bien connus pour voter et s'exprimer.

L'ambition du congrès est la flexibilité dans l'agenda pour permettre à un plus grand nombre d'experts-comptables de participer aux chats, aux échanges en visioconférences avec les partenaires.

L'espace congressiste permettra un échange en live avec les partenaires.

Nous allons aussi maintenir les binômes experts-comptables témoins / partenaires pour favoriser le retour d'expérience.

Christophe Priem : nous souhaitons un vrai congrès interactif qui fasse participer les experts-comptables connectés. L'organisation du congrès est toujours en cours et d'autres surprises devraient attendre les experts-comptables inscrits.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

CEGID