Editions Foucher

La notion d'inopposabilité aux tiers en droit des contrats et des sociétés

Article écrit par (1326 articles)
Publié le
Modifié le 26/01/2017
65 204 lectures
Opposabilité et inopposabilité aux tiers

L'opposabilité ou l'inopposabilité aux tiers est une notion qui revient très souvent en droit, surtout en droit des contrats ou en droit des sociétés, mais pas seulement. Elle est donc abordée dans les UE 1 et 2 du DCG, introduction au droit et droit des sociétés.

Que signifie cette expression ? Essai de synthèse, de la notion de tiers à la notion d'inopposabilité aux tiers.

 

La notion de tiers en droit : une personne extérieure

Le tiers est la personne extérieure à une situation ou à un acte juridique. En droit des contrats ou en droit des sociétés, le tiers est la personne qui n'a pas signé l'acte.

Parfois, c'est aussi la personne que le droit veut protéger contre les abus.

Exemple

Un acheteur, le client X et un vendeur, le fournisseur Y signent un contrat de vente de marchandises. Le vendeur s'engage à livrer 10 000 pièces au prix de X¤ et l'acheteur s'engage à en payer le prix.

Ce contrat n'engage que les personnes qui l'ont signé. L'acheteur ne pourrait pas obliger un fournisseur Z à lui livrer la marchandise si le fournisseur Y refuse de le faire (sauf à conclure un autre contrat avec le second fournisseur Z) et le vendeur ne peut pas obliger une autre personne que son client à le payer.

 

L'opposabilité aux tiers : le détenteur d'un droit peut obliger les tiers à le respecter

Un droit est opposable lorsque la personne qui le possède peut le faire valoir contre les personnes extérieures à sa situation. C'est par exemple le cas en droit de la propriété intellectuelle.

Celui qui possède un brevet peut interdire aux autres de copier son invention. Ce droit est opposable aux tiers parce qu'il est publié.

L'accomplissement d'une formalité de publicité permet de rendre certains actes opposables aux tiers, c'est à dire aux personnes qui ne l'ont pas signé. L'acte peut être un contrat y compris de société, un brevet d'invention, etc.

L'opposabilité permet d'obliger les tiers à tenir compte de l'existence du droit d'autrui.

 

L'inopposabilité aux tiers : la volonté de protéger certaines personnes

En vertu de l'article 1165 du code civil, une convention ou un contrat n'engage que les parties contractantes, celles qui ont signé la convention.

On dit que la convention ou le contrat n'est pas opposable aux tiers, soit ceux qui n'ont pas signé l'acte.

Exemple

Les ventes immobilières doivent être publiées. Si le vendeur vend son immeuble deux fois, l'immeuble appartient à celui qui accomplit les formalités de publicité foncière en premier.

La vente devient opposable au second acheteur qui ne peut plus saisir l'immeuble. Il peut seulement se retourner contre le vendeur malhonnête.


En droit des sociétés, la création d'une société fait l'objet de formalités de publicité. Ces formalités conditionnent l'opposabilité aux tiers. Les statuts peuvent également limiter les pouvoirs d'un gérant de société mais cette limitation n'est pas opposable aux tiers.

Vis-à-vis des tiers, le gérant est investi des pouvoirs les plus étendus. Sa responsabilité sera seulement engagée vis-à-vis des associés.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Twitter   Facebook   Linkedin

INES