Mémoire du DEC : propositions de sujets

Article écrit par (31 articles)
Publié le
Modifié le 02/04/2017
12 641 lectures
Dossier lu 52 309 fois

Une nouvelle liste de sujets possibles pour le mémoire du DEC (Diplôme d'Expertise Comptable) est donnée ci-après. Ces propositions doivent être lues avec l'avertissement publié dans le premier article auquel le lecteur est invité à se reporter.

Il est cependant rappelé qu'un sujet choisi par un candidat est d'autant mieux traité qu'il peut s'appuyer sur une expérience professionnelle en cabinet.

Retrouvez les propositions du mémoire du DEC (1 à 4) de la RFC dans l'article : « Des propositions de sujets pour le mémoire du DEC ».

Proposition 5 : 

La comptabilisation des immobilisations corporelles par fonction

Le PCG prévoit un enregistrement comptable des immobilisations corporelles par nature. Les IAS 1 et 16 ne donnent pas d'indication sur la manière de présenter les immobilisations corporelles dans les états financiers.

La pratique internationale suivie par les grandes entreprises choisit généralement de présenter les immobilisations corporelles en trois catégories : administratives, industrielles et commerciales.

La norme internationale sur l'information sectorielle demande maintenant de présenter les actifs selon les catégories choisies par le management de l'entreprise (par risque ou par site géographique ou par unité génératrice de trésorerie ...).

Il est donc possible d'avoir une analyse des mérites pour la gestion, du classement comptable des immobilisations corporelles par fonction (en distinguant plusieurs types de fonction selon l'activité) et ce, d'autant plus que depuis longtemps, des entreprises surtout industrielles, utilisent un tel classement pour leur comptabilité de coût.

Proposition 6 : 

La présentation de l'annexe des comptes annuels

Un très grand nombre d'informations doit maintenant être fourni dans l'annexe des comptes annuels, surtout pour les entreprises qui sont soumises à la présentation d'une annexe complète, aussi bien en normalisation française qu'en normalisation internationale.

Toutefois, nulle normalisation (sauf dans quelque pays, comme la Belgique) n'a demandé une structuration de l'annexe qui améliorerait la lecture, notamment en indiquant qu'une information demandée n'est pas donnée parce que non applicable, ou prescrivant un ordre de présentation des informations demandées (évitant ainsi un désordre très gênant pour la recherche d'une information).

Cette structuration de l'annexe est à l'étude à l'IASB, mais une réflexion est possible en France, en proposant un modèle et des exemples qui feraient de l'annexe un document plus facile à lire.

Proposition 7 : 

L'ajustement en fin d'exercice des stocks tenus en coûts préétablis

Dans les entreprises qui ont des stocks importants (entreprises industrielles ou de distribution), il est souvent recommandé de les tenir en coûts préétablis (standardisés), de façon à pouvoir noter les écarts entre coûts réels et coûts préétablis à l'entrée en stock (gestion des achats) et à éviter des recalculs en cascades, si on cherchait à voir l'incidence des variations des coûts réels sur les coûts de revient.

L'inconvénient est qu'en fin d'exercice, les stocks doivent être évalués en coûts réels (aussi bien comptablement que fiscalement) et qu'il faut donc faire des ajustements pour passer du standard au réel. Ce sont des ajustements lourds, longs, dans bien des cas.

Des méthodes plus ou moins précises existent pour alléger ces ajustements. Leur recensement serait intéressant et d'autant plus, s'il était appuyé sur des exemples réels.

Proposition 8 : 

La comptabilité des garanties données ou reçues

Le bilan en France ne donne pas d'indication sur les actifs donnés en garantie réelle (hypothèque, nantissement), ni sur les passifs possibles que sont les cautionnements donnés en faveur de tiers.

De même, les créances bénéficiant de garantie réelle ou personnelle ne sont pas précisées au bilan (ce qui permettrait entre autres, d'améliorer les analyses financières), ni même les engagements de tiers en faveur de l'entreprise pour la couvrir dans certaines opérations.

Ce point n'est pas nouveau mais il semble bien qu'aujourd'hui le monde des affaires fonctionne avec beaucoup plus de couvertures ou de garanties qu'autrefois.

Il y a bien des comptes d'engagements reçus ou donnés, mais ce sont des comptes hors bilan rarement servis et sur lesquels il existe peu de commentaires ou précisions. Un traitement d'ensemble de principe pourrait être proposé en partant d'exemples réels.

Proposition 9 : 

L'analyse financière des communes en France d'après les Chambres régionales des comptes

Les chambres régionales des comptes font chaque année, de nombreux contrôles des comptes et de la gestion des collectivités territoriales.

Leurs rapports sont publics et peuvent être consultés librement sur Internet (ainsi que les réponses des collectivités contrôlées aux observations faites par les chambres).

Dans de nombreux cas, ces rapports font une analyse financière des comptes des collectivités ; elle n'est pas uniforme et standardisée ; elle emprunte à l'analyse financière classique des entreprises.

Il serait intéressant de les recenser et de les synthétiser pour voir comment la gestion des communes et leurs comptes sont compris par l'auditeur public et comment gestion publique et présentation des comptes pourraient être améliorées.

Article par Jean-Claude Scheid
Professeur agrégé des universités en sciences de gestion
Ancien président du Jury du DEC 1996-2002

Publié dans le magazine RFC de janvier 2017