Obtenir le diplôme d'expertise comptable par la VAE : témoignage !

Article écrit par (1291 articles)
Publié le
Modifié le 21/01/2019
14 966 lectures

Obtenir le diplôme d'expertise comptable ou DEC par la procédure de validation des acquis de l'expérience ou VAE ressemble à un parcours du combattant. En 2012, un décret ouvre cette possibilité mais aucune circulaire ni aucun arrêté n'ont été publiés jusqu'ici. Les demandes étaient donc rejetées.

En juin 2017, une décision du Conseil d'État donne raison à Hervé Boullanger, suite au rejet de sa demande par le SIEC. Pour le Conseil d'État, même en l'absence de circulaire, l'Éducation Nationale ne peut refuser d'étudier un dossier de candidature à la VAE du DEC.

En novembre 2018, il obtient le diplôme d'expertise comptable.

Témoignage d'Hervé Boullanger, directeur de mission audit & conseil à la Cour des comptes, premier diplômé d'expertise comptable par la voie de la VAE.

Obtenir le diplôme d'expertise comptable par la VAE : de nombreuses difficultés

Sans référentiel de compétences comme il en existe pour le DCG et le DSCG, monter un dossier de VAE dans le cadre du diplôme d'expertise comptable n'est pas simple. Le flou qui entoure les exigences que pourrait avoir un jury dans le cadre d'une telle demande n'encourage pas les candidats.

« Il faut étudier le programme complet des trois épreuves d'examen et le comparer à son expérience professionnelle » précise Hervé Boullanger. Se raccrocher au programme des trois épreuves et démontrer l'application des compétences validées par le diplôme au quotidien est essentiel.

Le « dossier écrit d'une centaine de pages environ » permet de « démontrer au jury que les compétences sont bien là ».

« Mes points forts étaient les parties déontologie, audit, mémoire et mon point faible se trouvait dans la tenue des comptes des petites entreprises » mais comme tout diplôme, « le DEC s'obtient par la moyenne ».

C'est d'autant plus difficile qu'aucune procédure spécifique pour le dépôt des livrets 1 et 2 n'est prévue. Il n'y a aucun moyen de savoir dans quels délais la demande doit être déposée.

La demande de VAE a été faite « en suivant la même procédure » de dépôt des livrets 1 et 2 que « celle du DSCG », le livret 2 a été déposé en août 2018 pour la session de novembre.

Ouvrir la possibilité d'obtenir le diplôme d'expertise comptable par la VAE : des intérêts multiples

Hervé Boullanger travaille auprès de la Cour des comptes et « la certification des comptes de l'État fait partie de ses travaux », de même que « l'audit des comptes de certaines organisations internationales bien connues comme par exemple la Cour pénale internationale ». Lorsque la Cour des comptes répond aux appels d'offres à l'international pour assurer l'audit de ces organisations onusiennes, « si le chef d'équipe a le diplôme d'expertise comptable, cela peut renforcer la candidature française ».

Sa seconde motivation est le dialogue entre le privé et le public. Comme pour les professions du droit, la dichotomie des professions du chiffre (comptables, auditeurs) est beaucoup plus importante en France qu'à l'étranger. Pour lui, c'est « un petit pas vers l'unification des compétences essentielles ».

Comme lui, « certains cadres d'entreprises pourraient avoir besoin du diplôme pour évoluer dans leur carrière au sein des entreprises ». C'est très différent de la procédure de l'article 7bis de l'Ordonnance de 1945 qui permet une inscription au Tableau de l'Ordre mais pas l'accès au diplôme.

Un conseil : « bien comparer son quotidien professionnel avec les têtes de chapitres des programmes du DEC »

C'est l'objectif du livret 2 de la procédure de validation des acquis ou VAE. Le programme officiel du diplôme d'expertise comptable est composé de trois épreuves qui sont la déontologie, la révision légale et le mémoire.

Il s'agit donc de « démontrer au jury que des compétences telles que la déontologie de la profession, le contrôle interne, la maîtrise des risques, l'écriture font partie du quotidien du professionnel » qui demande la validation.

« Le candidat qui n'écrit jamais, ne fait ni notes, ni synthèses dans le cadre de son travail aura beaucoup de mal à valider l'épreuve du mémoire ». Cet aspect risque d'être la « principale fragilité des candidats qui vont se présenter, même s'ils sont techniquement excellents dans leur métier ».

Car « celui qui n'a jamais écrit un article dans la Revue Française de Comptabilité ou une autre publication, fait une note interne de réflexion sur l'actualité comptable, juridique, fiscale ne pourra pas prouver ses compétences de mémorialiste ».

Avant de se lancer dans une procédure de VAE, le candidat doit pouvoir établir qu'il maîtrise autre chose que les logiciels métiers et sait « écrire et conceptualiser » estime Hervé Boullanger.

La réussite d'Hervé Boullanger est la preuve qu'il n'est pas du tout indispensable d'attendre le référentiel de compétences de l'Éducation nationale pour tenter le diplôme d'expertise comptable en VAE.

Actif dans le bénévolat auprès de la profession, Hervé Boullanger, nouvel adhérant de l'association ECE va poursuivre ses activités en tant que membre de la chambre nationale de discipline et du projet « common content » pour la définition d'un corps commun de compétences des experts-comptables au sein de l'Union européenne.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.