L'expert-comptable augmenté par l'IA : disruption ou progrès ?

Article écrit par (1285 articles)
Publié le
Modifié le 16/01/2019
7 034 lectures

Aux États-Unis, le droit et l'audit sont des secteurs d'activités qui travaillent déjà avec l'intelligence artificielle. Pour l'expertise comptable, tout est à créer.

La possession de la donnée ne protège pas de l'arrivée d'une intelligence artificielle, de plus en plus entraînée. L'homme transfère son expertise à la machine qui peut ensuite la réutiliser pour aller elle-même potentiellement jusqu'au conseil.

L'intelligence artificielle fait partie de ces innovations de rupture qui vont pénétrer un grand nombre de secteurs. Cette évolution inévitable touchera aussi les comptables et les experts-comptables. La principale question est de savoir quand et de s'y préparer en regardant les secteurs d'activité les plus avancés.

Faire le point sur l'arrivée de l'intelligence artificielle dans les cabinets d'expertise comptable était l'objectif de la conférence « L'expert-comptable augmenté » organisée par l'Ordre des experts-comptables de Paris Île-de-France.

Intelligence artificielle et données : les écritures comptables

L'intelligence artificielle a encore besoin d'une grande quantité de données pour traiter les informations et apprendre. Or, en comptabilité, les données sont insuffisantes pour automatiser certaines écritures comptables peu récurrentes comme l'augmentation de capital.

Pour Arnaud Doillon, expert-comptable, co-gérant d'Image Audit et fondateur du logiciel Tiime, il « reste beaucoup de chemin à parcourir avant que l'intelligence artificielle ne puisse remplacer tous les professionnels du chiffre ».

Guislain Mazars, Data scientit, CEO Ubeeko soulève aussi la question de la temporalité. Pour lui, la « principale question c'est quand ». Quand l'intelligence artificielle sera-t-elle capable de remplacer l'expert-comptable dans sa mission traditionnelle ? Les réponses divergent et vont de dix à quinze ans à beaucoup moins. C'est beaucoup moins pour les nouveaux clients, quelques années pour les clients actuels selon les différentes estimations.

Pour Laurent Benoudiz, l'expert-comptable n'a « pas besoin de l'intelligence artificielle pour automatiser ses process ».

Intelligence artificielle et taux d'attrition chez les experts-comptables

Le « churn rate » ou taux d'attrition mesure le phénomène de perte de clientèle au fil du temps. C'est un ratio.

« churn rate » ou taux d'attrition =

Nombre de clients perdus
   _________________

Nombre total de clients

Seule la date d'arrivée de l'intelligence artificielle dans les cabinets d'expertise comptable fait l'objet de débats. Arnaud Doillon, expert-comptable, estime encore que « les cabinets devraient pouvoir continuer avec leurs clients actuels pendant encore quelques années ». Ils auront peu de nouveaux clients s'ils n'évoluent pas.

Le taux d'attrition « n'est pas le même lorsque l'on parle de l'accompagnement du client et de la mission traditionnelle » indique Hervé Gbego, Président de la commission Innovation & Performance du CROEC de Paris Île-de-France.

L'expert-comptable doit accepter le challenge par une machine

Le client de l'expert-comptable a accès à des informations de plus en plus conséquentes et de plus en plus techniques. Dans un sens, on peut déjà le considérer comme augmenté.

À son tour, « l'expert-comptable doit se laisser challenger par une machine qui le sortira de sa zone de confort et lui montrera des scénarios auxquels il n'aurait pas pensé » estime Jean Philippe Desbiolles, Vice-président Cognitive Solutions chez IBM France.

Stéphane Mallard, Digital Evangelist, le dit en ces termes « On passe d'un monde mobile first à un monde IA first. La connaissance n'a déjà plus aucune valeur économique. Bientôt, ce sera au tour de l'expertise de devenir une commodité ». À l'expert-comptable de mieux accompagner son client.

Aller plus loin dans l'accompagnement du client

Au-delà du challenge et du changement technologique, ce qui inquiète le plus Laurent Benoudiz, président de l'Ordre des experts-comptables de Paris Île-de-France, c'est « le changement de comportement des clients ». Plus habitués aux technologies et à l'utilisation d'internet, ils sont de plus en plus autonomes.

« Nous devons partir du principe que tout ce qui est automatisable sera automatisé. L'expert-comptable doit faire le choix de se débarrasser de ces travaux au profit du contact avec le client. » précise à son tour Geneviève Mottard, présidente de l'Ordre des CPA du Québec.

Selon Jérôme Wallut, associé chez ICP Consulting et fondateur de WOUS, l'expert-comptable a un énorme avantage, c'est une forme « d'intimité avec son client », une « intimité qui va bien au-delà de la connaissance du client ». Il doit donc se demander ce qu'il peut proposer en plus, grâce à cette intimité. Se demander aussi « comment l'expert-comptable peut-il élargir son périmètre, compte tenu de leur positionnement et des valeurs profondes qui l'animent ».

Delphine Desgurse, Directrice stratégie et innovation numérique Groupe La Poste conclut par cette idée. Si au congrès de l'Ordre, les « experts-comptables ne semblent pas encore souffrir de l'arrivée prochaine de l'intelligence artificielle », ils doivent tout de même « se concentrer sur leur mission qui est d'abord l'accompagnement du client ».

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.