L'élection de Macron est-elle une bonne nouvelle pour l'entrepreneuriat ?

Article écrit par (201 articles)
Modifié le
2 261 lectures

Dès avril 2016, le mouvement politique En Marche ! de notre nouveau président pressentait déjà l'entrepreneuriat comme étant « un outil de développement ».

Emmanuel Macron voyait effectivement en l'entrepreneuriat  « un puissant outil de développement économique pour tous les quartiers, y compris les plus déshérités » et prenait ainsi la décision d'en faire l'une de ses priorités.

Avec ce constat, on pourrait aisément penser que l'élection d'Emmanuel Macron est une très bonne nouvelle pour la dynamique entrepreneuriale française. Mais qu'en est-il vraiment ?

Si l'on s'en tient au programme électoral (car contrairement à ce que les médias français disaient pendant de longs mois, il en avait bien un ...), on peut dire que notre nouveau président fait effectivement de l'entrepreneuriat une priorité nationale pour re-dynamiser l'économie et pour aller faire de la concurrence au reste du monde, notamment auprès de nos confrères anglo-saxons. Revenons ensemble sur cette élection qui pourrait enfin concrétiser la dynamique entrepreneuriale française !

Simplifier les démarches administratives pour démocratiser l'entrepreneuriat en France

Emmanuel Macron et son mouvement partent d'un constat simple. Effectivement, la France est mondialement connue pour sa lourde (trop lourde) fiscalité et son système administratif long, lent, et complexe. Le RSI et l'URSSAF consomment un temps beaucoup trop long pour les dirigeants : c'est du temps perdu pour les entrepreneurs. Le financement est également un problème très important. Les banques sont encore beaucoup trop frileuses face à cette nouvelle demande et exigent des garanties trop importantes (surtout pour les jeunes qui bien souvent n'ont pas ou peu de capital). Les business angels sont trop rares, le capital-risque est insuffisamment développé.

Bref, la dynamique entrepreneuriale est importante, mais la mentalité globale reste beaucoup trop méfiante et sceptique vis à vis de l'innovation. A partir de ce constat, Monsieur Macron veut s'attaquer au mur administratif à l'entrée. Pour faciliter l'accès à la création d'entreprise, le nouveau président veut en simplifier les règles.

Notre président veut changer le rapport qu'a un chef d'entreprise avec l'administration. Premièrement, l'administration va mettre en oeuvre un « droit à l'erreur » pour tous. Tout le monde n'est pas diplômé d'HEC, ne connaît pas toutes les barrières fiscales et juridiques, et tout le monde n'a pas les moyens de sous traiter son travail administratif à un comptable. Ainsi l'administration ne pourra plus sanctionner au premier manquement. L'administration devra désormais favoriser une culture de conseil auprès des acteurs économiques pour faciliter et non pas ralentir la création d'entreprise.

De plus, notre président souhaite supprimer le RSI et réduire les charges pour les indépendants. Emmanuel Macron promet de réduire les charges des indépendants et de supprimer le Régime Social des Indépendants qui ne fonctionne pas du tout. Il veut également doubler les plafonds pour pouvoir bénéficier du régime fiscal de la microentreprise.

Sécuriser les entrepreneurs pour encourager la prise de risque

Je souhaite permettre à tous les travailleurs d'avoir droit à l'assurance-chômage

Emmanuel Macron

Aujourd'hui, un très grand nombre de personnes ont des idées mais ont trop peur de quitter leurs emplois avec un salaire mensuel, une assurance chômage, une mutuelle, des congés payés, des RTT, une couverture maladie, des avantages et ainsi de suite...

Pourquoi quitter la sécurité pour aller vers l'inconnu qui ne garantit absolument rien ? Emmanuel Macron a compris que ce problème existait et ralentissait la dynamique entrepreneuriale en France.

Ainsi E.Macron veut développer et généraliser la protection contre le chômage avec un financement par la CSG et non plus par les cotisations salariales. De ce fait, les indépendants auraient une sécurité contre le chômage en cas d'échec. Le président souhaite également « encourager » la prise de risque, mais surtout la prise d'initiative et d'innovation dans notre pays qui en manque cruellement.

Si l'idée sera compliquée à mettre en oeuvre, elle semble être très séduisante ! Cette création du droit au chômage permettra également à ceux qui n'ont pas nécessairement de solides garanties financières personnelles de prendre plus facilement le risque de se lancer dans leurs projets.

Cette idée semble réellement séduire les entrepreneurs, selon l'indice Idinvest Partners réalisé par Viavoice, 38% des entrepreneurs estiment qu'Emmanuel Macron est le candidat à la présidentielle qui défend le mieux l'entrepreneuriat.

Favoriser l'innovation via la création d'un fonds et d'un marché numérique commun à l'Union Européenne

Pour relancer l'économie et l'innovation, le créateur d'En Marche ! souhaite créer un fonds pour l'innovation et l'industrie du futur. En d'autres termes, le président souhaite doter le pays d'un fonds de 10 milliards d'euros afin de mettre en place d'importantes politiques structurelles dans ces différents secteurs. Ce fonds servira à financer l'industrie du futur, les nouvelles technologies et l'innovation.. Ce qui à première vue semble très positif pour les startups en France.

En plus d'être une bonne nouvelle pour l'entrepreneuriat français, c'est également un symbole fort que lance notre nouveau président de la République au reste du monde. Effectivement, avec cette décision, la France ne veut plus simplement être le suiveur mais également le lanceur. Aider les gens qui ont des idées à se lancer ne pourra, à long terme, avoir que des conséquences positives, non seulement pour les nouvelles technologies mais également pour le reste de l'économie française.

La seconde grande décision de notre président portera sur  la création d‘un marché numérique commun à l'Union Européenne. C'est peut être l'idée la plus symbolique que l'on peut voir dans son programme.

Pourquoi ? Car elle permet de favoriser l'innovation tout en approfondissant la construction européenne. Si on avait bien compris depuis son entrée royale dans la cour du musée du Louvres sur l'hymne à la joie que Monsieur était pro-européen, cette volonté semble s'approfondir dans son programme économique.

En effet, le président souhaite la création d'un « marché unique du numérique en Europe » qui passera également par la création d'un fonds de capital-risque qui doit  permettre « de financer le développement des startups européennes ». Et si, plus largement, la victoire d'Emmanuel Macron était une bonne nouvelle pour l'entrepreneuriat Européen ?

Le travail sera immense, mais le président semble bien décidé à appliquer toutes ses idées pour faire décoller cette dynamique entrepreneuriale.

Preuve s'il en est que l'élection d'Emmanuel Macron est une potentielle bonne nouvelle pour l'économie Française, le Financial Times et d'autres journaux anglo-saxons s'inquiètent de son élection. Selon eux, Emmanuel Macron « semble plein d'énergie et d'optimisme, proposant une France nouvelle et un Paris dynamique ».

David Buik, expert boursier de Londres cité par Evening Standard va lui plus loin en affirmant que « nous sommes clairement dans le collimateur » !

_____________________________


L'équipe de la rédaction sur Compta Online