L'évaluation des immobilisations à l'arrêté des comptes et à la sortie

Article écrit par (1323 articles)
Publié le
Modifié le 27/09/2016
2 642 lectures
Dossier lu 65 756 fois

L'arrêté des comptes ou la coupure dans le temps de la comptabilité oblige à vérifier l'évaluation des immobilisations. Ce sont généralement les biens dont la valeur a le plus d'impact potentiel sur le résultat.

Des arrêtés des comptes successifs à la cession ou sortie du bien de l'actif, les biens sont valorisés à leur valeur nette comptable. Cette valeur nette comptable est la différence entre le coût historique (acquisition, production, valeur vénale) et les amortissements et dépréciations pratiqués.

 

L'évaluation à l'arrêté des comptes

La présentation annuelle, semestrielle, trimestrielle (plus rarement mensuelle) des bilans oblige à vérifier périodiquement la valeur des biens inscrits à l'actif.

Les opérations d'inventaire permettent de comparer les valeurs initiales d'enregistrement (coût historique, valeur d'amortissement) avec les valeurs externes.

Ces opérations permettent aussi de faire apparaître les pertes de valeur des actifs, que ces pertes de valeur soient planifiées (les amortissements) ou non planifiées (les dépréciations).

Le travail d'inventaire permettra de comptabiliser les amortissements et d'effectuer le test de dépréciation. L'objectif de ce travail est de parvenir à la valeur nette comptable.

Les amortissements

Les amortissements permettent de constater la perte de valeur normale d'un bien. Cette perte de valeur peut être due à l'utilisation du bien, à son obsolescence ou à toute autre cause. Leur comptabilisation est obligatoire chaque année.

La perte de valeur constante et prévisible du bien donnera ainsi naissance à un plan d'amortissement éventuellement révisable sous conditions.

 

Le test de dépréciation

Le test de dépréciation consiste à comparer la valeur vénale de l'immobilisation à sa valeur comptable après amortissement.

Si la valeur vénale est supérieure à la valeur comptable, aucune dépréciation n'est pratiquée ou comptabilisée en vertu du principe de prudence.

Si la valeur vénale est inférieure à la valeur comptable :

  • soit la valeur vénale est supérieure à la valeur d'usage et, dans ce cas, la valeur vénale est retenue comme base de calcul du montant de la dépréciation ;
  • soit la valeur d'usage est supérieure à la valeur vénale et, dans ce cas, la valeur d'usage est retenue comme base de calcul du montant de la dépréciation si elle est inférieure à la valeur comptable.

 

 

_____________________________


Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.