Fred de la compta

Pertinence des normes IFRS

5 réponses
2 700 lectures
Ecrit le : 02/11/2005 19:53 par Gilles1
Après avoir vu quelques clôtures en IFRS et l'incorporation croissante de ce référentiel en normes françaises (passifs, actifs, retraites...), je souhaite soumettre quelques éléments de réflexion à la communauté :

Les normes françaises n'étaient pas très raffinées et ne poursuivaient pas un but économique. Elles étaient simples d'application et de contrôle. Maintenant, les IFRS ont rendu la matière beaucoup plus complexe (actualisation, embedded financial instruments, ...) et sont surtout beaucoup plus sujettes à interprétation et donc d'autant moins aisées à contrôler. J'en veux pour preuve :

- la méthode de l'avancement pour les contrats à long terme (déjà incluse en normes françaises),
- quelle est la bonne durée d'utilité des actifs et leur valeur résiduelle ?
- quel est le bon taux d'actualisation des actifs et des passifs ?
- quel est le bon critère d'identification des UGT? Avec des flux actualisés à quel taux ?

Je ne dis pas que ces éléments ne sont pas déterminables, mais qu'il sont sujets à plus grande interprétation, ce qui n'en fait pas une meilleure comptabilité, même si la finalité est de mieux décrire la réalité économique...

Je suis un peu sceptique sur la pratique de ces normes et sur la prétendue meilleure comparabilité qui en découlerait. Enfin, ces normes étant d'inspiration anglo-saxonne et au vu des scandales répétés dans cette sphère financière, je ne suis pas persuadé de leur supériorité intrinsèque sur les veilles et rudimentaires normes françaises !

N'hésitez pas à réagir !

cordialement

Re: Pertinence des normes IFRS

Ecrit le : 02/11/2005 20:58 par Gof
Bonjour,

Personnellement, je ne partage pas tout à fait votre point de vue. Certes, l'application des normes IFRS risque d'être laborieux. En revanche, je pense qu'il s'agit d'une évolution répondant à deux causes :

1/ Etablir un bilan financier et comptable. Traditionnellement, celui-ci était plus fiscal qu'autre chose. Pour preuve, les durées d'amortissement sont des durées fiscales et non économiques (dans la majorité des cas).

2/ Se protéger de la remise en cause de notre monopole. A l'instar des USA, ceux-ci ont mis en place les US GAP pour notament rendre la comptabilité très compliqué à établir. C'est une façon de neutraliser la concurrence.

Il est clair qu'aujourd'hui nous sommes à la veille d'une grande réforme de notre profession. Nous devons être attentif et réactif, d'autant que l'administration fiscale va nous enboiter le pas.

Pour conclure, nous n'aurons pas le choix. Alors soyons prêt maintenant !

Cordialement

Re: Pertinence des normes IFRS

Ecrit le : 02/11/2005 21:14 par Jack06
Bonsoir

Je suis assez d'accord avec Gof.
Ayant eu la chance de participer au congrés de l'Ordre pendant lequel il a été beaucoup question des normes IFRS, j'ai appréhendé ces normes moins comme une complication supplémentaire que comme une véritable avancée du point de vue de la lecture des comptes.
Je pense notamment à l'annexe comptable (dérivée) qui devrait à l'avenir être plus détaillée et devenir réellement utile (au lieu d'être lancée de façon purement mécanique comme actuellement).
Il ne faut pas oublier que la comptabilité française a été mis en place durant la 2nde guerre mondiale dans le but de contrôler les entreprises (la notion de fiscalité étant prédominante).
Aujourd'hui, on cherche à être plus proche de la réalité économique et l'amortissement (des constructions notamment) par composant est à mon sens un progrès; pour reprendre cet exemple, ce changement de méthodes devrait simplifier les calculs parfois très "aléatoires" (et donc plus aisément remis en cause par le fisc) des provisions pour grosses réparations.
Je trouve dommage de se voiler la face et je pense que ce type de mission peut être vendu auprès des clients (cas par exemple où une société posséde de nombreux immeubles à l'actif).
Je ne pense pas malgré tout que ces normes soient supérieures aux normes françaises; n'oublions pour continuer sur mon exemple que un ancien plan comptable des entreprises de transport indiquait déjà de décomposer.
Quant aux scandales financiers anglo-saxons évoqués par Gilles, ils proviennent notamment d'un manque de transparence entre audit et expertise comptable or cette dichotomie est déjà présente en France depuis fort longtemps.

