RECEIPT BANK

Comprendre ce qu'est le goodwill

Goodwill
Article écrit par   sur LinkedIn (108 articles)
Modifié le
1 535 lectures

Dans le cas de comptes consolidés ou d'une évaluation d'entreprise, vous avez forcément entendu parler de goodwill. Cela n'est pas étonnant car dans tout projet d'acquisition d'une structure ou de sa consolidation, son calcul est un incontournable.

Nous vous expliquons tout ce qu'il y a à savoir sur le sujet du goodwill, de sa définition à sa comptabilisation mais également son application dans le cadre des normes françaises et des normes IFRS.

 

Comment définir le goodwill ?

Le terme « goodwill » est un terme dont la provenance ne fait aucun doute : il trouve sa source dans la langue anglaise. Il peut être traduit textuellement en français par « survaleur » ou encore « écart d'acquisition ».

Le goodwil représente la différence positive entre la valeur d'acquisition d'une structure et la valeur composée par les capitaux propres de cette même structure.

La formule de calcul du goodwill :

Valeur d'acquisition - capitaux propres = goodwill

Il faut bien mettre l'accent sur la valeur positive dans le cas du goodwill (qui correspond à la majeure partie des situations) car, a contrario, il s'agirait d'un badwill.

 

Variante de la formule de calcul

La formule de calcul du goodwill peut également être adaptée en prenant en compte la rentabilité souhaitée. Dans ce cas, il convient de partir du principe d'une actualisation de la rente espérée sur une période donnée. Voici la formule de calcul à retenir :

Goodwill = Bénéfice espéré - (rentabilité x actif net comptable corrigé)

Dans le calcul du goodwill, les données chiffrées issues du bilan ont leur importance. Toutefois attention car d'autres critères peuvent être intégrés à la valorisation du goodwill. Il s'agira du capital humain, de l'image de marque , d'un savoir-faire propre à l'entreprise... Ces éléments, non identifiables à la lecture d'un bilan, auront toute leur place dans la détermination de l'écart d'acquisition.

Citons, à titre d'exemple, le cas des start-up pour lesquelles la valeur bilantielle reste faible mais dont la valeur réelle est élevée grâce à des compétences non valorisées mais également un capital humain présent.

 

Comptabiliser le goodwill

Le goodwill est une augmentation de la valeur de l'entreprise. Par conséquent, le goodwill est un élément à intégrer au niveau de l'actif immobilisé du bilan et, plus précisément, en tant qu'immobilisation incorporelle.

Le compte à mouvementer en comptabilité est un sous-compte dédié en 207 - Fonds de commerce.

Quid de l'amortissement du goodwill ?

Ce traitement n'est plus une obligation depuis le 1er janvier 2016 à la suite du règlement n°2015-07 du 23 novembre 2015 de l'Autorité des Normes Comptable (ANC). La décision d'amortir dépendra uniquement de la durée, limitée ou non, durant laquelle le goodwill procurera des avantages économiques à l'entreprise.

 

Normes françaises et IFRS : quelle différence au niveau du goodwil ?

Comme pour beaucoup de points particuliers en comptabilité, le traitement selon les normes françaises ou les normes IFRS diffère. La différence provient essentiellement des aspects amortissements et test de dépréciation.

Les normes françaises

Ce que précise l'Autorité des Normes Comptable (ANC) est la notion d'écart d'évaluation. A aucun moment, le terme goodwill n'est abordé.

Au-delà de la terminologie qui diffère, l'amortissement est prévu uniquement en cas de durée limitée de l'écart d'évaluation. Si aucune durée n'est précisée, il faudra retenir la base de 10 ans.

Les normes IFRS

Dans leurs explications, il est fait référence au goodwill.

Les normes IFRS partent du principe de juste valeur (« fair value »). De ce fait, il n'y a aucun amortissement prévu par les textes : la durée de vie du goodwill semble être illimitée au niveau des normes IFRS.

Toutefois, pour suivre le principe de juste valeur, et qu'une perte éventuelle de valeur du goodwill puisse être constatée, un test de dépréciation devra être réalisé à chaque clôture des comptes. Ce test sera à réaliser au minimum chaque année.  Il sera à réaliser en comparant la valeur comptable à la valeur de recouvrabilité.

Vénaïg Le Bris

Vénaïg Le Bris est diplômée d'expertise comptable et inscrite à l'Ordre des experts-comptables de Bretagne.

Twitter   Facebook   Linkedin

CEGID