RECEIPT BANK

Pourquoi les experts-comptables doivent prendre le tournant de la blockchain

Article écrit par
Modifié le
4 574 lectures
Pourquoi devriez-vous opter pour la décentralisation dans votre cabinet ?

Le web, qui poursuivait au départ un idéal décentralisé, est finalement devenu complètement contrôlé par de grosses autorités centrales que sont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Ces dernières ont un droit de regard sur les données de leurs utilisateurs et ont la possibilité de les utiliser dans certaines conditions plus ou moins restrictives...

Dans un monde où tout devient digitalisé, il devient difficile pour chacun de savoir quand, comment, et surtout par qui sont utilisées nos données personnelles. Or, pour certaines professions (notamment expert-comptable) la sécurité et la maîtrise des données sont primordiales !

Dans cette quête, la blockchain apparaît de plus en plus comme une solution. Seule, elle n'est cependant qu'une réponse partielle. La réponse complète se situe à l'origine de la blockchain : dans les technologies décentralisées. La décentralisation offre une sécurité, une rapidité et une transparence inédite en matière de stockage et de transmission d'informations. Mais concrètement, pourquoi devriez-vous opter pour cette technologie dans votre cabinet ?

 

Argument numéro 1 : la décentralisation permet une sécurité optimale

Avec l'augmentation de l'utilisation du numérique vient également l'augmentation de la cybercriminalité. D'après un rapport mené par le Cabinet Forrester (pour la compagnie d'assurance Hiscox – Rapport cyber-sinistres Hiscox 2018), 67% des entreprises françaises ont été victimes d'un cyber-incident sur l'année 2018. Hameçonnage, rançongiciel, malware ou encore fraude au président sont les méthodes de cyber-attaque les plus courantes. Ces cyber-attaques peuvent mener à un accès non autorisé au système ou aux applications de l'entreprise, un partage de données accidentel à des tiers malveillants, la demande de rançon ou encore des virus qui détruisent les données. Les professionnels du chiffre et du droit sont ainsi des cibles de choix car ils détiennent des données critiques d'entreprises et de particuliers. De plus, la législation a renforcé les droits et devoirs des entreprises quant à la détention de données de tiers. La sécurité numérique est ainsi devenue une préoccupation majeure des experts-comptables vis-à-vis de leur cabinet et de leurs clients !

Dans un système décentralisé, les préoccupations liées à la sécurité n'ont plus lieu d'être ! En effet, la décentralisation promet aux experts-comptables une sécurité optimale : les données ne sont plus stockées sur un serveur central, cible de toutes les attaques, elles sont cryptées, fragmentées et ces « morceaux » sont ensuite répartis et dupliqués sur l'ensemble des machines participant au réseau (serveur, poste de travail, smartphone...). Ainsi, rendre inaccessible des données (comme dans le cas des rançongiciel) nécessiterait de pirater non plus un seul serveur ou poste de travail mais l'ensemble des machines. Accéder frauduleusement à un document nécessiterait d'identifier et de récupérer chacun des « morceaux » le constituant, puis une fois fait, de réussir à décrypter le document, tâche rendue impossible par les toutes dernières technologies de cryptographie qui sont justement utilisée à cette fin.

Un tel système limite également les risques de fraude, car il est immuable. La blockchain est en réalité un registre dans lequel il est possible d'enregistrer des informations mais jamais d'en supprimer : une fois qu'une information est inscrite dans la blockchain, elle ne peut pas en être retirée. La blockchain constitue ainsi un registre de preuves. Les données (cryptées) enregistrées dans ce « registre » public offrent ainsi une capacité d'audit inégalé. C'est l'utilisation d'outils cryptographiques, associée au consensus, qui garantissent cette propriété d'immuabilité.

 

Argument numéro 2 : la souveraineté des données

Les individus sont de plus en plus soucieux de la façon dont leurs données sont utilisées. Ils souhaitent garder un contrôle sur leurs données. Alors que de nouvelles réglementations, comme le RGPD, voient le jour et s'inscrivent dans cette tendance, la décentralisation apporte une solution qui va encore plus loin ! En effet, comme indiqué précédemment, sur le web actuel les données des utilisateurs sont contrôlées par des autorités centrales. Même avec le RGPD, les conditions générales d'utilisation signées par les utilisateurs restent confuses et le consentement ne reste que peu éclairé. La décentralisation reposant sur une communication de pair à pair (P2P) sans tiers intermédiaire, cette logique s'inverse et chaque utilisateur se réapproprie ses données, en a un contrôle total et peut en gérer finement le partage d'accès : c'est l'apport de la souveraineté permise par la décentralisation.

De plus, actuellement, quand le serveur d'un système centralisé tombe en panne l'ensemble du système est paralysé. Par exemple, si le serveur de Google tombe en panne tous les utilisateurs de Google sont impactés et ne peuvent plus accéder à leurs données. Avec un réseau décentralisé, le système est résilient dans le sens où les données sont partagées et répliquées sur tous les participants du réseau. Ainsi, si l'un des participants du réseau tombe en panne cela n'impacte pas le système tout entier, les données restent disponibles depuis les postes des autres participants du réseau, ce qui rend chaque utilisateur complètement indépendant et renforce encore plus la souveraineté des données.