Cordialement

Re: Pertinence des normes IFRS

Ecrit le : 03/11/2005 11:29 par Gilles1
Message édité le 03/11/2005 15:50 par Gilles1
Qu'on ne se méprenne pas, je ne cherche pas à ramer contre le courant ! J'interviens moi-même régulièrement afin de contrôler la conformité de bilans d'ouverture aux normes IFRS. Je trouve cela intellectuellement réjouissant et, qui plus est, rémunérateur.

En revanche, se posent des questions inédites sur la comptabilisation des actifs : quels sont les risques et avantages déterminants qui induisent une comptabilisation à l'actif du bilan ? Selon la rédaction des contrats, cette question n'est pas simple à trancher...

Je suis d'accord avec l'idée que ces normes rendent la matière plus complexe et justifie de facto l'avenir de la profession et je ne m'en plains pas.

Cependant, malgré des avancées comme celles que Jacques cite, ces normes ne se réduisent pas à l'approche par les composants. Comment valider le bien fondé du business plan à 3 ou 5 ans et le taux d'actualisation y afférent qui va sous-tendre la dépréciation (ou non) des actifs inclus dans les Unités Génératrices de Trésorerie ?

J'en ai bien une idée, mais celle-ci est forcément sujette à interprétation. C'est en ceci que ces normes induisent un changement significatif et qui peut, si l'on n'y prend garde, ouvrir la porte à de nombreuses dérives.

cordialement

Re: Pertinence des normes IFRS

Ecrit le : 03/11/2005 15:07 par Boris
Bonjour.

Le fait que les IFRS laissent une part plus grande à l’interprétation constitue, à mon avis, une condition indispensable à leur application pratique. En effet, on a souvent tendance à oublier les contraintes opérationnelles des entreprises devant les mettre en œuvre. A vouloir être trop « ayatollesque », on risque en fait de se heurter à des obstacles techniques insurmontables.

A titre d’illustration, je me souviens des discussions assez vives entre la direction financière de l’entreprise dans laquelle je travaille et nos auditeurs à propos des amortissements par composants : ceux-ci voulaient que l’on procède à un découpage tel des différents éléments constitutifs de nos outillages de production qu’il était, pour ainsi dire, impossible à mettre en pratique dans des conditions techniques et budgétaires acceptables.

Une discussion responsable entre les entreprises et leurs CAC devrait permettre, dans la plupart des cas, de trouver une solution ne faussant pas la lecture des comptes tout en ne perturbant pas les activités opérationnelles (qui vont bien au delà de la production comptable : si, dans l’exemple que j’ai cité ci-dessus, on avait suivi les préconisations de nos CAC, il aurait fallu mobiliser des armées d’ingénieurs qui auraient procédé au « découpage » administratif de nos différents actifs, au grand dam de nos dirigeants qui doivent préférer, à juste titre, les voir occupés à travailler sur des projets techniques).

Par ailleurs, les standards purement français présentent peut être, dans certains cas, un caractère plus strict (particulièrement s’agissant de règles fiscales qui trouvent leur incidence en comptabilité), mais j’ai le souvenir d’avoir vu par le passé tordre allègrement le cou à certaines de ces règles (autres que fiscales) sous le couvert du « seuil de signification » (qui a souvent bon dos d’ailleurs…) sans pour autant que les CAC trouvent grand chose à redire.

Pour compléter la réflexion que vous avez amorcée sur les scandales financiers outre-Atlantique, je ne crois pas qu’il existe une corrélation entre la mise en œuvre des nouvelles normes et leur recrudescence. En réalité, au delà des fraudes délibérées entreprises par des dirigeants indélicats, ils sont à mon avis liés à une maîtrise technique insuffisante des équipes d’audit. D’ailleurs, afin de ne pas être hors sujet, je pense développer un sujet spécifique sur ce thème dans les jours qui viennent.

A bientôt.

Re: Pertinence des normes IFRS

Ecrit le : 23/09/2013 18:51 par Taieb

Bonjour,

Moi je suis doctorant en comptabilité et je travaille sur la divergence d'interprétation de ces normes et leurs impact sur la pratique.

C'est vrai que les IFRIC et les SIC nous fournissent réduit la divergence dans l'interprétation mais qu'en est t-il des points sur lesquelles elle n'as pas encore donnée d'avis ?

quels sont les éléments qui influencent l'interprétation des experts comptable en dehors des IFRIC et des SIC.

Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
KPMG