VISEEON

Journal d'achat ou journal de trésorerie ?

12 réponses
11 086 lectures

Re: Journal d'achat ou journal de trésorerie ?

Ecrit le : 02/11/2006 11:10 par Natcompta
Bonjour Vere,

J’espère que ce message sera clair et précis … que l’on me corrige si cela ne l’est pas !!

Tout d’abord, si vous n’utilisez pas de journaux auxiliaires, le compte 580 ne vous concerne pas.

Par contre, si vous utilisez un journal achat, un journal vente, caisse, banque, etc, vous pouvez utiliser ce compte.

Premier exemple : opération faisant l’objet d’un enregistrement dans plusieurs journaux auxiliaires.
- Journal de vente :
Débit 5801 Espèces pour 100 €, Crédit 707010 et 445712
Débit 5802 Chèque pour 200 €, Crédit 707020 et 445714
Débit 5803 CB pour 300 €, Crédit 707020 et 445714
- Journal de caisse : Débit 530 et Crédit 5801 pour 100 € et 5802 pour 200 €
- Journal de banque : Débit 512 et Crédit 5803 pour 300 €
- Les comptes 580 sont soldés.

Cependant, vous pouvez aussi utiliser 4111 Clients/Espèces à la place de 5801, 4112...etc.

Deuxième exemple : virements de fonds entre compte de caisse et de banque
- Vous effectuez un versement de la caisse à la banque :
- Journal de caisse : Débit 5805 Virements de fonds pour 150 € et Crédit 530
- Journal de banque : Débit 512 et Crédit 5805 pour 150 €
- Là aussi, le compte 5805 est soldé.

J’espère vous avoir aidé.

Sincèrement

--------------------
Nathalie (Employée à temps partiels)(BTS CGO 2004)

Re: Journal d'achat ou journal de trésorerie ?

Ecrit le : 03/11/2006 16:05 par Vere
Bonjour Natcompta,

merci beaucoup pour vos explications, et effectivement maintenant c'est plus clair pour moi

cordialement

Re: Journal d'achat ou journal de trésorerie ?

Ecrit le : 01/12/2006 21:26 par Dda
Vous avez oublié qu'il y a de sorte de comptabilité :
- la comptabilité « de trésorerie » qui consiste à enregistrer les recettes au moment de leur encaissement et les dépenses au moment de leur paiement,
- et la comptabilité « d’engagement », qui consiste, quant à elle, à comptabiliser les recettes et les dépenses dès leur facturation.
Les professions libérales tiennent en principe une comptabilité de « trésorerie ». L’option pour une comptabilité « d’engagement » leur permet de provisionner la régularisation de leurs charges sociales. Mais attention, elle les oblige également à déclarer les prestations facturées et non encaissées.

Les entrepreneurs individuels sous le régime simplifié d’imposition (RSI), dit « réel simplifié », exerçant une activité artisanale, industrielle ou commerciale ont la faculté de dresser une comptabilité dite « super-simplifiée », ayant pour conséquence notamment (source INFOREG) :
- la tenue d’une comptabilité de trésorerie (encaissements, décaissements) ;
- la possibilité de centraliser les écritures comptables trimestriellement ;
- l’absence de justification des frais généraux payés en espèces dans une limite de un pour mille du chiffre d’affaires avec un minimum de 150 euros. Sont visées les dépenses accessoires telles que le parking, les pourboires etc ;
- une déduction forfaitaire des frais de carburant par référence aux barèmes établis par l’administration fiscale ;
- en fin d’exercice, une évaluation simplifiée des stocks de marchandises et des travaux en cours ;
- la possibilité d'être dispensé de produire un bilan si le chiffre d'affaires hors taxes est inférieur à 153 000 euros pour l'activité de vente et de fourniture de logement, ou à 54 000 euros pour la prestation de services.
Les sociétés commerciales imposables à l’impôt sur les sociétés (IS) ou les sociétés de personnes relevant de l’impôt sur le revenu (IR) ou ayant opté pour l’IS ne peuvent pas bénéficier de la comptabilité « super-simplifiée ». Elles doivent donc tenir une comptabilité selon les règles classiques.
Twitter   Facebook   Linkedin

Pour poster un nouveau message, vous devez vous enregistrer en tant que membre ou vous connecter à votre compte.
L'inscription est rapide et gratuite !

Inscription nouveau membre   Connexion

Perte de nom d'utilisateur   Perte de mot passe
VISEEON