INES

Problème de conscience

16 réponses
3 077 lectures
Ecrit le : 20/05/2008 17:16 par Flo92
Bonjour,

Je suis actuellement en première année de stage d'expertise mais je le fais en entreprise.
D'ici le 01/03/2009, il faudra donc que j'ai rejoint un cabinet de commissariat ou d'expertise si je veux continuer mon stage sans l'interrompre.

Lors de la constitution de mon dossier, sauf erreur d'interprêtation de ma part, j'ai compris que j'avais signé un engagement de faire les 2/3 de mon stage sur des missions de CAC si je voulais m'inscrire en tant que CAC après l'obtention du DEC.

Rapidement voici mon background pour vous faire une idée de mon profil :
7 ans en cabinet d'audit sur des missions de CAC (en big)
2 ans en consolidation

Je suis en train de passer des entretiens pour repartir en big mais cette fois-ci en cellule conseil (en consolidation). Cela implique, si je suis prise et si j'accepte cette proposition, que je ne ferai pas une seule minute en CAC lors de mes deux dernières années de stage.

Voici mon problème :
- Je n'ai évidemment pas envie d'être "seulement" expert-comptable (surtout compte tenu de mon profil (***pas de style SMS***) plus audit qu'expertise).
- Je n'ai pas trop envie de repartir en audit après une expérience de 7 ans. Je pense qu'une nouvelle expérience serait plus profitable pour mon CV
- Ca me pose quand même un problème de conscience de dire que j'ai fait 2 ans de CAC alors que j'aurais fait 2 ans de conseil

Mais surtout, croyez-vous (et/ou l'avez-vous déjà vu pratiqué) qu'un cabinet acceptera de "mentir" sur mes temps ? Quels seraient les impacts pratiques de ce "mensonge" ?
Que feriez-vous à ma place ?

Merci d'avance pour vos conseils !

Cordialement,


--------------------
Flo92
Expert comptable stagiaire

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 20/05/2008 17:34 par Ramuo
Ne te tracasse pas pour ça! tu as déjà validé via ton expérience précédente (7 ans c'est pas rien) les heures de commissariat à faire, le seul hic, c'est qu'elles ne sont pas rétroactive. Si tu réjoins un cabinet, tu seras inscrite comme stagiaire même si tu ne fais pas de commissariat. Je connais des gens qui ont tout leur stage en cabinet sans faire ni de l'expertise, ni du commissariat, et personne n'en a rien à faire. Estime toi heureuse de connaître déjà le métier.

--------------------
Expert-comptable mémorialiste

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 20/05/2008 21:18 par Maxime soulignac
Bonjour,

Il faut faire un minimum de 200 H de CAC pour faire valider son diplôme à la fois en expertise et en cas.

Le simple fait de poser la question des conséquences de l'établissement d'un faux destiné à l'Ordre est assez troublant.
Sans vouloir juger, je me demande quand même comment apprécier un confrère qui ne respecte pas même les conditions du stage.

Pour mémoire, la devise des EC parle de "conscience" !! Et il existe aussi dans notre profession un code de déontologie...

--------------------
Expert-comptable à Rouen.

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 00:23 par Flo92
Re-bonjour,

merci pour vos réactions.

Bozomac, justement, c'est bien par souci de "conscience" que je me pose la question.

Mais on peut également se poser la question de l'hypocrisie des conditions de ce stage.
Je conçois tout à fait la nécessité d'un stage de 3 ans pour les étudiants de 23 ans qui sortent de l'école et viennent de valider leur DESCF. Sur ce forum, il a déjà été fait mention d'ailleurs de la "légitimité" d'un expert-comptable de 26 ans...

En revanche, je comprends moins la nécessité de ce stage quand nous pouvons déjà justifier de cette expérience. Pourquoi ne pourrait-on pas "valider" l'expérience passée ? Il serait envisageable par exemple, pour ce type de cas, d'avoir éventuellement une épreuve supplémentaire ou que sais-je encore ! Mais très honnêtement, je considère que j'ai l'expérience suffisante pour devenir expert-comptable, sans m'"embêter" à refaire un stage de 3 ans.
D'ailleurs, beaucoup d'entre nous obtiennent le diplôme d'expert-comptable sans avoir jamais fait d'expertise de toute leur vie. C'est une question fréquemment posée lors des oraux si mes échos personnels sont vrais... C'est pour ça que je trouve "injuste" de ne pas avoir le droit de devenir CAC du fait d'un mauvais timing !

J'ai pris ma décision, je pense que je vais en parler en toute transparence au cabinet. Et je verrai bien ce qu'ils en disent.

Cordialement,


--------------------
Flo92
Expert comptable stagiaire

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 00:28 par Flo92
PS : sans vouloir lancer un débat sur la déontologie, c'est bien parce que j'ai fait 7 ans de cabinet et surtout 2 ans en entreprise que je me dis que mon éventuel futur "délit" est bien peu de choses comparé à ce que j'ai pu voir un peu partout. Je crois que malheureusement le comportement de certains déjà "installés" ne donne pas trop envie aux "petits jeunes" d'être des parangons de vertu...Nous sommes en pleine guerre économique comme dirait mon père (un modèle de vertu en l'occurence...). La fin ne justifie-t-elle pas les moyens ? Et dans mon cas personnel, est-ce que quelqu'un est lésé ou trompé ?

Je sens que je vais me faire radier...

Bien cordialement,


--------------------
Flo92
Expert comptable stagiaire

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 11:21 par El rico
Bonjour,

Je donne raison à Flo92.

