Marché du travail : émergence des nouvelles formes de travail

Formes et espaces de travail : les futures tendances
Article écrit par (366 articles)
Modifié le
2 370 lectures

L'intérim, le freelancing, l'autoentrepreneuriat ou encore le management de transition sont tout autant de nouvelles formes de travail proposés dans le monde du travail d'aujourd'hui et de demain.

Michael Page et IFOP ont publié une étude présentant, entre autres thèmes, les formes de travail et les espaces de demain.

« Avant le confinement, 64% des actifs ont connu un élargissement de leurs missions et plus d'un tiers a vécu des changements significatifs en termes d'environnements de travail (passage en open space, espaces de co-working, télétravail,...) ».

Lire aussi : Marché du travail : compétences de demain et métiers porteurs

 

Quelles seront les formes de travail de demain ?

« Parmi les formes de travail testées dans cette étude, le travail temporaire, le travail en auto-entrepreneuriat et le travail en freelance/indépendant sont toutes les trois identifiées par une large majorité des actifs occupés, respectivement à 92%, 86% et 76%, et plus largement encore par les cadres ».

81% des répondants déclarent savoir ce qu'est le travail temporaire, probablement car les missions de travail temporaire accompagnent le lancement de nombreuses carrières. Ils sont 45% à envisager adopter le statut d'intérimaire et 33% des cadres.

« Paradoxalement, les actifs sont beaucoup plus nombreux à envisager de recommander l'intérim à un jeune adulte qu'à imaginer l'adopter eux-mêmes ».

« Le jugement sur l'importance que prendra le travail temporaire à moyen terme est très hétérogène entre les catégories socio-professionnelles ».

Les statuts d'auto-entrepreneur et de freelance semblent bénéficier de plus d'intérêt pour les sondés, malgré le côté moins stable. 49% de ceux qui connaissent le statut d'auto-entrepreneur pourraient être intéressés de se lancer dans cette aventure et 45% pourraient travailler en tant que freelance.

Le côté indépendant, l'autonomie et la flexibilité sont les éléments attractifs de ces formes de travail.

Le management de transition connaît une croissance importante depuis 2016, +100% d'activité. Et pourtant seulement 45% des cadres connaissent cette forme de travail. Cette particularité de poste s'adresse à des cadres ayant des compétences d'expertise particulières au sein des directions d'une entreprise (générale, ressources humaines, financière, systèmes d'information,...).

L'étude explique le management de transition comme tel : le recours au management de transition permet aux entreprises de bénéficier, dans un délai court et pour une durée déterminée, de compétences managériales opérationnelles hautement qualifiées pour faire face à des situations particulières (contextes d'urgence ou de crise, accompagnement au changement, lancement de nouveaux outils ou produits, remplacement d'un dirigeant, restructuration d'une filiale, fermetures de sites industriels, etc).

Du fait de cette méconnaissance, les cadres sont 55% à ne pas envisager passer au management de transition. Pour ceux qui connaissent cette forme de travail, ils la caractérisent par la notion d'expertise, la diversité des missions et la flexibilité.

 

Quels seront les espaces de travail demain ?

L'open space reconnu à ses débuts comme étant la révolution des espaces de travail afin d'apporter une cohésion d'équipe et une meilleure communication entre les collaborateurs, a été malmené ces derniers mois.

Avec le coronavirus, l'open space n'est pas adéquate aux règles de distanciation sociale et met les salariés dans une insécurité. Une étude aux Etats-Unis réalisée par Bospar indique que 41% des personnes interrogées pensent que l'open space deviendra un foyer d'infection et la moitié d'entre eux imaginent que les open space vont aggraver la propagation du coronavirus.

Afin de continuer à utiliser cette forme de travail, les entreprises vont devoir s'adapter et les environnements de travail actuels devront être repensés.

« 75% des candidats sont attentifs à la responsabilité sociétale d'une entreprise avant de la rejoindre, et cela passe aussi et d'abord par la structure d'accueil. Les entreprises sont donc en quête de nouveaux concepts tels que les smart buildings, ou bâtiments intelligents, permettant de composer avec tous ces enjeux à grand renfort d'intelligence artificielle et d'outils technologiques ».

Lire aussi : Est-ce la fin de l'open space ?

Selon un sondage Ipsos de fin juin, 38% des sondés estiment qu'ils auront recours au télétravail à jours fixes à partir de septembre. Cette forme de travail est en pleine expansion grâce notamment à la flexibilité des horaires de travail et la conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Des avantages très prisés par les nouvelles générations et ceux qui y ont goûté.

« Si le télétravail était déjà en voie de démocratisation, avec le confinement lié à la crise sanitaire, c'est plus de 8 millions de salariés qui ont eu la possibilité de télétravailler, dont une grande majorité expérimentait le télétravail pour la première fois. [...] Il en ressort que les Français envisagent désormais le télétravail comme une solution d'avenir ».

Lire aussi : Le télétravail va-t-il perdurer ?

Adeline Rocci

Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.

Twitter   Facebook   Linkedin