La génération Y face au monde du travail

Article écrit par (290 articles)
Publié le
Modifié le 17/07/2017
6 538 lectures

Les Millennials, ou génération Y, est analysée de toute part sur internet. Il en ressort très fréquemment que cette génération est inadaptée au monde du travail.
Toutefois, est-ce le devoir des entreprises de s'adapter à la génération Y ?
Est-il normal que les Millennials soient malheureux au travail ?

Les Millennials : explications

La génération Y, également appelée les Millennials, sont les personnes qui sont nées après 1980. Elle succède la génération X et précède la génération Z, qui concerne ceux qui sont nés après 1995.

La génération Y est dite une génération insatisfaite, égocentrique et qui est malheureuse dans le monde du travail. Nous avons évoqué dans l'article « Comment travailler avec les générations Y et Z ? » le fait que les Millennials recherchent des missions afin d'être motivés. Ils veulent également une relation de proximité avec leur supérieur hiérarchique plutôt qu'un petit chef. Ils souhaitent se sentir impliqués et influents dans les missions qu'ils accomplissent.

Simon Sinek, coach et conférencier, parle de cette génération que les entreprises ont du mal à gérer. Il indique que la génération Y, comprenant les jeunes nés après 1984 selon ses dires, sont difficiles à manager pour leurs responsables hiérarchiques.

Pour répondre à cela, Simon Sinek précise que ce n'est pas la vraie raison, qu'il y a juste un choc générationnel et culturel. Plusieurs facteurs seraient étudiés pour expliquer ce qui caractérise les Millennials : l'éducation qu'ils ont reçu, les nouvelles technologies, leur caractère et l'environnement professionnel.

Les Millennials et leur éducation

Bien entendu, les éducations sont différentes, mais de grandes tendances en ressortent.

Les nouvelles générations ont grandi avec l'idée qu'ils peuvent avoir ce qu'ils veulent s'ils travaillent bien à l'école. De ce fait, ils donnent l'impression que tout leur est dû.

Ils ont été éduqués en étant très protégés, amenant à la tendance de l'enfant-roi. Dès lors, il est difficile pour ces jeunes de ne pas obtenir ce qu'ils veulent dans leur entreprise alors qu'ils ont bien travaillé. Cela ne devient pas cohérent avec la réalité qui leur a été dépeinte par leurs parents.

Au moment d'arriver dans le monde du travail, cette génération à qui on a fait croire qu'ils pourraient tout obtenir en le désirant très fort, se retrouvent face à la réalité. En effet, ils font partie d'un groupe et ne sont pas si spéciaux. Simon Sinek précise même que leur maman n'est plus là pour leur obtenir une promotion ! On leur demande de réaliser des tâches qui ne sont pas intéressantes, ou du moins qu'ils ne trouvent pas gratifiantes. Le travail est parfois rébarbatif et la gratification se fait attendre. On est loin de ce qui leur a été inculqué.

Toutes ces désillusions peuvent apporter une certaine frustration et un manque de confiance en soi dans un monde où tout doit être beau et parfait. Cette frustration et la culture qui leur est vantée à la télévision les amènent à consommer. Cette génération achète pour se consoler, c'est de cette manière qu'elle a été conditionnée.

Les Millennials et leurs dépendances

Cette génération a grandi avec les smartphones et l'arrivée des réseaux sociaux. Ce ne sont pas les réseaux sociaux et le smartphone qui sont les problèmes de base mais bien ce que les Millennials en font qui engendrent des conséquences négatives.

Le monde actuel est continuellement connecté. De ce fait, il existe une vraie addiction aux services de messageries instantanées et aux notifications des réseaux sociaux. Cette addiction est même comparée à l'alcool, au jeu ou à la cigarette. La génération Y est en plein dedans et cela génère un problème de concentration au quotidien, comme au travail.

