Les impôts différés en consolidation des comptes

Article écrit par (63 articles)
Publié le
Modifié le 15/03/2019
19 023 lectures

La notion d'impôts différés actifs et passifs s'oppose à la notion d'impôt exigible. Les comptes individuels français consacrent la notion d'impôt exigible. Seul l'impôt dû au titre de l'exercice est comptabilisé.

Dans les comptes consolidés en normes françaises ou IFRS, il faut comptabiliser l'impôt différé. Il s'agit de l'intégralité des dettes ou créances d'impôt nées des opérations de l'exercice. La comptabilisation est obligatoire même si la dette ou créance ne devient exigible qu'au cours d'un exercice ultérieur.

« L'impôt différé est un domaine délicat car il est nécessite des connaissances transverses en fiscalité, en comptabilité et en consolidation » estime Patricia Perez Cochard, expert-comptable et formatrice chez Francis Lefebvre Formation.

« C'est un accessoire d'une opération principale qu'il faut comprendre et il est parfois nécessaire de travailler en binôme avec les fiscalistes extérieurs ou du groupe.

Il faut donc savoir faire une preuve d'impôt mais aussi la contrôler et détecter la mauvaise application des normes ».