Le DSCG en confinement : témoignage d'un enseignant

Article écrit par (34 articles)
Modifié le
1 419 lectures

Les derniers mois et plus particulièrement les sessions 2020 et 2021 du DSCG se sont caractérisées par un certain nombre d'évolutions, parfois à marche forcée au gré des confinements.

Elles ont eu un impact sur les méthodes d'enseignement en DSCG même si de très nombreux étudiants ont pu retrouver les bancs de leurs écoles ou universités en septembre 2021.

Interview réalisée par l'ENOES.

A travers le témoignage de Mme Mansencal, enseignante à l'ENOES, nous découvrons ainsi l'utilisation d'outils totalement différents de ceux qui sont traditionnellement utilisés dans les écoles en présentiel.

Toujours utilisés pour certains à la rentrée 2021, ils laissent entrevoir une évolution plus durable.

Les questions et réponses qui suivent ont été rédigées par les équipes de l'ENOES. Il fait suite à l'article « Le DSCG en confinement : témoignages d'étudiants ».

Bonjour Mme Mansencal, pouvez-vous vous présenter s'il vous plait ? (matières enseignées en DSCG)

J'enseigne dans cette filière depuis 1997.

J'interviens sur 3 UE du DSCG :

  • L'UE1 – Gestion juridique, fiscale et sociale
  • L'UE3 – Management et contrôle de gestion
  • L'UE7 – Mémoire professionnel

Je participe aux examens en tant que correctrice mais également en tant que membre du jury national.

La Covid a impacté à plusieurs reprises votre enseignement, notamment avec un premier confinement puis avec une mise en place de cours à distance de manière ponctuelle. Comment vous êtes-vous adaptée à la situation ? Quels outils avez-vous utilisés pour adapter vos cours et lesquels selon vous sont indispensables pour un enseignement à distance ?

Pour le premier confinement, tout a été fait dans l'urgence et j'ai dû, comme mes collègues, trouver une solution pour assurer la continuité pédagogique en lien avec la direction de l'ENOES.

Il fallait vraiment trouver une solution car les épreuves devaient se tenir normalement, il n'était pas encore question de contrôle continu ni de session en septembre.

Avec des collègues, nous avons, en un week-end, cherché les meilleures possibilités, échangé et en fait c'est mon fils, gamer, qui m'a conseillé de créer mes salles de cours correspondant aux différentes UE que j'enseignais dans Discord.

Plusieurs de mes collègues ont opté pour la même solution technologique.

C'est ainsi que j'ai pu assurer mes cours avec une solution que connaissaient plusieurs de mes étudiants.

Franchement cette solution numérique a été très efficace et stable.

Elle m'a permis de communiquer mes cours, de partager mon écran, d'échanger avec mes étudiants...et même de rire avec l'envoi de GIF.

Ensuite Teams a été la solution choisie par l'ENOES.

Cette solution s'est avérée très efficace même si je suis certaine de n'en employer qu'une bien faible partie.

J'ai aussi investi dans un nouveau PC, un casque, un deuxième écran, une webcam pour plus de qualité et de confort.

Je pense qu'il m'a fallu déployer beaucoup d'énergie pour maintenir une dynamique, une sorte de vie de classe alors que nous étions chacun chez nous.

J'ai procédé à un questionnement systématique de tous les étudiants de la classe.

J'ai maintenu des QCM sur Socrative, des devoirs à m'envoyer.

Il a fallu répondre à de nombreuses interrogations, doutes, baisses de moral.

Il a fallu cette année s'adapter encore en mixant présentiel et distanciel c'est-à-dire des cours en hybride, des étudiants présents et d'autre à distance soit pour des questions de jauge, soit pour permettre à des étudiants cas contact ou positifs à la Covid de pouvoir continuer à suivre les cours.

D'ailleurs je pense que cela nous a permis de proposer une solution aux étudiants contraints à être absents sans pour autant perdre des heures de cours et devoir les rattraper. Je trouve que c'est un progrès pour les étudiants.

Pensez-vous que la qualité de votre enseignement a été impactée ?

J'ai essayé de faire en sorte que la qualité de mon enseignement ne soit pas impactée mais je pense que les étudiants ont trouvé plus difficile de suivre les cours, de rester concentrés même si certains se sont sentis plus à l'aise en distanciel et ont davantage participé que lorsqu'ils étaient en présentiel comme si la distance facilitait leur prise de parole.

Pensez-vous que certaines matières ont été plus impactées avec la mise en place des cours à distance ? (matières plus techniques comme la compta ou les matières plus littéraires comme le droit, le management...)

J'ai beaucoup entendu dire que les matières « plus littéraires » comme le management ou le droit se prêtent davantage au cours en distanciel alors que les UE quantitatives comme le contrôle de gestion, la comptabilité approfondie sont plus difficiles à enseigner à distance.

Mes collègues de techniques quantitatives partagent cet avis comme les étudiants qui disent avoir davantage décroché dans ces UE-là.

N'enseignant qu'en management et sur des UE juridiques, il m'est difficile de porter un avis ou un jugement personnel.

Quels conseils (que vous avez pu appliquer personnellement) pourriez-vous donner aux professeurs pour améliorer la qualité de leurs enseignements ?

Je pense qu'il faut créer un rythme lors des cours, interroger fréquemment individuellement.

Il faut utiliser les réponses des étudiants pour formaliser les réponses attendues et faire la correction en live.

Je crois qu'il faut imposer des temps limités pour apporter des réponses pour créer une sorte de tension imitant ce que fait le professeur qui, en classe, passe dans les rangs pour voir le travail qui est réalisé par les étudiants.

Je pense aussi qu'il faut beaucoup d'empathie.

www.enoes.com