KPMG

Les éléments qui prouvent que c'est le mauvais job

Article écrit par (308 articles)
Modifié le
2 240 lectures
Comment savoir si votre emploi vous convient ?

Parfois, nous ne pouvons pas toujours choisir le job que nous faisons. Il peut être alimentaire car pas vraiment d'autres choix. Toutefois, pas de panique il existe sûrement le job qui vous convient. En attendant, une petite lecture sympathique qui peut vous faire prendre conscience que le job que vous exercez n'est pas le bon.

Le lundi matin qui donne pas envie

D'une manière générale, le lundi matin n'est pas le moment le plus apprécié des personnes dans le monde du travail. Mais si vous appréhendez votre retour du week-end dès le dimanche dans la journée, il faut peut-être imaginer que vous n'êtes pas dans votre emploi de rêve. Le message est clair si dès le lundi matin vous pensez avec désarroi au vendredi soir qui va arriver trèèèèès lentement, il faut réfléchir au changement.

 

Les réveils avec la boule au ventre

Non seulement le lundi matin n'est pas évident mais si en plus tous les matins vous vous levez en vous roulant par terre et que vous vous préparez à reculons avec la boule au ventre, les semaines doivent être longues. C'est un des signes qu'il faut observer pour se poser des questions sur le job en question. Est-il réellement fait pour vous ? Ne serait-ce pas temps de penser à des entretiens d'embauche pour changer de travail ?

 

L'ennui pendant les heures de travail

L'ennui reflète une sensation de vide. S'ennuyer au travail et ne pas savoir quoi faire peut vite devenir problématique au niveau mental. Les journées se rallongent encore plus. Bien sûr, chaque métier exercé implique des tâches plus ennuyeuses et sans valeur ajoutée que d'autres tâches à effectuer. Mais si toutes les tâches rébarbatives sont récurrentes, c'est que c'est pas le bon job pour vous.

 

La fin de journée est une libération

Il est 8h30, vous arrivez au boulot et vous ne pensez qu'à une chose : le moment où vous quitterez votre travail le soir ! Si votre job vous passionne et que les missions que vous accomplissez vous intéressent, vous ne ressentiriez pas cette sensation de déjà vouloir partir alors que vous venez d'arriver. Vous êtes un des premiers à partir d'ailleurs, pas envie de rester une minute de plus !

 

La maladie l'emporte sur la motivation

Vous n'êtes tellement pas en forme dans ce job qui ne vous convient pas que vous cumulez les maladies et les petits bobos. Toutes les excuses deviennent bonnes pour ne pas vous présenter au travail et pour rester tranquillement à la maison. Vous êtes probablement réellement malade, mais c'est peut-être votre corps qui réagit face au peu d'entrain que vous avez au quotidien au travail.

Attention car avoir un travail routinier ou dévalorisant est pire que le chômage pour la santé. En effet, selon des études, exercer un travail de mauvaise qualité, dans lequel on s'ennuie et où l'on est sous-payé présente plus de risques pour le bien-être mental qu'être au chômage. Les salariés malheureux au travail sont en effet plus susceptibles d'être touchés par les risques psychosociaux (stress, burn-out, dépression et troubles musculo-squelettiques) que les personnes sans-emploi.

Adeline Rocci

Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.

Twitter   Facebook   Linkedin

KPMG