Calcul de l'EBE, l'excédent brut d'exploitation

Article écrit par (739 articles)
Modifié le
116 523 lectures
Dossier lu 623 254 fois

L'excédent brut d'exploitation (EBE) se calcule à partir des comptes 70 à 74 et des comptes 60 à 64. Il est considéré comme un bon indicateur financier de la rentabilité économique d'une entreprise. Un excédent brut d'exploitation négatif pour insuffisance brute d'exploitation (IBE) est toujours considéré comme problématique.

L'excédent brut d'exploitation est sans doute le solde le plus connu du tableau des soldes intermédiaires de gestion (TSIG). Il comprend tous les produits et charges d'exploitation à l'exception :

  • des autres produits et des autres charges ;
  • des dotations et reprises sur amortissements et provisions.

C'est le solde qui précède le résultat d'exploitation. C'est aussi le solde du TSIG que l'on assimile le plus à l'EBITDA. Ce dernier solde n'est malheureusement pas normalisé.

Calculer l'excédent brut d'exploitation

Le calcul de l'EBE peut se faire de trois manières :

  • à partir des comptes ;
  • à partir de la valeur ajoutée ;
  • ou en tenant compte des éléments déjà calculés pour obtenir la marge commerciale et la valeur ajoutée.

Calculer l'EBE à partir de la balance des comptes

L'excédent brut d'exploitation se calcule à partir des premiers comptes de produits et des premiers comptes de charges de la liste des comptes du PCG. Il suffit d'additionner les soldes des comptes dans l'ordre et de s'arrêter : 

On obtient ainsi :

EBE  = (Total des comptes 70 à 74) - (Total des comptes 60 à 64)

Calculer l'EBE à partir de la valeur ajoutée

Pour obtenir l'excédent brut d'exploitation à partir de la valeur ajoutée, il faut :

  • ajouter les subventions d'exploitation ;
  • et retrancher les impôts et taxes et les charges de personnel (salaires et charges sociales).

EBE = Valeur ajoutée + Subventions d'exploitation (74) - Impôts et taxes (63) - Charges de personnel (64)

Calculer l'EBE, c'est aussi prendre tous les produits encaissés et les charges décaissées, à l'exception des autres produits et charges

L'excédent brut d'exploitation est composé de produits et charges encaissés et décaissés. Cette notion d'encaissements et de décaissements s'oppose aux produits et charges calculés comme les dotations et reprises sur amortissements et provisions.

La formule simplifiée suivante peut être utilisée à partir du compte de résultat :

EBE = Chiffre d'affaires - achats consommés - consommations en provenance des tiers + subventions d'exploitation - impôts et taxes - charges de personnel.

 

Produits d'exploitation encaissés ou encaissables

+ Ventes (70 à 73)
+ Subventions d'exploitation (74)
 

Charges d'exploitation décaissées ou décaissables

- Coût d'achat des marchandises vendues (607+6087-6097+-6037)

- Consommations en provenance des tiers (60 à 62 sauf marchandises)

- Impôts et taxes (63)

- Charges de personnel (64)

L'excédent brut d'exploitation est un très bon indicateur comptable de la rentabilité économique

L'EBE représente le surplus dégagé par l'entreprise après rémunération de deux facteurs de production importants :

  • les impôts, à l'exception de l'impôt sur les sociétés ;
  • le travail.

L'EBE ne doit pas être interprété comme indicateur de trésorerie. Il existe toujours un décalage entre le moment où les produits et charges sont comptabilisés et leur encaissement ou décaissement réel.

De plus, ce surplus est ensuite utilisé pour régler d'autres dettes comme les intérêts d'emprunt etc.

C'est quoi le RBE ?

Le résultat brut d'exploitation ou RBE est un solde intermédiaire de gestion qui apparaît dans le tableau des SIG de la Banque de France.

La formule de calcul est la suivante :

RBE = EBE + redevances de crédit-bail + escomptes obtenus - escomptes accordés

L'insuffisance brute d'exploitation doit rester exceptionnelle

L'insuffisance brute d'exploitation (IBE) est un EBE négatif. Les causes de l'IBE peuvent être nombreuses. Il peut s'agir :

  • d'un nombre de ventes insuffisant pour permettre la couverture des charges fixes (loyers, etc.) ;
  • de charges de personnel trop importantes ;
  • d'une valeur ajoutée trop faible.

C'est une situation particulièrement dangereuse pour l'entreprise si elle perdure.

Quelques ratios calculés à partir de l'EBE

Plusieurs ratios utilisent l'EBE pour vérifier la bonne santé de l'entreprise puisque l'EBE représente la rentabilité économique. En voici quelques exemples.

L'impact des charges financières sur l'EBE = Charges financières / EBE

Ce premier ratio ne doit pas être trop élevé. Plus il est élevé, moins l'entreprise aura de ressources pour financer les dotations aux amortissements et moins l'EBE contribuera au résultat de l'exercice. Un résultat comptable élevé proviendrait alors d'autres éléments que l'EBE.

La rentabilité des investissements (ROCE) = EBE ou résultat d'exploitation / capitaux investis

avec

Capitaux investis = immobilisations nettes + BFRE (Besoin en fonds de roulement d'exploitation)

L'entreprise qui investit le fait généralement  pour accroître ses ventes et donc ses bénéfices. Ce ratio permet de savoir si les capitaux investis sont rentables et combien elle gagne pour 100¤ de capitaux investis.

Ce ratio peut se décomposer en deux autres ratios :

Rentabilité des immobilisations productives = EBE / immobilisations en valeurs brutes

 et

Rentabilité des accroissements de BFRE = EBE/ BFRE

La rentabilité des accroissements de BFRE ou EBE/BFRE baisse potentiellement avec une augmentation trop rapide des stocks par rapport aux ventes par exemple.

La rentabilité des immobilisations productives ou EBE/ immobilisations en valeurs brutes peut baisser :

  • par une mauvaise utilisation des immobilisations ;
  • des conditions d'exploitation peu favorables (conjoncture) ;
  • ou encore l'absence d'augmentation (immédiate ou non) du chiffre d'affaires.