Est-ce la fin de l'open space ?

Article écrit par (257 articles)
Modifié le
8 899 lectures
Bureaux ouverts : moins de conversations en face-à face et plus d'emails

Le travail en open space est chose courante dans les entreprises. Qu'elles soient petites ou grandes, elles ont choisi ce mode de travail car il apportait de nombreux avantages en termes de coût et de place. La cohésion en open space ? Une étude vient démontrer que travailler en open space n'est pas aussi efficace que prévu.

Méthode de cette étude

Deux chercheurs de la Harvard Business School ont réalisé une étude, publiée par la revue The Royal Society Publishing, sur des sociétés ayant changé la configuration de leurs bureaux pour passer au modèle open space.

Les chercheurs ont placé des capteurs sur des salariés pour mesurer les échanges par la voix, et ont mesuré en parallèle le nombre d'emails et de messages échangés, pour une même entreprise, avant quand les collaborateurs étaient dans des bureaux fermés puis quand ils sont passés en open space.

Voici les résultats étonnants de cette étude.

 

Les échanges humains en open space mis à mal

L'un des principaux avantages cités de l'open space est la relation humaine entre les collaborateurs. En effet, les bureaux ouverts devaient permettre une cohésion d'équipe et une meilleure circulation de l'information.

Qu'en est-il de ce comparatif de sociétés qui sont passés en open space ? Les chiffres révèlent que cette méthode de travail entraîne 70% de diminution d'interactions entre les collaborateurs. Chacun allant s'isoler en salles de réunion pour se concentrer et cela met à mal le travail en équipe.

« En open-space, vous changez de tâche toutes les trois minutes, vous êtes interrompu sans l'avoir voulu toutes les 11 minutes. Et le temps qu'il vous faut pour retrouver un niveau optimal de concentration, c'est 23 minutes. Résultat ? On n'est jamais concentré. »

L'open space favorise les discussions électroniques par mail et messagerie instantanée, au détriment des conversations en face à face. En effet, le nombre d'e-mails envoyés augmente de 56% et celui de messages instantanés de 40% après le passage à l'open space. Les experts auraient même enregistré une baisse de 73% des échanges en comparaison avec des employés d'espaces cloisonnés.

L'open space serait-il donc une fausse bonne idée au niveau de l'interaction entre collègues ?

 

La pollution sonore baisse la productivité

« Dans la réalité, ce monde rêvé ressemble, très souvent, à un grand plateau, de 30 à 50 personnes, sans cloison, avec des postes de travail anonymes. Et des collaborateurs, alignés, le nez dans leur ordi, le casque sur les oreilles. »

Un tel espace de travail aurait dû permettre aux employés de partager tout haut leurs idées et ainsi gagner en productivité. Mais d'après les résultats de cette étude, l'objectif se serait renversé.

L'open space censé augmenter les interactions humaines et donc la productivité produit en réalité l'effet inverse. Plus les collaborateurs sont physiquement proches au niveau des mètres carrés, plus ils passent leur temps à s'envoyer des mails. Si nous prenons en compte le fait que le bruit ambiant fait en plus baisser la productivité, cela remet en question tout ce mode de travail tant convoité par les entreprises.

Le manque d'intimité au sein des open space et l'impossibilité de se concentrer amènent les chercheurs à estimer que les employés, en réponse à cela, construiraient des « murs virtuels ». Ils prônent la mise en place d'espaces clos permettant le développement de la créativité et de la collaboration. Pour les chercheurs de cette étude, l'open space rime avec perte de temps. Une donnée à prendre en considération pour les 20% de salariés français qui travaillent dans ce type d'espace.

Lorsque la nouvelle génération Z prône le retour des bureaux fermés au détriment des espaces ouverts et partagés, combien de temps pouvons-nous donner aux open space dans les entreprises ?


Adeline Rocci

Adeline Rocci
Rédactrice sur Compta Online, passionnée par les ressources humaines et la vie en entreprise

Twitter   Facebook   Google Plus   Linkedin

IGEFI