DEFICOMPTA

Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

16 réponses
8 621 lectures
Ecrit le : 31/03/2009 22:03 par Virado
Bonjour Mesdames et messieurs,
Je suis étudiant en Master 2 mention Comptabilité Contrôle Audit. Mon mémoire porte sur la fidélisation des collaborateurs dans les cabinets d'expertise comptable et de commissariat aux comptes. L'objectif est de recencer les raisons de la pénurie de collaborateurs qu'on observe actuellement dans le secteur et d'éssayer dans la mesure du possible d'y apporter des solutions. Quelles sont les politiques de fidélisation qu'on peut mettre en oeuvre pour attirer et retenir les collaborateurs?
En postant ce méssage sur ce forum je voudrais recesser vos opinions sur le sujet mais aussi vos suggestions. Que vous soyez expert comptable, chef de mission ou simple collaborateur, votre avis m'interesse.
Merci pour votre collaboration.

--------------------
Virado

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 01/04/2009 08:04 par Muki
Message édité le 01/04/2009 08:05 par Muki
Bonjour,

Vaste sujet ! Une raison principale de la pénurie est le cumul d'une rémunération moindre par rapport à un emploi en entreprise avec un stress plus intense.

Peut-être qu'une "prime de stress" permettrait de fidéliser les collaborateurs ?!

Bon mémoire !

--------------------
Muriel

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 01/04/2009 08:50 par Ericp
Bonjour Virado,

D'accord avec Muki 1er point la rémunération. Ensuite le stress mais ça s'est plus difficile pour un expert à combattre. Il y a aussi l'amélioration de l'ambiance du cabinet. ça aussi c'est difficile à lutter contre. bien que l'expert peut impulser un état d'esprit.

--------------------
Cordialement

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 01/04/2009 10:41 par Lna2b
Bonjour,

Effectivement, vaste sujet...
Il y aurait beaucoup à faire pour fidéliser les collaborateurs.
La première chose comme il a été dit est de réajuster les salaires pour des postes qui sont sommes toutes à responsabilités. D'autre part, un peu plus de considération (je généralise bien sûr) de la part des e-c au regard de notre travail serait la bienvenue. Il faudrait tout de même un peu se rendre compte que les cabinets tournent en grande partie grâce au travail des collaborateurs. Quand je parle de considération, c'est par exemple, mieux communiquer sur ce qui est bien fait et non toujours chercher le petit truc moins bien fait (= typique en cabinet, je généralise encore une fois, peut-être que certains sont plus chanceux que d'autres). Plus d'équité entre collaborateurs à tous les niveaux également serait un facteur de motivation pour tous, les différences de traitement sont à bannir, exemple l'octroi d'un jour de congé à l'un et pas l'autre pour X raisons indéterminées.
L'histoire des congés, autre point majeur dans ce métier, 3 semaines imposées en août lorsque le cabinet ferme et le reste ? De janvier à mai, social et période fiscale, de mai à août, juridique et archivage, de septembre à décembre, impossible également, à Noël, si on a de la chance, un ou deux ponts, sinon, repos uniquement jour de Noël et jour de l'an parce qu'il faut faire les payes. La démotivation des collaborateurs provient de cette espèce de devoir envers le cabinet, cette contrainte qui joue à tous les niveaux, au niveau de la fatigue physique, du stress procuré par la nature même des tâches et l'arrivée des échéances, au niveau de la vie de famille pour ceux qui en ont une, on engage notre responsabilité chaque jour, je pense notamment à ceux qui, comme moi, ont la charge du social dans leurs dossiers, partie de plus en plus délicate et complexe, tout cela pour une reconnaissance minime.

En tant que futur e-c (je l'espère), je pense que nous devrions suivre plus de formation axées sur la communication au sein du cabinet, pour justement apprendre à éviter les pièges de la démotivation de nos futurs collaborateurs. Il faut vraiment prendre conscience que cette baisse de régime ne peut qu'être néfaste à la qualité du travail fourni.

Je voudrais ajouter une dernière chose, concernant les experts-comptables stagiaires :
Il semblerait que le statut de collaborateur soit encore plus difficile lorsqu'on a fait le choix d'aller jusqu'au DEC. J'ai la nette impression que nous devons nécessairement trimer à tous les niveaux pendant 3 ans pour avoir accès au statut, "je suis passé par là il y a 30 ans, tu dois y passer aussi", voilà en résumé ce que je perçois. Sauf que la vie d'il y a trente ans et celle d'aujourd'hui sont différentes. Il faut arrêter de nous répéter que ce métier va nous priver de vie de famille, et que nous serons "esclaves" toute notre vie d'un cabinet, cette stratégie de découragement ne fait que contribuer à mettre notre moral en berne alors que nous nous battons tous les jours pour montrer que nous sommes capables.

