La data vue par ceux qui la pratiquent : le point de vue de Runview (ex-MasterFEC)

Article écrit par (182 articles)
Modifié le
943 lectures

Le sujet de la donnée dans le secteur de l'expertise comptable fait couler beaucoup d'encre. Pourtant, peu sont ceux qui analysent réellement, au quotidien, les flux de données produits par les cabinets. Quel regard portent les acteurs de la data sur cette révolution technologique et sur le positionnement de la profession ?

Depuis le 1er octobre MasterFEC est devenu Runview. Olivier Brengues, cofondateur, et Bastien Meaux, directeur marketing, répondent à nos questions et reviennent sur cette actualité.

Pouvez-vous nous rappeler l'histoire de Runview ? 

Olivier Brengues : Nous avons créé notre entreprise en 2002, à une époque où le fichier des écritures comptables (FEC) n'existait pas. Jusqu'à présent, notre activité était regroupée autour de deux marques : MasterFEC, connue dans le secteur de l'expertise comptable, et ABBD, qui s'adressait davantage aux grandes entreprises. Le point commun de ces deux activités, c'est l'analyse fine et exhaustive des données comptables. Côté experts-comptables dans une logique de conformité et de qualité comptable, côté entreprises avec un objectif de résultat, à la recherche de doubles paiements ou de TVA non déduite par exemple, pour récupérer des sommes perdues.

En lançant la marque Runview, nous avons voulu regrouper ces deux entités sous le même drapeau, plus représentatif de notre métier. Car le FEC n'est qu'un moyen parmi d'autres pour servir l'objectif que nous nous sommes fixé depuis le début : la protection des ressources financières de l'entreprise.

Nous conservons un actionnariat indépendant, français, avec des dirigeants majoritaires au capital. Nous comptons aujourd'hui 60 salariés et cette croissance est autofinancée depuis 15 ans. Nous souhaitons continuer dans ce sens.

Selon vous, quel doit être le rôle de l'expert-comptable en matière de gestion et de traitement de la donnée ? 

Bastien Meaux : On le voit chaque jour, la donnée est au c½ur de nos vies. Concrètement, cela se traduit par une augmentation constante du volume de données produites et analysées. Notre rôle dans cet environnement changeant, c'est d'être un facilitateur, de permettre aux experts-comptables de prendre en main cette donnée, pour gagner en productivité et en qualité.

Olivier Brengues : La taille du cabinet doit aussi être prise en compte. Nos solutions permettent à tous les cabinets, quelle que soit leur taille, d'améliorer la qualité de la donnée comptable ou d'automatiser certains contrôles. Toutefois, il est clair que les gros cabinets, qui disposent d'un volume de données suffisant, peuvent aller au-delà dans l'analyse. Nous travaillons par exemple avec eux pour réaliser des analyses multi FEC, et apporter de l'intelligence économique avec de l'analyse de ratios par exemple.

Tous les cabinets n'ont pas cette taille critique. Il peut donc y avoir un intérêt pour les plus petits cabinets à se regrouper, pour mutualiser leurs données et accroître la valeur de leurs analyses.

Quel sera selon vous l'impact sur les profils et les compétences dans les cabinets ?

Olivier Brengues : Cela relève de chaque cabinet, qui doit absolument définir une vision stratégique globale, et en déduire sa politique de gestion des compétences. La production comptable va continuer à s'automatiser dans les années à venir, mais avec ce mouvement de nouveaux types d'anomalies, de nouvelles erreurs, font leur apparition. Nous allons donc voir émerger progressivement un besoin de réassurance en fin de chaîne. Runview est là pour ça.

Bastien Meaux : Vérifier que la donnée produite est correcte, qualifiée, devient une nécessité. Face à cet impératif, certains cabinets décident de créer un pôle data control, avec des spécialistes, ou a minima de se former pour être en mesure de comprendre les enjeux et d'utiliser les outils. Quel que soit leur choix, notre rôle est de prendre en charge la complexité et de fournir une solution simple, qui ne nécessite ni formation ni paramétrage. Chaque cabinet peut faire évoluer ses équipes selon ses moyens, mais la technologie est accessible dès aujourd'hui.

A quel type de « nouvelles erreurs » liées à l'automatisation faites-vous référence ?

Olivier Brengues : Les solutions d'automatisation de la tenue comptable ou de pré-comptabilité, ont fait gagner énormément de temps aux experts-comptables et à leurs collaborateurs ces dernières années. Mais ils génèrent aussi de nouveaux types d'anomalie, en interprétant mal certaines lignes de factures. Cela peut avoir un impact en matière de TVA ou de respect de la réglementation sur les acquisitions intracommunautaires par exemple, et c'est tout à fait normal. Notre rôle est d'intégrer dans nos algorithmes, pour pouvoir les détecter systématiquement.

Quelle est la stratégie de Runview pour les prochaines années ? 

Bastien Meaux : Notre stratégie ne change pas, seule la marque évolue. Nous n'avons pas été rachetés, la gouvernance et l'actionnariat restent les mêmes, et nos objectifs aussi : travailler notre produit main dans la main avec nos clients experts-comptables, dans une logique de partenaire. Cela passe par de la sécurité fiscale, du contrôle de qualité de comptabilité, la lutte contre la fraude et la corruption, mais aussi la récupération de trésorerie.

Olivier Brengues : Notre mission reste la même : préserver les ressources financières de l'entreprise, en particulier par le contrôle de la donnée. Nous n'avons pas vocation à tout faire, ou à tout « disrupter » : nous avons choisi un segment bien précis, et nous souhaitons rester les meilleurs dans ce domaine.

Alors bien sûr, de nouveaux cas d'usage de la donnée apparaissent constamment, car le terrain de jeu offert par le FEC est vaste. Notre roadmap produit inclut des sujets comme l'examen de conformité fiscale, ou la détection de missions directement exploitables par le cabinet, mais toujours dans notre périmètre de compétences.



Julien Catanese
Directeur éditorial de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Diplômé d'expertise comptable, après 7 ans en tant que rédacteur en chef puis directeur de la rédaction Fiscalistes et experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en juin 2020.
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.