Je rajouterai que ton expérience précédent le stage sera importante au yeux du jury de l'épreuve oral.

Enfin, pour l'avoir vécu personnellement, la qualité des cabinets de CAC est extrêmement variable. Certains peuvent faire 1000 heures de CAC sans rien avoir appris de la méthodologie. Certains en 100 heures auront compris le B.a.ba de la profession.

De nombreux CAC ne savent pas ce que signifie lettre d'affirmation !

Avis au jury : poser ce genre de question aux stagiaires, vous serez étonné des réponses !

Salutations

--------------------
Diplômé d'expertise comptable

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 12:33 par Maxime soulignac
Bonjour,

Je ne permettrais surtout pas de jeter la pierre à qui que ce soit tant en ce qui concerne la vertu ou la morale, que les capacités et la légitimité professionnelles.

Après tout je ne suis qu'un jeune ECS 2ème année de 24 ans alors !!
Je n'ai pas cette grande expérience en cabinet d'audit, ni la force de l'âge qui me permette de donner des leçons !!

Cela dit, mais cela n'engage que moi, et l'important lorsque l'on parle de conscience, de probité, ou de vertu est d'être en paix avec soi même, je suis vraiment surpris pour ne pas dire choqué par les propos qui se tiennent ici.
Sans doute la naïveté de mon jeune âge...

Je vais vous dire, pour moi il n'y a pas de "petits arrangements" en ce qui concerne le droit et les règles.
Soit on les respecte, et dans ce cas on a le droit de porter un jugement. Soit on ne les respecte pas et dans ce cas on fait profil bas.
Vous dîtes que tricher sur votre quota d'heures de CAC n'est pas si grave parce que vous avez vu des pratiques bien pires en cabinet, et que de toutes façons votre expérience vous place au dessus de tout cela, au dessus des contingences administratives du stage (heureusement que le diplôme n'est pas administré par un ministère car les fonctionnaires en auraient encore pris pour leur grade !!).

Je pense très naïvement que le problème du manque de vertu est le même que celui qui se pose lorsque l'on parle de rémunération, ou de bizutage : personne ne veut être le premier à changer la donne !!

Et au fond, quoi de plus normal. Pourquoi untel s'embêterait à faire 200H de CAC sur 3 ans alors qu'il a une telle expérience de la profession, quand d'autres s'arrangent avec le règlement ?
Pourquoi devrait on s'embêter avec les règles lorsque l'on peut s'en affranchir ? Surtout quand personne n'est lésé...

Mais je ne juge surtout pas. Même si mes propos doivent certainement inciter à penser le contraire...
Je comprend tout à fait votre point de vue Flo92, et je donne également tout à fait raison à El Rico qui parle d'hypocrisie. Je suis entièrement d'accord avec vous.
Et je ne sais même pas quelles seraient mes intentions si je devais être dans votre situation. Vous avez au moins le mérite de vouloir être franc.

--------------------
Expert-comptable à Rouen.

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 21:51 par Ramuo
Je crois Maxime SOULIGNAC, que c'est certainement votre jeune âge, qui vous fait penser ainsi. Moi aussi je pensais comme vous quand j'ai commencé. Malheureusement, je me suis aperçu que nous évoluons dans une profession d'une grande opacité. Nous faisons la morale aux entreprises que nous contrôlons, alors que nous appliquons pas ces règles dans nos propres cabinets.
Connaissez-vous de nombreux cabinets qui déposent leurs comptes? nous sommes dans une logique économique, où les associés n'ont rien à faire des stagiaires expert-comptable.

--------------------
Expert-comptable mémorialiste

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 21/05/2008 22:08 par Fabrice Heuvrard
Bonsoir,
c'est bien triste de penser que les associés n'ont rien à faire des experts stagiaires, car les experts stagiaires sont les experts comptables de demain...Après il faut essayer de faire son stage dans les conditions que l'on souhaite, et voir ailleur si le cabinet ne correspond pas à nos attentes.
Je pense que le plus dur est de réussir à faire la première année...

--------------------
 
Expert-comptable et commissaire aux comptes

Re: Problème de conscience

Ecrit le : 22/05/2008 09:51 par Ramuo
Je pense pour certains d'entre vous (je ne les citerai pas), sont un peu trop passionnés par ce débat certe intéressant, mais dont les différents acteurs n'ont ni les moyens, ni le pouvoir de faire changer les choses.
Je partage entièrement les idées de ceux qui pense qu'il faut changer les choses, je suis moi-même très à cheval sur l'éthique, les valeurs et la moralité. Malheureusement, mes modestes années d'expérience (5ans) en cabinet, me laisse penser que le plus important est de rester soi-même, surtout ne pas perdre ses valeurs, car le cabinet dans lesquels nous travaillons sont figé en fonction des desiderata des chefs et ce n'est pas un petit nouvel auditeur qui leur fera changé de modèle. Je vous mets au défi d'éssayer, et vous serez viré. J'ai trois cabinets à mon actif, dont un big, et ej vous pari que les modèles de fonctionnement sont figés, à chacun d'y naviguer en fonction de ses valeurs et de ses ambitions.
Personnellement j'envisage de créer plus-tard un cabinet, et coyez-moi, je ne reproduirai pas les modèles que j'ai vu, car ce ne sont pas des exemples de vertus.
Encore une fois, je parles en fonction de ce que j'ai vécu:
article1: le patron a toujours raison
article2: si le patron à tort, voir article 1
LOL

--------------------
Expert-comptable mémorialiste
Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
Revue Fiduciaire