Voici quelques exemples de « grosses » pannes déjà survenues depuis 2014 :

  • janvier 2014, panne générale de DropBox : pendant 12 heures la synchronisation des fichiers ne marchait plus et l'accès aux données était impossible ;
  • juillet 2017, panne d'OVH : plus de 50 000 sites hors-services pendant une journée ;
  • novembre 2018, panne de Microsoft : de nombreux utilisateurs des solutions cloud de Microsoft ont été touchés par un problème d'authentification, empêchant et perturbant leur accès pendant plusieurs heures. Office 365, mais aussi Dynamics 365, Linkedin ainsi que d'autres services reposant sur Azure Active Directory étaient concernés ;
  • juin 2019, grosse panne Google : plus d'accès à Google Analytics, Youtube Gmail et Snapchat pendant toute une soirée ;
  • juillet 2019 : panne géante de Facebook : impact sur Facebook, Messenger, Whatsapp et Instagram. 

 

Argument numéro 3 : l'écologie

Aujourd'hui le digital connait un paradoxe écologique : la dématérialisation permet le zéro papier, mais le stockage de documents ou encore l'échange de mails n'en est pas moins énergivore ! Selon l'organisation Carbon Literacy Project, un e-mail standard génère environ 4 g de CO2 ; avec une pièce jointe volumineuse, il produit jusqu'à 50 g de CO2 ! La cause : chaque donnée échangée sur internet est stockée dans des data centers. Fonctionnant 24h/24 et 7J/7, leurs serveurs requièrent beaucoup d'énergie pour fonctionner, ainsi que pour être refroidis.

La décentralisation est une solution pragmatique au problème. Avec ou sans datacenter, les utilisateurs finaux auront toujours besoin d'un appareil (ordinateur, tablette, smartphone, ...) pour communiquer, accéder à des services ou leurs données, les partager etc. Les capacités de ces appareils sont en majorité sous utilisées (espace de stockage, puissance de calcul, ...). En optimisant l'utilisation de cette mine de ressources existantes, le recours aux datacenters n'est plus obligatoire et constitue une réelle économie.

D'autre part, le système décentralisé permet une double optimisation de la consommation :

  • Au niveau du stockage puisqu'il n'existe aucun doublon de document. Fini les « Mon Fichier.doc » « Mon Fichier(1).doc » « Mon Fichier(2).doc » qui consomment chacun de l'espace de stockage. Un doublon est créé uniquement si le contenu des documents est différent.
  • Au niveau des échanges nécessaires sur le réseau. Une donnée, une fois accédée, sera disponible sans avoir à être retéléchargée. Contrairement par exemple à une vidéo YouTube ou un Google Doc qui, à chaque consultation, est de nouveau téléchargé dans son intégralité.

A l'heure où les questions environnementales sont de plus en plus préoccupantes, les technologies décentralisées apparaissent comme l'alternative la plus crédible face aux dérives écologiques des systèmes informatiques actuels.

 

Mais comment la décentralisation est-elle appliquée au domaine de l'expertise-comptable ?

Si l'on reprend le cas des GED présentes actuellement sur le marché, le système est centralisé : les documents sont stockés sur un serveur et sont répliqués sur d'autres serveurs pour plus de sécurité. Cela engendre plusieurs complexités : coûts de stockage importants, obligation de stocker dans un datacenter énergivore, complexité de gestion du contrôle des accès, garanties de sécurité complexes à mettre en œuvre...

Une GED totalement décentralisée offre aux experts-comptables une sécurité optimaleune gestion simplifiée, une pérennité des infrastructures locales existantes (et donc des investissements afférents) et les avantages collaboratifs des solutions cloud. Les coûts sont moindres car on optimise la capacité de stockage. De plus, les experts-comptables et leurs clients gardent un meilleur contrôle de leurs données.

 

Welyb, la 1ère plateforme collaborative offrant une GED décentralisée

A ce jour, rares sont les entreprises qui se penchent sur la question de la décentralisation, cependant la start-up Welyb a décidé de révolutionner la profession d'expert-comptable avec la première GED décentralisée qui intègre la blockchain ! Ainsi elle se classe comme la plateforme collaborative la plus sécurisée du marché mais aussi la plus fluide et la plus écologique !

Welyb est expert de la décentralisation et de la blockchain dans le domaine de la GED. La start-up créée en 2017 a pour vocation d'accompagner les experts-comptables vers plus de conseil et de proximité client. Elle propose une plateforme collaborative 100% en marque blanche, indépendante et coconstruite avec des experts-comptables expérimentés. Elle permet l'automatisation de la production comptable et la centralisation (au sens fonctionnel, et non technique) de l'information du cabinet. La plateforme fournit une interface unique d'échange. Avec Welyb, tout devient plus simple : les clients des experts-comptables n'ont qu'un seul point de connexion pour toute leur gestion. Welyb se connecte automatiquement à tous leurs fournisseurs afin d'automatiser à 100% la collecte des factures. De plus, l'application mobile en marque blanche leur permet de scanner instantanément tous leurs tickets ! Les factures sont triées automatiquement dans une GED sécurisée, décentralisée et auditable grâce à la blockchain. Comme cette dernière est personnalisable, le client s'en sert pour sa gestion au quotidien ce qui limite les risques de non transmission ! L'expert-comptable devient alors un réel prescripteur d'outil numérique !

Welyb c'est aussi un écosystème qui intègre et regroupe les outils de gestion dont l'expert-comptable a besoin ! Ces outils sont pour la plupart disponibles en SSO pour plus de fluidité et de rapidité lors du passage d'un outil à un autre. Les documents sont alors envoyés automatiquement vers les outils d'OCR choisis par l'expert-comptable...

Il est donc temps pour les experts-comptables d'aller au bout de leur démarche de transition numérique en prenant le tournant de la blockchain et de la décentralisation avec Welyb !

Benoit Maury

Benoît Maury
Fondateur passionné de Welyb, solution collaborative et intelligente au service des cabinets d'expertise-comptable.

Welyb sur Twitter Welyb sur Facebook Welyb sur LinkedIn Welyb sur Youtube

Twitter   Facebook   Linkedin

KPMG