CEGID

Effet de levier financier : définition et calcul

Effet de levier financier
Article écrit par (73 articles)
Publié le
Modifié le 25/05/2020
21 802 lectures

L'effet de levier financier est un mécanisme désigne l'impact du recours à l'endettement sur la rentabilité financière d'une entreprise.

Il fait partie intégrante du diagnostic de la rentabilité des fonds propres.

L'endettement peut impacter positivement la rentabilité des capitaux propres lorsque l'entreprise l'utilise par exemple pour financer un outil de production.

 

Quel est le principe de l'effet de levier ?

L'effet de levier permet de profiter des effets d'une rentabilité financière supérieure à la rentabilité de l'ensemble des fonds investis.

L'endettement dont le coût est inférieur à la rentabilité économique aura un effet positif sur le taux de rentabilité des capitaux propres.

Si ce n'est pas le cas, l'effet de levier s'inverse. On parle alors d'effet massue ou d'effet boomerang.

L'effet de levier peut présenter un intérêt dans tous les secteurs d'activité à l'exception peut-être de la grande distribution qui bénéficie d'un besoin en fond de roulement négatif.

 

Calcul de l'effet de levier

Cet effet de levier peut être calculé par la formule suivante :

Effet de levier = Rentabilité financière (Rcp) - Rentabilité économique (R.éco)

Avec un calcul de la rentabilité qui se fait ainsi :

Rentabilité financière = résultat net / capitaux propres

Rentabilité économique = résultat d'exploitation / capitaux engagés (ou actif économique)

Capitaux engagés = capitaux propres + dettes

Le résultat de la différence est favorable lorsque l'effet de levier est positif, c'est-à-dire que le recours à l'endettement permet l'amélioration de la rentabilité financière. Dans le cas contraire, le recours à l'endettement a un effet négatif sur la rentabilité financière.

Comment calculer l'effet de levier ?

L'effet de levier se calcule à partir de la rentabilité économique et de la rentabilité financière en tenant compte de l'impôt.

La rentabilité économique correspond au résultat d'exploitation divisé par l'actif économique.

La rentabilité financière est le résultat net divisé par les capitaux propres.

 

Exemple de calcul de l'effet de levier

Une entreprise A acquiert un outil de production pour un montant de 2 000¤ qui constitue son actif économique.

L'effet de l'endettement sur la rentabilité des capitaux investis par les actionnaires sera analysé à travers quatre hypothèses qui sont autant de leviers utilisés.

Hypothèse 1

Hypothèse 2

Hypothèse 3

Hypothèse 4

Actif économique

2000

2000

2000

2000

Capitaux propres

2000

1000

800

800

Endettement

0

1000

1200

1200

Rentabilité économique

20%

20%

20%

5%

Résultat opérationnel

400

400

400

100

Taux d'intérêt (coût de la dette)

0%

5%

7%

7%

Charges financières

0

50

84

84

Résultat avant impôt

400

350

316

16

IS (33%)

132

115,5

104,28

5,28

Résultat net

268

235

212

11

Rentabilité des capitaux propres

13,4%

23,5%

26,5%

1,3%

Effet de levier

3,5%

6,5%

-3,7%

Dans l'hypothèse 1, nous constatons que sans recours à l'endettement, la rentabilité dégagée par l'outil (rentabilité opérationnelle après impôt) est égale au résultat net (268).

Dans l'hypothèse 2, avec le recours à l'endettement (moitié capitaux propres moitié endettement) la rentabilité de l'outil de production permet de financer le coût de l'endettement (50). Il se dégage ainsi un résultat net de 235 avec une rentabilité des capitaux propres (return on equity) plus importante que dans la première hypothèse (23,5% contre 13,4). L'effet de levier dans cette hypothèse est donc de 3,5% (R.cp – R.éco), ce qui signifie que l'endettement joue favorablement dans l'amélioration de la rentabilité des capitaux propres (environ 10% de plus).

Dans l'hypothèse 3, même principe que dans l'hypothèse 2, nous constatons une amélioration de la rentabilité des capitaux propres de 3% due à l'effet de levier, celui-ci est égale à 6,5%. Avec un endettement plus important le risque d'insolvabilité augmente, le taux d'intérêt exigé par la banque a augmenté dans le même sens et est passé de 5% à 7%.

Dans l'hypothèse 4, avec la baisse de la rentabilité économique de l'outil qui passe de 20% à 5% (suite à un événement défavorable, une baisse d'activité, etc.), le résultat opérationnel n'est égal qu'à 100. Celui-ci permet de financer à peine les charges financières. Le résultat net est de 11, la rentabilité des capitaux propres a donc été impactée, passant de 26,5% à 1,3%. On parle d'un effet de massue.

Il faut rappeler également que pour bénéficier de l'effet de levier, le coût de financement doit toujours être inférieur à la rentabilité économique. L'outil de production doit dégager une rentabilité importante pour éviter les risques de pertes.

Comment calculer la rentabilité économique ?

La rentabilité économique correspond au résultat d'exploitation divisé par la valeur nette comptable de l'actif immobilisé et le besoin en fonds de roulement.

Houssam BIRAMANE

Houssam BIRAMANE
Consultant en pilotage financier
Rédacteur financier indépendant
houssam.biramane@gmail.com

Twitter   Facebook   Linkedin

Les Geeks des Chiffres