Cette addiction d'être sans cesse à l'affût du moindre message et ne pas pouvoir attendre avant de le consulter entraîne également un problème relationnel. En effet, les Millennials ne savent pas comment nouer des relations et ne savent pas communiquer de manière naturelle. Les générations précédentes n'hésitent pas à discuter entre elles lorsqu'elles se trouvent dans un lieu public ou dans une salle de réunion. Les nouvelles générations vont préférer prendre leur smartphone et tchatter avec les personnes qu'elles connaissent ou se concentrer sur leurs applications.

La dernière dépendance relevée est la gratification immédiate. Sur Internet, il est dans les habitudes de publier des photos de soi, avec des filtres et montrer le bonheur et le meilleur qui nous entoure. Mais pourquoi publier des photos des vacances, de son plat au restaurant ou de sa nouvelle coupe de cheveux ? Dans cette démarche, les Millennials recherchent la gratification grâce aux nombreux likes obtenus rapidement. Malheureusement, les modèles tels que les youtubeurs ou les bloggers engendrent envers les jeunes une sensation de frustration de ne pas réussir en tentant de se comparer à eux.

Cette dépendance à la gratification se fait également ressentir dans le monde du travail. Une personne de la génération Y ne comprend pas qu'il ne sera pas congratulé immédiatement à la moindre tâche correctement exécutée ou à un engagement supérieur à la moyenne.

Les Millennials ont grandi avec la livraison en un jour d'un article acheté sur internet, avec les films et les séries à disposition 24h/24 et 7j/7, des sites de rencontre qui matchent les personnes en quelques clics sans se déplacer. La patience n'est pas de mise dans cette nouvelle génération !

Les Millennials et leur vie en entreprise

Simon Sinek indique que les entreprises ont un rôle à jouer dans l'adaptation des Millennials au sein de leurs équipes. Pour cela, les managers ont le devoir de redonner confiance aux jeunes en leur prouvant qu'ils ne font pas partie d'un groupe mais que ce sont des individus importants. Ainsi, la dépendance liée à la gratification tant recherchée est assouvie en créant une reconnaissance au niveau personnel.

Les managers peuvent aider la génération Y à devenir patient et à créer de vraies relations entre les collègues en privilégiant une ambiance sereine et bienveillante. Si la génération Y démissionne après peu de temps d'expérience, il faut le transcrire par le fait qu'elle n'est pas à son aise et qu'elle recherche d'autres missions ou d'autres types de relation.

Les entreprises sont principalement basées sur d'anciens modes de fonctionnement, qui ne conviennent pas à cette nouvelle génération. En effet, les Millennials recherchent un travail intéressant, avec une bonne rémunération tout en conservant une vie sociale et privée et une reconnaissance de ce qu'ils sont et ce qu'ils font. Compliqué ? Pas forcément. Il suffit d'adapter l'entreprise aux réalités d'aujourd'hui et les nouvelles générations ne se sentiront plus bridées et démotivées par des tâches qui ne les intéressent pas, pour enfin en arriver à la démission. Simon Sinek précise que les Millennials ne sont pas différents par leur faute, et qu'il est le devoir des entreprises de faire l'effort d'intégrer cette génération en l'aidant à s'adapter et répondre à ses attentes.

C'est en analysant cette nouvelle génération que nous pouvons comprendre pourquoi nombre d'entre eux se sont lancés dans l'entrepreneuriat à la sortie de leurs études. Cela correspond à ce qu'ils sont et ce qu'ils recherchent. Ils ont pour objectif de réussir des missions qui les intéressent, avec leurs moyens et leur motivation tout en conservant un rythme de vie qu'ils choisissent. Les cas de réussite de jeunes qui ont créé leur entreprise et qui ont levé des millions en quelques mois ou années est également une attirance pour eux qui recherchent l'accomplissement rapide de ce qu'ils entreprennent.

Si vous faites partie de cette génération Y, n'hésitez pas à indiquer si vous vous retrouvez dans ces descriptions et laissez votre opinion ! Faisant partie des Millennials, j'avoue que certains éléments font réfléchir :-)

_____________________________


Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.