Le bilan fonctionnel : à quoi sert-il ?

Article écrit par (1726 articles)
Modifié le
96 385 lectures
Dossier lu 256 860 fois

Le bilan fonctionnel est la présentation d'un bilan comptable sous une autre forme. Il ne s'agit plus de parler d'actif et de passif, comme dans le bilan classique, mais de faire apparaître les emplois et les ressources et d'analyser la structure financière de l'entreprise.

Grâce au bilan fonctionnel, une classification de chaque poste est réalisée par cycle : cycle d'investissement et de désinvestissement, cycle de financement, cycle d'exploitation et cycle de trésorerie.

C'est quoi le bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel permet de présenter les ressources et les emplois stables pour mieux analyser la structure financière de l'entreprise. C'est un bilan comptable retraité qui est présenté par cycles (investissement, financement, exploitation, trésorerie par exemple).

La définition du bilan fonctionnel

Chaque emploi ou ressource du bilan fonctionnel est classé par nature : investissement, exploitation, hors-exploitation et trésorerie. De ce classement ressortent différents indicateurs qui permettront d'analyser davantage le bilan comptable.

L'objectif du bilan fonctionnel est de comprendre l'origine de l'argent d'une entreprise et son utilisation faite dans le cadre de son activité.

La présentation du bilan fonctionnel

Il s'agit d'un bilan dont la forme est préconisée par le Plan Comptable Général (PCG).

Le bilan fonctionnel se calcule à partir des valeurs brutes de chaque poste.

Le classement des différents postes le composant sont réalisés d'après les ressources détenues par l'entreprise, c'est-à-dire le passif, mais aussi leur utilisation, l'actif.

Plusieurs cycles sont analysés :

  • le cycle financement qui regroupe les capitaux propres, les dettes financières à long terme et les amortissements ;
  • le cycle d'investissement qui concerne toutes les immobilisations ;
  • le cycle d'exploitation avec l'actif circulant et les dettes ;
  • le cycle hors exploitation également avec l'actif circulant et les dettes fournisseurs d'immobilisation, fiscales, sociales ;
  • le cycle de trésorerie avec l'actif de trésorerie et le passif de trésorerie.

Pour schématiser le bilan fonctionnel, voici comment il se présente :

Emplois

Montant

Ressources

Montant

Emplois stables

  • Immobilisations incorporelles
  • Immobilisations corporelles
  • Immobilisations financières

Ressources durables

  • Capitaux propres
  • Amortissements
  • Dépréciations/Provisions
  • Dettes financières

Actif circulant d'exploitation

Passif circulant d'exploitation

Actif circulant hors exploitation

  • Créances diverses
  • VMP
  • Charges constatées d'avance

Passif circulant hors exploitation

  • Dettes diverses
  • Produits constatés d'avance

Trésorerie active

  • Disponibilités

Trésorerie passive

  • Concours bancaires
  • Soldes créditeurs de banque

Quelques précisions

Par ressources durables, il faut comprendre les ressources stables d'une entreprise. Il s'agit essentiellement des capitaux propres et des dettes financières. C'est ce qui va permettre de financer les emplois stables avec les immobilisations.

Les indicateurs du bilan fonctionnel

L'intérêt du bilan fonctionnel est d'avoir une autre approche du bilan comptable. Il se traduit par l'instauration de plusieurs indicateurs permettant de mieux comprendre l'origine des fonds d'une entreprise ainsi que son fonctionnement.

Le fonds de roulement net global (FRNG)

Le fonds de roulement net global FRNG est un indicateur qui permet de déterminer si les ressources de l'entreprise ont été suffisantes pour faire face au financement des emplois c'est-à-dire l'actif.

A lire : Le fonds de roulement net global (FRNG) : comment le calculer ?

Fonds de roulement net global = Ressources durables - Emplois stables

Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Le besoin en fonds de roulement BFR est un indicateur qui permet de faire le lien entre l'actif circulant et le passif circulant. Il a pour objectif d'analyser les décalages des flux de trésorerie de l'entreprise.

A lire : Le besoin en fonds de roulement (BFR) : comment le calculer ?

Besoin en fonds de roulement = Actif circulant - Passif circulant

Voici l'analyse qui découle du résultat issu du calcul du besoin en fonds de roulement.

Lorsque le besoin en fonds de roulement est positif, c'est que l'actif circulant est supérieur au passif circulant. La situation n'est pas favorable à l'entreprise. L'explication souvent donnée est soit les dettes sont réglées trop rapidement, soit les créances payées trop tardivement. Les stocks ont aussi pu augmenter. La solution est un financement par emprunt ou apport.

Lorsque le besoin en fonds de roulement est négatif, c'est que l'actif circulant est inférieur au passif circulant. Les ressources financières de l'entreprise sont suffisantes pour faire face aux dettes.

La trésorerie nette

La trésorerie nette est un indicateur qui est déterminé à partir des deux autres indicateurs. Il permet de connaître les liquidités disponibles de l'entreprise ainsi que de déterminer sa stabilité financière.

A lire : La trésorerie : bien comprendre et savoir la gérer

Trésorerie nette = Fonds de roulement net global - Besoin en fonds de roulement

Voici l'analyse qui découle du résultat issu du calcul de la trésorerie nette.

Lorsque la trésorerie nette est positive, c'est que le fonds de roulement est supérieur au besoin en fonds de roulement. L'entreprise est en situation excédentaire. Il lui reste des liquidités pour faire face aux imprévus.

Lorsque la trésorerie nette est négative, c'est que le fonds de roulement est inférieur au besoin en fonds de roulement. L'entreprise est en difficulté. Il y a un fort risque de défaillance pouvant engendrer une situation de cessation des paiements.



Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.