La valeur ajoutée du tableau des soldes intermédiaires de gestion

Article écrit par (1301 articles)
Publié le
Modifié le 10/05/2017
7 901 lectures
Dossier lu 172 677 fois

La valeur ajoutée est, avec l'ebe ou excédent brut d'exploitation, l'un des principaux soldes ou indicateurs du tableau des soldes intermédiaires de gestion.

La valeur ajoutée représente la richesse créée par l'entreprise dans le cadre de son activité économique.

La valeur ajoutée est un solde relativement important. Calculé à partir de la marge commerciale, de la production de l'exercice et des consommations en provenance des tiers, la valeur ajoutée représente la richesse supplémentaire apportée par l'entreprise.

La valeur ajoutée se calcule à partir des comptes 70 à 72 et 60 à 62

Pour gagner du temps dans le calcul de la valeur ajoutée, il est possible de faire la somme des comptes 70 à 72 et d'en déduire la somme des comptes 60 à 62. Si la marge commerciale et la production de l'exercice ont déjà été calculées auparavant, il suffira de calculer les consommations en provenance des tiers.

Calculer la valeur ajoutée oblige à calculer les consommations en provenance des tiers

La consommation en provenance des tiers tient compte des variations de stocks de matières premières et autres approvisionnements. Tous les comptes d'achats et les autres achats et charges externes sont inclus à l'exception des comptes qui se rapportent aux marchandises.

Consommations en provenance des tiers = total des comptes 60 (sauf 607 + 6087 + 6097 +ou- 6037) + total des comptes 61 + total des comptes 62

On s'arrête donc aux comptes 63 et on enlève tout ce qui concerne les marchandises, déjà comprises dans la marge commerciale.

Calculer la valeur ajoutée oblige ensuite à reprendre la marge commerciale et la production de l'exercice

Valeur ajoutée = Marge commerciale + Production de l'exercice - Consommations en provenance des tiers

OU

Valeur ajoutée = Total des comptes 70 + 71 + 72 - Total des comptes 60 + 61 + 62

Valeur ajoutée en analyse financière et valeur ajoutée pour le calcul de la CVAE : quelle différence ?

Le mode de calcul de la valeur ajoutée pour la détermination de la CVAE ou cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises en droit fiscal est beaucoup plus complexe. Cette « valeur ajoutée fiscale » tient compte d'un certain nombre d'éléments qui entrent dans le calcul de l'EBE ou excédent brut d'exploitation et dans le calcul du résultat exceptionnel.

A titre d'exemples, on peut citer les plus et moins values de cessions, les abandons de créances à caractère financier, les transferts de charges, les subventions d'exploitation.

Les loyers qui correspondent à des contrats de plus de six mois (comptes 612 et 613) ne sont pas déductibles de cette valeur ajoutée.

La valeur ajoutée est la différence entre la valeur produite et la valeur des matières consommées

La valeur ajoutée s'interprète comme l'apport de l'entreprise aux matières premières, marchandises, approvisionnements achetés et utilisés.

Exemple

Une entreprise qui achète des pièces détachées pour monter des vélos apportera ce travail en supplément dans la valeur du produit fini. Le vélo terminé aura toujours plus de valeur que la somme des valeurs de toutes les pièces détachées. La différence, c'est la valeur ajoutée.

La valeur ajoutée naît de l'intervention de différents acteurs qu'elle permet de rémunérer

Les différents acteurs qui contribuent à la valeur ajoutée sont d'abord le personnel de l'entreprise qui peut représenter une part non négligeable de la valeur ajoutée, surtout si la production est peu automatisée.

Il y a ensuite les banques qui prêtent de l'argent, les machines et différentes immobilisations, l'État (par les infrastructures sans lesquelles une entreprise ne pourrait pas livrer à ses clients) et les actionnaires.

La valeur ajoutée sert à rémunérer tous ces intervenants qui perçoivent ou apparaissent dans les comptes par :

  • les impôts et taxes ;
  • les salaires et charges sociales ;
  • les dotations aux amortissements ;
  • les charges d'intérêts ;
  • le résultat.

La répartition de ces acteurs dans la valeur ajoutée variera avec le temps mais aussi d'une entreprise à l'autre, y compris au sein du même secteur d'activité. Une entreprise qui aurait des charges de personnel très supérieures à la moyenne du secteur et une rentabilité moindre risque de se retrouver en difficultés par rapport à ses concurrents. Elle risquerait aussi d'être moins pérenne.

La valeur ajoutée peut diminuer avec la baisse du chiffre d'affaires ou à cause d'une hausse des consommations

La valeur ajoutée peut diminuer à cause d'une baisse du chiffre d'affaires ou à cause d'une augmentation des consommations en provenance des tiers.

La valeur ajoutée baisse en même temps que le chiffre d'affaires diminue

Une baisse de la valeur ajoutée à cause d'une diminution du chiffre d'affaires peut s'expliquer de différentes manières. La diminution du chiffre d'affaires peut être structurelle ou conjoncturelle, trouver ses causes dans l'entreprise ou à l'extérieur.

Si les problèmes sont internes à l'entreprise, la recherche de solutions permettra de ramener la valeur ajoutée à un niveau souhaité.

La valeur ajoutée baisse à cause d'une hausse des consommations en provenance des tiers

Une baisse de la valeur ajoutée à cause de l'augmentation des consommations pose un problème très différent. Cela peut montrer :

  • que l'entreprise est dépendante du cours des matières premières ;
  • a choisi d'avoir davantage recours à la sous-traitance ;
  • a choisi de louer une partie de ses immobilisations.

L'entreprise n'a pas toujours le contrôle des matières premières et fournitures qu'elle achète.

Si l'entreprise est trop dépendante d'un fournisseur qui augmente ses prix sans que cette augmentation ne soit justifiée, elle devra envisager de faire jouer un peu plus la concurrence.

Si l'entreprise a davantage recours à la sous-traitance, généralement plus onéreuse qu'une fabrication en interne, ou loue une fraction plus importante de ses immobilisations, cette diminution est normale.

Quel est l'impact de la sous-traitance sur la valeur ajoutée ?

Le recours à la sous-traitance ne fait qu'augmenter depuis de nombreuses années, ce qui fait baisser d'autant la part de la valeur ajoutée dans la production. Cette augmentation ne signifie pas que l'entreprise sera déficitaire et doit cesser de faire appel à la sous-traitance.

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.