AMPLI MUTUELLE

La féminisation des noms de métiers : expert ou experte comptable ?

Article écrit par (296 articles)
Modifié le
2 235 lectures
Noms de métiers au féminin : dirons-nous expertE-comptable ?

La féminisation des noms de métiers et de fonctions

La féminisation des noms de métiers est une évolution linguistique destinée à rendre plus visible le rôle des femmes dans la vie publique et professionnelle.

L'Académie française a confié l'étude de l'évolution de l'usage référant à la féminisation des noms de métiers et de fonctions à une commission qui avait pour objectif de sortir un rapport.

Suite à cela, le jeudi 28 février 2019, l'Académie française s'est prononcée en faveur d'une ouverture à la féminisation des noms de métiers, de fonctions, de titres et de grades. Après avoir jusqu'à présent prêché le contraire, l'Académie française a estimé jeudi, dans ce rapport, qu'il n'y avait aucun « obstacle de principe » à la féminisation des noms de métiers.

C'est la toute première fois que l'institution, créée en 1634, va aussi loin dans la reconnaissance du féminin des mots, renouant en cela avec une pratique courante au Moyen Âge.

« Si, dans un premier temps, des femmes se sont accommodées des appellations masculines, c'est parce qu'elles avaient à c½ur de marquer, dans la dénomination de leur métier, l'égalité de compétence et de mérite avec les hommes qui avait permis ce qu'elles regardaient comme une conquête ; ce constat est de moins en moins vrai, les nouvelles générations donnant souvent la préférence aux appellations qui font droit à la différence ».

Cette adoption, avec seulement deux voix contre, est une petite révolution pour l'institution, réputée très frileuse sur ces questions.

Dans un entretien accordé à Ouest-France, l'écrivaine angevine Danièle Sallenave, qui a écrit en collaboration avec trois autres de ses pairs le rapport sur la féminisation des noms de métiers, rappelait que « l'Académie ne se permet pas de penser qu'elle va changer les choses. Elle joue son rôle, c'est-à-dire suivre des évolutions, ne jamais les devancer, en tout cas ne pas les freiner. »

 

Les femmes dans l'expertise comptable

De nombreux noms de métiers ont posé plus de problèmes que d'autres. Notamment écrivain, auteur ou encore chef. Il existe également des formules féminines mais qui ne sont pas toujours utilisées.

Que se passe-t-il du côté des femmes du Droit ?

« Les femmes membres du barreau répugnent encore très largement à être appelées « avocates », bien que cette forme soit reçue de longue date dans l'usage courant et ait été enregistrée par tous les dictionnaires ».

« On observe encore quelques hésitations de l'usage : pour désigner une femme exerçant la fonction d'avocat général, le recours à la forme féminine (« avocate générale ») n'est pas systématique, l'emploi du masculin subsistant bien souvent dans l'usage courant ».

Que se passe-t-il du côté des femmes du Chiffre ?

« La langue française connaît de nombreuses formes de féminisation des noms de métiers, héritées souvent du latin ou de l'italien, parfois de l'anglais. Il n'est pas inutile de relever les plus courantes de ces formes. La première consiste sans doute à marquer le féminin par l'article, éventuellement l'adjectif ou le verbe tout en gardant la même forme au masculin comme au féminin ». C'est le cas pour comptable : une comptable. Et pour expert-comptable ?

« Dans le cas où le nom masculin est terminé par une consonne, l'adjonction d'un « e » final est aujourd'hui usuelle ». C'est le cas pour expert : une experte.

A quand l'appellation d'une experte-comptable pour remplacer une expert-comptable ou une femme expert-comptable ?

Adeline Rocci

Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise, thématiques de prédilection que je traite sur mes articles.
Suivez moi sur Linkedin.

Twitter   Facebook   Linkedin

CEGID