Pourquoi étudier le management en DCG ?

Article écrit par (22 articles)
Publié le
Modifié le 29/01/2018
8 975 lectures

L'épreuve de management du diplôme de comptabilité et de gestion ou DCG est une épreuve obligatoire affectée d'un coefficient 1,5. C'est une épreuve qui ne plaît pas toujours. Certains candidats au DCG s'interrogent son utilité.

L'UE7 du DCG présente un grand intérêt pour celui qui veut comprendre le monde de l'entreprise et l'aider à se développer dans de bonnes conditions managériales. Une autre manière d'aborder la mission de conseil.

L'UE 7 du DCG : une épreuve mal aimée ?

Certains candidats au DCG s'interrogent sur l'utilité de cette UE 7 qui leur apparaît comme une épreuve discriminante et inutile : juste un moyen de les empêcher de réussir l'examen. Une épreuve de « philo », philo étant pour certains un terme très dépréciatif et non pas la capacité à s'interroger sur la réalité... En fait cela traduit une vision étroite et surannée de la profession.

Le comptable ternequasi autiste, immergé dans ses chiffres est une caricature qui n'est plus de mise. Surtout dans les cabinets d'expertise comptable, la mission consiste plus à un rôle relationnel de conseil qu'à de la saisie et du calcul qui sont de plus en plus automatisés grâce à des logiciels toujours plus performants et à la dématérialisation des données.

Si le côté juridique de la mission est généralement bien compris dans la mesure où la relation fiscalité, paye, formalités de constitution est obligatoire avec la comptabilité, le lien est moins évident avec le management alors que cela apporte une valeur ajoutée essentielle au conseil.

Des raccourcis pour comprendre et analyser le fonctionnement de l'entreprise

La gestion des organisations implique une bonne réactivité aux événements imprévus et la capacité à synthétiser et à anticiper. Henry Mintzberg soulignait que « les managers étaient soumis à un rythme implacable, que toutes leurs activités sont caractérisées par la « brièveté» - la variété et la discontinuité – et qu'elles sont presque exclusivement orientées vers l'action et très peu vers la réflexion. »

Ainsi, plongé dans l'action le manager n'a pas le temps de mener une réflexion approfondie et à plus forte raison trouver des solutions innovantes à chaque problème.

C'est là que l'enseignement du management prend toute son importance. Le corpus théorique du management, théories, méthodes, schémas d'analyse, offre des modèles d'analyse et de solutions qui évitent d'avoir à sans cesse tout réinventer.

Le management offre des raccourcis pour déterminer la stratégie de l'organisation et ses modalités de mise en œuvre opérationnelle. Le tout est bien sûr de ne pas se laisser enfermer dans une seule approche par la force des choses réductives, au risque d'erreurs graves, ce qui arrive trop souvent car les phénomènes de mode sont courants dans le monde du management.

Le management en DCG : une utilité professionnelle

Imaginons que vous soyez collaborateur d'un cabinet en charge d'une PME en pleine expansion. Parti d'une idée simple, l'entreprise se diversifie rapidement. Son développement repose en grande partie sur la forte personnalité de l'entrepreneur qui contrôle personnellement toute les fonctions de l'entreprise. Cependant, depuis quelque temps l'entreprise fait face à certaines difficultés comme le fait ressortir son compte de résultat. Votre rôle ne se limite pas à constater ces difficultés mais aussi à aider votre client à trouver des solutions. Vous vous souvenez d'un certains nombre de schémas d'organisation vu lors de votre cours de management : la notion de supervision directe, le concept de contingence des structures, la décentralisation, les structures U et M de Chandler qui préconise que la structure suit la stratégie.

En appliquant ces concepts à la situation de votre client, vous constatez que la cause de ses difficultés provient probablement de l'ignorance du concept de contingence selon Chandler.

Alors qu'à ses débuts une supervision directe dans une structure unitaire (U) organisée en fonctions distinctes était possible dans la mesure où son activité se limitait à un seul produit, son changement de stratégie, en diversifiant son activité, la rend inadaptée. Le passage à une activité diversifiée nécessite un changement radical d'organisation. Selon Chandler lorsque l'activité d'une entreprise comporte plusieurs produits ou plusieurs marchés, une structure M, multidivisionnelle, s'impose avec une décentralisation du pouvoir. Un homme seul ne pouvant plus contrôler des activités dans des environnements très différents. Bien sûr il faudra beaucoup de diplomatie pour faire accepter à votre client à l'égo semble-t-il surdimensionné de remettre en cause son organisation. La partie du cours sur les aspects sociologiques et psychologiques du management ne vous sera alors peut-être pas inutile..

_____________________________


André Cavagnol
Consultant - Formateur - Auteur en management des organisations
Conseils en organisation, séminaires, conférences, cours
Direction de rapports de stage et de mémoires (DCG, DSCG)
Bibliographie : www.acavagnol.fr