Les commissaires aux comptes : bâtisseurs d'une société de confiance

Article écrit par (1558 articles)
Modifié le
744 lectures

La CNCC vient de lancer une toute nouvelle campagne de communication destinée aux PME. Elle vise à montrer le rôle du commissaire aux comptes en matière de confiance au sein de l'économie.

Plusieurs profils ont été sélectionnés pour des missions de cybersécurité, démarche RSE et audit de la situation financière.

L'étape suivante pourrait consister à s'inscrire dans le projet européen de standardisation du reporting financier.

Retour sur cette campagne de communication post Covid-19 avec Jean Bouquot, président de la CNCC.

La CNCC vient de lancer une campagne de communication à destination des entreprises. Quel est l'objectif de cette campagne et où sera-t-elle diffusée ?

Le lancement de la toute nouvelle campagne des commissaires aux comptes est une réponse aux modifications législatives de l'an dernier. Avec les discussions autour de la loi PACTE, nous nous sommes rendus compte que l'image des commissaires aux comptes dans le grand public ne correspondait pas forcément à celle que nous aurions souhaité avoir.

Nous avons donc choisi de lancer cette campagne afin de rappeler le rôle du commissaire aux comptes, basé sur la confiance mais aussi pour aider les clients à distinguer l'expert-comptable du commissaire aux comptes.

C'est une campagne qui commence par des insertions dans la presse, notamment dans le magazine Challenge. Elle doit se poursuivre au mois de juillet et jusqu'en janvier 2021.

Aux premières insertions à destination des PME, s'ajouteront d'autres communications à destination des associations et des grandes entreprises.

Les insertions dans la presse magazine seront complétées par une campagne à la radio.

La campagne de communication est une réponse à la loi PACTE et à la crise sanitaire. Où en sont les professionnels dans le renouvellement de leurs mandats ?

Il est difficile à ce stade de faire un point de situation sur le renouvellement des mandats des commissaires aux comptes. Avec la crise sanitaire, les assemblées générales ont été décalées et nous ne disposerons probablement pas de chiffres et statistiques, grâce aux déclarations d'activité des commissaires aux comptes, avant l'automne.

Tout ce que je peux dire pour le moment, même si ce n'est pas étayé par des chiffres, c'est que les confrères qui nous remontent des informations, le font en témoignant parfois du renouvellement de leurs mandats, même en l'absence d'obligation dans l'entité.

Ce renouvellement volontaire peut concerner le mandat classique de six ans ou la mission ALPE de 3 ans. Il faudra cependant attendre encore un peu pour pouvoir faire de véritables estimations de l'impact de la loi PACTE au bout d'un an.

Vous insistez aussi sur la différence entre l'expert-comptable et l'auditeur légal dans le cadre de cette campagne. Pourquoi ?

Les entités qui font appel à un expert-comptable ou à un commissaire aux comptes n'ont pas toujours conscience de la différence entre les deux professions. Trop souvent, elles estiment à tort que les travaux réalisés sont les mêmes.

Nous avons donc fait le choix de présenter les principaux éléments qui permettent de présenter le commissaire aux comptes et de le distinguer de l'expert-comptable. Il s'agit de permettre à nos clients de mieux comprendre ce que nous faisons.

En matière de cybersécurité, de certification d'une situation financière ou de critères extra-financiers, nous retrouvons potentiellement l'expert-comptable dans des missions proches.

Pour bien distinguer les deux, il faut comprendre que dès lors qu'il s'agit d'auditer une situation financière par exemple, c'est le commissaire aux comptes qui intervient.

Dès lors qu'il y a une dimension de conseil ou une dimension de construction de la situation financière, par exemple, la mission est en principe celle de l'expert-comptable.

La crise sanitaire incite à la réflexion et à la remise en question. Comment voyez-vous l'avenir des CAC dans les prochains mois ? 

Avant d'aller jusqu'aux informations financières prospectives ou le big data et l'audit en temps réel, nous avons un énorme chantier qui se prépare.

Ce chantier, beaucoup plus impactant à court terme, c'est celui de la standardisation du reporting extra-financier au niveau européen. Il a été confié par la commission européenne au régulateur européen qu'est l'EFRAG, le Groupe consultatif européen sur l'information financière.

Dans ce contexte, les professionnels du chiffre au sens large, y compris les commissaires aux comptes, ont un rôle à jouer. Nous devons être moteur de ce projet et faire des propositions à la suite du rapport De Cambourg qui avait déjà été remis au gouvernement en juin 2019.

Nous avons aussi conclu un partenariat avec l'IFACI (Institut français de l'audit et du contrôle internes) dans le but de faire remonter des propositions et de nous emparer de cette thématique.

In fine, le but à travers cette campagne de communication et l'insertion de la profession dans le projet européen est bien de renouer avec l'attractivité de la profession. La RSE fait aussi partie de ces sujets qui attirent les jeunes.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.