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 01/04/2009 22:24 par Fripoune
Bonsoir,

En partie d'accord avec votre dernier message même si j'ai l'impression que les salaires ont tendance progressivement à se rapprocher de l'entreprise et que niveau ambiance, les structures composées de jeunes générations d'EC ont compris ces enjeux de motivation et de comminication descendante et de délégation avec supervision par exception.

Maintenant en ce qui concerne le stage et les difficultés, sans vouloir vous démotiver, l'après stage n'est pas forcément plus simple et facile à gérer. Pour en être sorti depuis plus d'un an, les contraintes, les enjeux, les choix stratégiques, l'investissement personnel demeurent toujours présents sinon encore plus afin de ne pas décevoir à tous niveaux (supérieurs ou collaborateurs)... C'est un réel défi de savoir valoriser ensuite son diplôme.

Cordialement

--------------------
FRIPOUNE

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 01/04/2009 23:10 par Michael78
Bonsoir,

je suis entièrement d'accord avec Hélène, surtout que quand on a trimé pour y être, on teste la motivation de nos stagiaires en reproduisant le même concept ! Je pense qu'ils doivent se dire que s'ils ont trimé eux aussi, il n'y a pas de raison que ce soit différent pour les futurs nouveaux !!
Je suis peut être un peu maso, mais ca ressemble un peu à un stage de moine trapiste où la vie familiale et sociale est mise entre parenthèses, ou à un long stage commando pour ne garder que les plus motivés !!
Bref, c'est vraiment pénible à force mais la question est de savoir comment réagirons nous si nous bossons en cabinet en tant qu'EC ? Je pense qu'on ne voudra pas faciliter tous les jours la vie de nos collaborateurs et en particulier nos stagiaires en leur donnant les infos "tout cuit du bec", car ça fait partie de leur apprentissage de savoir se débrouiller seul, de tenir la pression, de faire leur propre recherche, etc...

Enfin, même si les jeunes EC ont peut être évolué, la classe modale d'âge des EC est encore très élevée.

Cdt

--------------------
"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles". Sénèque

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 26/04/2009 18:12 par Fabrice Heuvrard
Bonjour,

Je reviens sur le forum après quelques temps d'absence.

Le fait d'être stagiaire ne nous place, ni au dessus des collaborateurs , ni en dessous d'eux.Nos objectifs ne sont pas les mêmes qu'eux.
Je pense que de ne pas reproduire les mêmes schémas sur nos successeurs que certains d'entre nous subissent nécessitera beaucoup d'efforts.
Le stage nécessite un investissement personnel important,mais je pense qu'il faut sortir de la vision caricaturale voire archaïque que les gens ont sur la profession.Je pense que beaucoup parmi nous , seront mettre des limites à ce que le professionnel ne soit pas prépondérant sur le familiale, et qu'il y a forcément un équilibre entre ces deux mondes.
Je suis peut être naïf, en pensant que qu'un bon stage nécessite d'être bien dans sa tête et ne pas avoir de doutes sur son projet professionnel.
Les cabinets sont ce qu'ils sont, il y a les bons et les mauvais. Heureusement qu'il y a les mauvais, sinon comment saurions que les bons existent ?
Interrogez-vous sur ce que vous attendez de votre cabinet. Pour ma part, j'attends une bonne formation qui me prépare à l'examen , ainsi qu'à l'exercice libéral dans une petite/moyenne structure.
Ces quelques années ne valent-elles pas quelques sacrifices (enfin pas trop non plus...) ?

Pour revenir au sujet lancé par Virado,
Les sources de motivation sont variables selon les individus.
Vous avez bien entendu les salaires (source de nombreuses polémiques), les délégations de travaux valorisants,une tolérance vis à vis des prises de congés, l'octroi de congés supplémentaires,un environment de travail agréable et propice au calme...
Bon mémoire Virado.


--------------------
 
Expert-comptable et commissaire aux comptes

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 07/05/2009 15:25 par Bigbob
Message édité le 07/05/2009 15:27 par Bigbob
Hello,

Je suis entierement d'accord avec Lna2b.

Ce principe judeo-chrétien de l'autoflagellation et autres "faut souffrir pour etre beau" sont tres presents en cabinet.

C'est avant tout une façon de pensée et de voir les choses.

C'est comme le prof de piano qui vous fait faire 3 ans de solfege avant de commencer à jouer un morceau sous pretexte qu'il faille en passer par là ?!...et donc souffrir ! Ba non, pas obligatoirement.

A cela s'ajoute la position de l'EC qui était (est ?) considéré comme le notable, le sachant, lui conférant ainsi un statut superieur. C'est l'EC des années 80, détenteur du pouvoir et de la connaissance. Le notable de la ville...

Sans oublier qu'etre EC implique de faire partie d'un Ordre, ou nous sommes tous des confreres et consoeurs.

En clair, tous les elements pour faire peter l'égo !

Seulement voilà, les choses changent.

La societe va plus vite, les moyens de communications et comparaisons sont partout, les clients ne restent plus 20 ans avec le même EC...et les collaborateurs aussi !

Le cabinet doit mettre en place, comme les entreprises le font, une veritable politique de recrutement et de suivi des collaborateurs. Le 30% de remuneration en moins par rapport aux postes en entreprises est déjà une aberration. A cela s'ajoute des horaires importants, une grosse respondabilité et peu de reconnaissance...

Et ensuite tout le monde s'étonne que la profession n'attire plus !! Je reve...

Les jeunes EC changeront cette donne s'ils veulent batir des cabinets solides sur le long terme. Le bien être au travail des salariés est reconnu par toutes les entreprises performantes comme un element important permettant la stabilité et la croissance.

Le cabinet est AUSSI une entreprise !

Bye

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 09/05/2009 15:26 par Arobase
Bonjour
J 'ai exercé à la fois en entreprise et en cabinet et j ai pu facilement faire une comparaison.

Au niveau salaires , il faut oublier complètement l 'époque ou l'entreprise était l 'Eldorado du comptable. Aujourdhui ,pour des collaborateurs ni mémorialistes ni stagiaires il n y a aucun écart de rémunération, à qualification égale entre une entreprise et un cabinet et on trouve également en entreprise beaucoup de salaires " à la fronde".

Sur le volume de travail , il ne faut pas croire qu'on travaille en entreprise en tongs , paréos et chaises longues.Si ça a existé ce temps là , c est fini.
Quand il faut produire au PDG des situations mensuelles pour le 10 maximum , des états clients chaque semaine , tout ça secoue bien aussi.On peut néanmoins penser qu'il y a un écart et que globalement le travail en entreprise est moins volumineux qu' en cabinet.

Je vois 2 différences notables
1/ le recours au heures supplémentaires est quand meme moins fréquent en entreprise sauf pour les cadres qu'en cabinet ou ce recours est disons systématiquement forcé .
2/La politique manageriale est plus basée sur la fidélisation en entreprise qui est vite handicapée dés qu un comptable part, compte tenu du temps de formation et de mise en place de son activité en service exclusif.(ètre au courant de tous les rouages du service clients prend du temps et pendant ce temps , le PDG trépigne et hurle sur le cadre..)
cela se traduit par des entretiens réguliers avec un supérieur et une écoute différente. on peut aussi consulter plusieurs responsables (DAF , Ressources humaines)en cas de probléme alors qu en cabinet , l 'interlocuteur est seul et unique: c est l 'expert comptable dirigeant du cabinet.Celui ci a des connaissances techniques mais un savoir faire de management du personnel proche du néant d 'ou des comportements parfois navrants et une rotation de personnel effrennée.
Cordialement,

--------------------
@

Re: Memoire: fidelisation des collaborateurs dans les cabinets

Ecrit le : 09/05/2009 15:37 par Arobase
Bonjour ,
Un oubli de ma part :

En cabinet tous les collaborateurs doivent suivre en permanence au quotidien les changements de réglementation sociale , fiscale ou juridique. ( n'est ce pas? )

en entreprise , les revues comptables ou fiduciaires n 'étaient que trés trés rarement ouvertes ! ( sauf celle de l impot sur le revenu... ) .
Nous avions ainsi appris plusieurs mois aprés que la fiscalité de l 'IFA avait changé et mon daf s'était fait reprendre par le CAC pour avoir oublié le crédit d impot apprentissage (le Quoa?) entre autres ).
Seuls en fait les responsables des Ressources humaines doivent impérativement suivre en direct l 'actualité sociale.

Salutations

--------------------
@
Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
Quickbooks